Science & santéScience & santé

Le MagnetoSperm, le micro-robot qui va peut-être vous soigner

Repéré par Cécile Chalancon, mis à jour le 25.06.2015 à 9 h 57

Repéré sur AIP, Business Insider, ITWorld, Gizmag

Qu'est-ce qui, dans la nature, se déplace particulièrement bien en milieu liquide? Les spermatozoïdes. Et des chercheurs ont décidé de s'en inspirer pour créer un micro-robot qu'ils ont appelé le MagnetoSperm.

Les robots ont été créés par des scientifiques de l'université de Twente aux Pays-Bas, et de l'université allemande du Caire, en Egypte. Ils doivent leur nom à la fois à leur façon de se déplacer en utilisant les champs magnétiques et à leur forme, souligne Business Insider. 

L'innovation est décrite dans la revue Applied Physics Letters

«Ce système se compose d'une structure ressemblant à une cellule de sperme avec une tête magnétique et une queue souple de respectivement 42 micromètres et 280 micromètres de long. L'épaisseur, la longueur et la largeur de cette structure sont respectivement de 5,2 micromètres, 322 micromètres et 42 micromètres.»

Les têtes sont recouvertes d'une couche de nickel-cobalt de 200 nanomètres, qui leur permet de réagir à un champ magnétique.

Pour avoir un ordre de grandeur, un cheveu mesure entre 50 et 100 micromètres de diamètre.

Mais à quoi va pouvoir servir ce robot-spermatozoïde?

Leur taille et leur capacité de déplacement pourraient permettre aux médecins d'accéder aux capillaires sanguins ou aux artères. Sarthak Misra, un des chercheurs, a expliqué à ITWorld: 

«Les applications de ce micro-robot sont diverses: l'administration ciblée de médicaments, la fécondation in vitro, le tri de cellules et le nettoyage des artères obstruées, entre autres.»

L'équipe, note Gizmag, travaille actuellement à rendre les robots encore plus petits.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte