Mondial 2014 / Sports

Vos amis se plaignent déjà de voir du foot partout? Voilà de quoi leur clouer le bec

Temps de lecture : 2 min

Des fans de l'Espagne fêtent la victoire de leur équipe en finale de la Coupe du monde 2010, à Oslo le 11 juillet 2010, REUTERS/Kyrre Lien/Scanpix
Des fans de l'Espagne fêtent la victoire de leur équipe en finale de la Coupe du monde 2010, à Oslo le 11 juillet 2010, REUTERS/Kyrre Lien/Scanpix

Alors que la Coupe du monde au Brésil va commencer le 12 juin, le monde se divise en deux types de personnes: ceux qui s'apprêtent à passer un mois devant la télé, et ceux qui ont déjà commencé à se plaindre de voir du football partout alors qu'ils n'en ont rien à faire.

Le journaliste du Guardian John Crace, qui se situe dans la première catégorie, a listé les quatre critiques classiques des rabat-joie et la meilleure manière d'y répondre dans un article plein d'humour et de justesse. A l'argument «ça n'a aucune importance», Crace répond ainsi:

«Si vous voulez la jouer comme ça, alors qu'est-ce qui a de l'importance? La plupart des choses que nous faisons, et certainement la plupart des émissions que l'on regarde à la télévision, ne sont rien de plus qu'une manière de passer le temps. Tôt ou tard, nous allons tous mourir. Mais vu que nous sommes encore tous là pour le moment, autant essayer d'en profiter un peu. Qu'aviez-vous prévu de regarder de si important à la télévision pendant la Coupe du monde?»

Autre réponse, à l'éternel refrain du «ce sont tous des millionnaires» cette fois:

«A proprement parler, c'est sans doute faux. Je doute que tous les joueurs des équipes iranienne et hondurienne aient des millions à la banque. Et même si c'était le cas, qu'est-ce que ça fait? Ils font quand même partie des meilleurs footballeurs de la planète. Et puis, si vous avez une objection morale à vous faire divertir par des millionnaires, soyez cohérent. Arrêtez d'aller voir les blockbusters d'Hollywood au cinéma.»

Pour lire cet excellent article en entier (et en anglais bien-sûr), c'est par ici.

Slate.fr

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters