Double X

Il existe vraiment des hommes qui boivent du lait maternel pour des raisons de «santé»

Amanda Marcotte, traduit par Peggy Sastre, mis à jour le 06.06.2014 à 7 h 15

Ça se passe dans certaines salles de muscu aux Etats-Unis.

Los Angeles, en 2013. REUTERS/Lucy Nicholson

Los Angeles, en 2013. REUTERS/Lucy Nicholson

 

Le lait maternel est-il un élixir de santé, même s'il ne provient pas de votre mère et que vous avez dépassé depuis longtemps l'âge des couches-culottes? Visiblement, beaucoup d'hommes sont de cet avis, si on en croit A. Pawlowski de Today. «La tendance est insolite, mais certains hommes en quête d'une musculature de colosse ou d'une santé de fer s'en remettent au lait humain, en partant du principe que tous les bénéfices qu'il procure aux nourrissons sont transposables aux adultes», écrit-elle. Si jamais vous n'avez pas de femme allaitante et coopérante sous la main – incroyable! la plupart des hommes seraient dans ce cas – plein de femmes sur Internet seront très heureuses de vous en vendre.

Pour en savoir un peu plus sur ces types qui boivent du lait maternel, Pawlowski s'est glissée dans les forums de Bodybuilder.com, où le lait maternel est considéré comme le super-aliment ultime. «A mon avis, quand on n'est pas intolérant au lactose, on se tire une balle dans le pied à ne pas boire de lait maternel, et en grandes quantités», écrit un participant, tout en prenant l'exemple (jamais prouvé) de célèbres haltérophiles qui en consommeraient matin midi et soir.

Chavie Lieber, de The Cut, a interrogé certains fidèles de la secte de la tétée, après les avoir croisés en nombre dans divers clubs de sport (au cas où vous chercheriez encore des raisons d'éviter les salles de musculation et les énergumènes qui peuvent les peupler). «Ça me procure une énergie incroyable, résume un jeune prosélyte du Queens, bien plus que n'importe quel autre aliment ou n'importe quelle autre boisson». «Je n'ai jamais été malade depuis de nombreuses années, dit un autre, qui s'est mis au lait maternel avec la naissance de son premier enfant, et je suis persuadé que c'est grâce à ça».

Si tout le monde adore ces petites d'anecdotes, Pawlowski voit la chose d'un œil plus soucieux: dans leur recherche de la santé parfaite, les buveurs de lait maternel ignorent les dangers qu'il y a à en acheter n'importe où et n'importe comment, tant la substance peut être vectrice de maladies comme le HIV ou diverses hépatites. Par ailleurs, absolument rien ne permet d'y voir un «super-aliment» pour hommes adultes. Elle cite les propos d'Elisa Zied, nutritionniste: «Pour le dire en deux mots, l'idée qu'un adulte puisse consommer du lait maternel et en tirer des bénéfices pour sa santé ne repose sur aucune preuve scientifique». La spécialiste souligne aussi que tous les nutriments que peut contenir le lait maternel se retrouvent dans bon nombre d'aliments quotidiens, bien mieux adaptés aux adultes, et sans risque de graves infections virales.

Bien évidemment, en voyant que cette mode, qui implique des nichons, ne touche apparemment que des hommes, on peut peut-être (je dis bien peut-être) se dire que toute cette histoire de santé et de forme n'est au fond qu'un prétexte. Dans l'article de Lieber, un homme fait preuve d'une honnêteté salutaire sur cette question: «c'est un objet fantasmatique pour moi», admet-il.

Et quand on voit les discussions sur Bodybuilder.com virer au porno, avec des photos de femmes se tirant du lait et des participants qui blaguent sur l'excitation que de telles images leur provoquent, je me dis que ces types ne seront jamais persuadés qu'avaler un steak est une technique aussi, euh, comment dire, énergisante que de boire du lait maternel.

Amanda Marcotte
Amanda Marcotte (16 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte