EconomieTech & internet

Alibaba tente le coup de la superstition pour son introduction en Bourse

Étienne Goetz, mis à jour le 05.06.2014 à 14 h 48

Jack Ma, PDG d'Alibaba. REUTERS.

Jack Ma, PDG d'Alibaba. REUTERS.

Le géant chinois de la vente en ligne Alibaba a fait savoir qu’il avait retenu le 8 août pour faire son entrée en Bourse, soit le 08/08. Et quand une entreprise chinoise choisit des chiffres, rien n’est laissé au hasard: la superstition est de mise, même quand il s’agit de faire son entrée sur des marchés financiers censés être rationnels.

Bloomberg rapporte que «Ba» peut avoir deux interprétations en Chinois. Littéralement, il signifie huit, d’où la date choisie pour l'entrée en Bourse. «Ba» peut aussi signifier «chance», ce qui explique pourquoi le nom de la société en contient deux.

Jack Ma and Joe Tsai, les cofondateurs d'Alibaba, voient donc dans le 8 août un bon présage. C’est en tout cas ce qui se dit dans les couloirs de la société, les personnes interrogées par Bloomberg préférant rester anonymes, l’information étant encore secrète.

Pourquoi le chiffre 8 porte-t-il chance selon les Chinois? Parce qu’il se prononce presque comme «Fa», qui signifie «prospérité» en mandarin. Cette date du 8 août a d’ailleurs déjà adoptée pour un autre évènement gigantesque, les Jeux olympiques de Pékin, qui avaient commencé le 8 août 2008.

Mieux vaut une action commençant par un A

Pour son introduction en Bourse, Alibaba a déjà un autre atout de son côté, le symbole de son action: il semblerait que le sigle ALBB ait été retenu par la firme. Ça tombe bien: les actions commençant par un A, comme Apple, fonctionnent mieux que les actions commençant par un T, comme Twitter.

C’est une étude de deux économistes allemands qui le démontre. Selon Heiko Jacobs et Alexander Hillert, chercheurs à l'université de Mannheim, le classement alphabétique des actions a un impact sur la performance des valeurs boursières et constitue un des biais majeur des marchés financiers. C’est tout bête, mais les traders lisent les cours de Bourse de haut en bas: ils connaissent mieux les valeurs, les échangent plus, trouvent leur bonheur avant d’arriver à la fin de la liste… ce qui joue en faveur du haut du classement.

Avec tout ça, l'introduction d'Alibaba devrait se passer sans aucun accroc. Mais...

Souvenez-vous…

Les marchés financiers sont parfois peu sensibles aux symboles, et Facebook, dont l'introduction avait été un fiasco, s’en souvient. Tout ça parce que Mark Zuckerberg avait voulu dépasser la barre symbolique des 100 milliards de capitalisation boursière en fixant le prix de l'action à 38 dollars...

L'évolution du cours de Bourse de Facebook de mai à septembre 2012.

Un montant surévalué selon les analystes. L’action était restée stable le premier jour avant de chuter: le 4 septembre 2012, elle a atteint son plus bas niveau, à 17,73 dollars, soit une baisse dépassant les 50%. Depuis, le cours s’est néanmoins redressé et tourne actuellement autour des 60 dollars. 

Twitter avait été plus prudent lors de son introduction en Bourse en proposant ses actions à 45 dollars, soit une capitalisation boursière de 14,4 milliards de dollars. À l’inverse de celui de Facebook, le cours du titre de la firme de microblogging s’est d’abord envolé pour atteindre presque les 75 dollars, avant de dégringoler en même temps que l’ensemble des actions du Nasdaq, l'indice américain des valeurs technologiques.

Étienne Goetz
Étienne Goetz (12 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte