Tech & internet

Le fav parfait: les 25 raisons pour lesquelles on utilise le bouton «Favori» sur Twitter

Will Oremus, traduit par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 06.06.2014 à 10 h 24

Twitter 2 / Kooroshication via Flickr CC License By

Twitter 2 / Kooroshication via Flickr CC License By

La science a enfin répondu à la question la plus pressante de notre époque: que signifie l’utilisation du bouton «Favori» sur Twitter?

Dans leur article «Vers une compréhension du comportement du favoriting sur Twitter» [PDF], une équipe d’intrépides chercheurs allemands et britanniques a interrogé 606 utilisateurs de Twitter pour arriver à une conclusion définitive. Ou plutôt à 25 conclusions définitives. Car oui, il y a exactement 25 raisons distinctes de favoriser des tweets, selon cette analyse qualitative exhaustive.

Les voici, dans l’ordre de popularité au sein du panel de répondants:

1. Ils ont aimé votre tweet pour des raisons subjectives (ex.: parce que c’était drôle)

2. Ils l’ont marqué pour un usage futur (ex.: pour lire plus tard l’article lié)

3. Ils ont trouvé le thème pertinent

4. Le tweet reflétait leur propre opinion

5. Ils étaient d’accord avec le tweet mais ne voulaient pas le dire aussi publiquement

6. Le tweet a déclenché chez eux une réponse émotionnelle (ex.: il les a fait se sentir à part)

7. Il contenait du contenu multimedia intéressant

8. Ils ont vraiment aimé ce tweet, mais sans raison spécifique

9. Ils l’ont marqué pour s’en servir de pense-bête

10. Ils l’ont trouvé objectivement émotionnel (??)

11. Ils étaient mentionné dedans

12. Ils l’ont aimé pour des raisons objectives

13. Ils ont signalé qu’ils avaient aimé le tweet, mais pas suffisamment pour le retweeter

14. Ils l’ont favorisé parce que vous êtes célèbre

15. Ils l’ont trouvé en accord avec leur situation actuelle

16. C’est une manière d’engager la conversation avec vous

17. Ils veulent signaler ce tweet à d’autres personnes

18. Ils participent à une compétition commerciale (ex.: un bon cadeau)

19. Ils l’ont marqué pour un besoin à venir qu’ils ont anticipé (ex.: pour l’ajouter à un livre de recettes)

20. Vous êtes leur ami ou conjoint

21. Vous êtes membre de leur famille

22. Ils l’ont favorisé par accident

23. Ils signalent qu’ils ont aimé le tweet, et considèrent le bouton Favorite comme plus  significatif qu’un retweet

24. Ils tentent de gagner un concours non commercial (ex.: comme Mike Isaac, journaliste américain qui a favorisé plus de 70.000 tweets)

25. Ils pensent que le fait de favoriser un tweet les aidera à s’en souvenir

Six répondants ont par ailleurs admis favoriser des tweets sans aucune raison, ce qui est peut-être la chose la plus postmoderne qu’on n'ait jamais entendue…

Précisons que sur les 606 personnes interrogées, seules 395 étaient au courant de l’existence du bouton Fav. Parmi celles-ci, 290 l’avaient déjà utilisé. Un échantillon plus large aurait sans doute donné quelques raisons supplémentaires de favoriser un tweet.

Twitter, le Fav, le RT...

Pour la partie de l’humanité restée sur le bord de l’autoroute du progrès, rappelons que Twitter est un outil de partage d’opinions et de contenus sur Internet en 140 caractères, dont les fonctions principales sont

1. Le bouton RT pour retweet, qui permet de relayer le tweet d’un usager à ses propres abonnés

2. Le bouton Favori, fonction qui répond à de multiples besoins comme le détaille cet article.

En effet des journalistes ayant établi leur propre taxonomie par le passé sans l’aide de sondages formels sont arrivés à plusieurs raisons qui ne sont avancées par personne dans l’étude.

Jessica Roy, du Times, par exemple, a identifié et décrit le fav de flirt, le fav de haine, le fav passif-agressif ou le fav diplomatique.

Rebecca Greenfield de The Wire y a ajouté le fav de haine à visée pratique, qui consiste à favoriser un tweet de manière à se rappeler de s’en moquer plus tard (certains estimeront cependant qu’il s’agit d’une sous-catégorie de la raison numéro 19 de la liste ci-dessus).

Megan Garber de The Atlantic a construit un dossier solide en faveur du farewell fave, qui a lieu quand quelqu’un souhaite mettre poliment fin à la conversation.

Reste à présent à la science à répondre au plus grand mystère de l'ère des réseaux sociaux: le bouton Poke de Facebook.

Will Oremus
Will Oremus (151 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte