Partager cet article

«Un attroupement important de jeunes à l'allure décadente»: le concert de Bowie à Berlin-Ouest vu par la Stasi

La pochette de l'album «Heroes».

La pochette de l'album «Heroes».

Jusqu'au 10 août 2014, la grande rétrospective itinérante consacrée à David Bowie fait escale à Berlin, au Martin Gropius Bau. Elle est agrémentée d'une soixantaine de pièces d'exposition qui documentent son séjour à Berlin dans les années 1970, années fécondes où il enregistrera la plupart des titres de sa mythique trilogie berlinoise, tout comme le lien spécial qui l'unit avec la capitale allemande depuis cette époque.

Parmi les documents présentés dans les deux salles de l'exposition dédiées à ses années Berlin, deux feuilles dactylographiées –malheureusement non traduites en anglais pour les visiteurs non germanophones de l'expo, qui du coup risquent de passer complètement à côté– nous ont tapé dans l'oeil. Il s'agit de deux rapports de la Stasi classés «hautement secret» qui ont pour objet le fameux «concert for Berlin» que David Bowie donna en plein air le 6 juin 1987, sur l'esplanade faisant face au Reichstag et au ras du Mur, à l'époque où Berlin était toujours coupée en deux.

Dans un premier rapport daté du 2 juin 1987, un agent de la Stasi indique avoir pris connaissance, «via des sources officieuses et officielles», de la tenue du concert de Bowie et évoque le reportage prévu par le correspondant à Berlin-Est de la chaîne de télévision allemande ZDF, qui prévoit que «beaucoup de jeunes vont se rassembler dans la capitale pour éventuellement écouter une partie du concert.»

Cinq jours plus tard, un deuxième rapport fait état du concert vu de l'autre côté du Mur. Plusieurs centaines de jeunes Allemands de l'Est s'étaient en effet rassemblés à proximité du Reichstag pour écouter leur idole. Dans le jargon de la Stasi, cela donnait ça:

«Le 6.06.1987, dans la période comprise entre 19.00 heures et 22.00 heures, il se produisit un attroupement important de jeunes à l'allure décadente dans le secteur de la Hermann-Matern-Straße/Viadukt à Berlin-Mitte. Les personnes transportaient pour certaines des postes de radio et suivaient la retransmission en live des médias de masse de l'Ouest. La musique en provenance de la scène à Berlin (Ouest) était audible dans cette zone. Vers 19:00 heures, le regroupement avait atteint une taille d'environ 250-300 personnes.»

Les deux agents de la Stasi chargés de la rédaction du rapport se félicitent ensuite de la façon dont la police est-allemande a dispersé la foule peu après minuit et accusent les journalistes «de l'Ouest» présents d'avoir voulu envenimer la situation:

«Les mesures de recul et de barrage de la Deustche Volkspolizei furent efficaces. […] Le reporter de Bild venu d'Hambourg essaya d'échauffer les jeunes.»

Les connaissances en anglais des deux agents semblaient en tout cas être très limitées: pas une ligne sur la chanson Heroes, composée et enregistrée à Berlin, que Bowie entonna évidemment ce soir-là et dont on pouvait très bien distinguer les paroles depuis l'autre côté du Mur:

«Standing by the wall
And the guns shot above our heads

And we kissed
As though nothing could fall
And the shame was on the other side.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte