Mondial 2014 / Sports

La Coupe du monde est mauvaise pour la paix. La preuve en un tableau

Temps de lecture : 2 min

Un supporter uruguayen après la défaite de son pays face aux Pays-Bas, Montevideo le 6 juillet 2010, REUTERS/Andres Stapff
Un supporter uruguayen après la défaite de son pays face aux Pays-Bas, Montevideo le 6 juillet 2010, REUTERS/Andres Stapff

Les grandes compétitions sportives internationales ont été créées dans le but de favoriser la paix dans le monde et de rapprocher les peuples. Mais l'idée selon laquelle le sport, et la Coupe du monde de foot en particulier, réduit les risques de conflits entre les nations se vérifie-t-elle dans les faits?

Andrew Bertoli, un doctorant en sciences politiques de l'université de Californie à Berkeley spécialisé dans l'étude du nationalisme et de la guerre, a voulu vérifier l'hypothèse avec la Coupe du monde.

Pour cela, il s'est intéressé à toutes les campagnes de qualification au Mondial depuis 1958. Il a ensuite sélectionné 142 pays qu'il a divisés en deux groupes: ceux qui se sont qualifiés de justesse pour la phase finale et ceux qui ont échoué de justesse.

Bertoli a ensuite quantifié le niveau d'agression de chaque pays en utilisant l'indicateur standard du nombre de conflits armés inter-états («Militarized interstate conflict» en anglais) que chaque pays a initiés.

Ces conflits comprennent les cas où un pays a menacé explicitement, fait la démonstration ou utilisé la force contre un autre pays. L'universitaire écrit dans un article publié sur le site du Washington Post:

«Les résultats montrent qu'aller à la Coupe du monde augmente substantiellement le niveau d'agression. Les pays qui se qualifient de justesse connaissent un pic important d'agression pendant l'année de la Coupe du monde. La différence dans les niveaux d'agression entre les deux groupes est statistiquement significatif et a très peu de chances d'être dû au hasard.»

Andrew Bertoli, The World Cup and interstate conflict: evidence from a natural experiment

Pour les férus de science politique quantitative, le détail des calculs est par ici. Soulignons que Bertoli a trouvé le même phénomène pour les Championnats d'Europe et la Coupe d'Afrique des nations.

Bien sûr, il existe des contre-exemples, des cas où le football a rapproché les peuples. La qualification de la Côte d'Ivoire pour la Coupe du monde 2010 a entraîné une trêve dans la guerre civile du pays, avec Didier Drogba comme figure unificatrice.

Mais les cas qui confirment la règle comme la fameuse «guerre du football» entre le Salvador et le Honduras en 1969 ou la crise diplomatique née des matchs de qualification entre l'Algérie et l'Egypte en 2009 sont plus nombreux.

Samedi 7 juin, l'équipe de foot d'Argentine a déployé une banderole «Les Malouines sont argentines», juste avant le match préparatoire qui l'opposait à la Slovénie.

Slate.fr

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters