Culture

Ce qu’il ne faut jamais dire à un photographe

Temps de lecture : 3 min

Un code de savoir-vivre à l'usage de ceux qui fréquentent les photographes professionnels.

Couronnement de George VI, Londres, Angleterre, 12 mai 1937 / Magnum Photos. Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson
Couronnement de George VI, Londres, Angleterre, 12 mai 1937 / Magnum Photos. Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson

Les photographes sont une espèce un peu particulière. Ils doivent se faire accepter, communiquer efficacement avec les gens aux alentours et dans le même temps… passer inaperçu et pouvoir se concentrer pour saisir «l’instant décisif». Alors quand vous voyez un photographe au travail faites preuve de tact et sachez ce qu’il ne faut surtout pas lui dire. Le site spécialisé dans la photographie Pixel Pluck en a fait une liste non exhaustive à partir du témoignage du photographe Josh auteur du blog expertphotography. En voici quelques exemples.

1.«Vous n'avez pas le droit de prendre des photos ici!»

«Cette réflexion m’énerve beaucoup parce que neuf fois sur dix la personne qui dit cela ne sait pas de quoi elle parle. Je ne prend pas de photos là où je ne suis pas supposé en avoir le droit. Donc quand j’ai légalement le droit de le faire, la dernière chose que je veux entendre est quelqu’un qui veut me l’interdire sous des prétextes qui vont de “questions de sécurité” en passant par la “propriété privée” ou même la “menace terroriste”.»

Dans la plupart des pays qui sont des Etats de droit, quand vous êtes sur le domaine public vous pouvez photographier ce que vous voulez sauf s’il s’agit de questions de sécurité nationale. C’est aussi vrai des personnes qu’elles fassent partie du public ou des forces de l’ordre ou qu’elles aient des fonctions officielles. Ce que vous ferez ensuite des photographies prises peut avoir différentes conséquences juridiques, mais là il est seulement question de la prise de vue.

2.«Prenez ma photo!»

Un photographe décide exactement ce qu’il veut photographier ou pas et comment. Il est même concentré en permanence sur cela. Henri Cartier-Bresson expliquait qu’il fallait «polir son œil». Des sourires forcés, des poses non naturelles et non préparées ne donnent que des photographies médiocres et ne capturent rien du tout.

Ensuite, un photographe professionnel fait ce métier parce que c’est une passion mais aussi pour en vivre et ne peut donc passer son temps à faire plaisir pour un résultat médiocre aux personnes autour de lui. Cela n’empêche pas de partager et donner des photos à des amis. Mais il ne s’agit pas de la même chose.

3.«Vous devez avoir un appareil extraordinaire!»

S’il suffisait d’avoir suffisamment d’argent pour s’acheter le meilleur matériel et devenir immédiatement un grand photographe, cela se saurait. La plupart des photographies mythiques que nous avons tous en tête ont été réalisées il y a de nombreuses années avec un matériel que nous ne voudrions même pas utiliser tant il a de limites techniques.

Pixel Pluck reprend une citation du grand photographe britannique disparu Sam Haskins.

«Un photographe se rend à une soirée à New York. Quand il entre, son hôtesse lui dit “J’aime beaucoup vos images. Elles sont magnifiques. Vous devez avoir un appareil fantastique.” Il ne dit rien jusqu’à la fin du dîner, puis: “C’était un dîner exceptionnel, vous devez avoir une incroyable gazinière”.»

4.«Pouvez-vous photoshoper cela?»

La plupart des gens croient qu’avec Photoshop ou un autre programme de retouche d’images on peut totalement transformer la réalité et effacer ce qu’ils considèrent comme des défauts ou des erreurs lors de la prise de vue.

D’abord, tout dépend de l’ampleur des transformations demandées. Retirer un bouton ce n’est pas un problème. Rendre quelqu’un plus mince, enlever les cernes sous les yeux, les rides, transformer son apparence est très différent. Cela demande beaucoup de travail et le résultat n’est pas toujours à la hauteur des espérances si ce n’est de permettre aux gens de croire qu’ils sont similaires aux personnages qu’ils voient dans les magazines.

Il vaut mieux se concentrer sur faire de belles images qui mettent en valeur les personnes photographiées plutôt que de compter sur les artifices pour faire d’une photo médiocre une bonne photo, ce qui est de toute façon à peu près impossible.

5.«Cela ne vous dérange pas d’emmener votre appareil?»

«En général non. Mais quand je sors, c’est pour me détendre et passer du bon temps et si je photographie c'est parce que j'en ai envie. “Cela ne vous dérange pas d’emmener votre appareil” est une phrase codée d’amis qui veulent un photographe professionnel sans avoir à le payer. Ils risquent même d’être mécontents si vous ne prenez pas de photos. Cela fait que, de plus en plus souvent, je ne prends plus d’appareil dans les soirées

Slate.fr

Newsletters

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

Le documentaire «Les enfants d'Erasmus» disponible sur le site d'Arte m'a convaincue de voter, ne serait-ce que pour élargir ce programme d'études aux populations moins aisées.

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

Newsletters