Partager cet article

Le forfait de Ribéry est une très mauvaise nouvelle pour l'équipe de France. La preuve en deux chiffres

Alvaro Arbeloa et Franck Ribéry lors du quart de finale de l'Euro 2012 France-Espagne à Donetsk le 23 juin, REUTERS/Vasily Fedosenko

Alvaro Arbeloa et Franck Ribéry lors du quart de finale de l'Euro 2012 France-Espagne à Donetsk le 23 juin, REUTERS/Vasily Fedosenko

C'est désormais certain: Franck Ribéry ne participera pas à la Coupe du monde au Brésil. Le suspense autour de la star du Bayern Munich, amoindrie depuis avril par une lombalgie chronique, a pris fin ce vendredi 6 juin avec l'annonce de la nouvelle par le sélectionneur Didier Deschamps.

Face à l'incertitude de ces derniers jours, une thèse a commencé à germer dans l'esprit de certains observateurs spécialistes de la polémique tout terrain ou footballistique: l'équipe de France n'aurait pas besoin de Franck Ribéry et jouerait mieux sans lui. Ainsi, Bruno Roger-Petit estimait que «le joker et Supersub Griezmann suffit largement à l'équipe de France».

Dans sa chronique du Point, Pascal Praud écrivait, avant l'annonce officielle du forfait, qu'il «n'a jamais éclairé le jeu comme Michel Platini a influencé un match», qu'il «n'a rien fait dans les tournois en 2008, 2010 et 2012» avant d'enjoindre ses lecteur à cesser de «prendre des vessies pour des lanternes: Ribéry n'est pas Zidane» puis de se lancer dans une attaque en règle contre la personne Franck Ribéry qui «parle mal, fait des blagues de plagiste, paye les filles»:

«Sa conversion à l'islam n'a pas arrangé sa popularité auprès de ceux qui voient des tapis de prière à tous les coins de rue. Le public n'a pas tant divorcé avec le joueur qu'avec l'homme, même si la pensée unique qui sévit dans les médias contraint les uns et les autres à excuser ses faits et gestes.»

Passons sur le rapport assez peu évident entre la conversion de Franck Ribéry à l'islam et le bien-fondé de sa présence au Mondial brésilien.

On ne parle pas d'un joueur qui a deux ou trois sélections

Didier Deschamps

Franck Ribéry, qui n'est effectivement ni Zidane ni Platini, a incontestablement eu du mal à se remettre d'avoir terminé troisième dans la course au Ballon d'or alors qu'il pensait pouvoir l'emporter. Mais penser que le joueur du Bayern Munich ne va pas manquer tant que cela à l'équipe de France, c'est tout simplement oublier un facteur déterminant: l'expérience internationale. C'est ce qu'a suggéré Didier Deschamps ce mercredi quand il a rappelé:

«On ne parle pas d'un joueur qui a deux ou trois sélections.»

Un coup d'œil rapide au nombre de sélections moyen des 32 équipes de la Coupe du monde avant le forfait de Ribéry (grâce à l'excellent outil Match Story)suffit pour voir que la France avait déjà un déficit en la matière, et était la troisième équipe la plus inexpérimentée du tournoi (24,9 sélections en moyenne). Avec les 81 sélections de Ribéry en moins, la moyenne plonge à 21,2 ans:

Nombre moyen de sélections dans l'effectif

En 2006, quand Raymond Domenech a décidé d'emmener le jeune Ribéry en Allemagne, l'équipe comptait six joueurs à 60 sélections ou plus (Barthez, Thuram, Vieira, Zidane, Henry et Wiltord) pour l'encadrer. Les derniers champions du monde avaient tous au moins deux cadres de plus de 60 sélections dans leur effectif:  six pour l'Espagne 2010 (Casillas, Xavi, Torres, Xabi Alonso, Sergio Ramos et Puyol), quatre pour l'Italie 2006 (Cannavaro, Del Piero, Buffon et Nesta), et deux pour le Brésil 2002 (Cafu et Roberto Carlos) et la France 1998 (Deschamps et Blanc). Sans Ribéry, la France n'en comptera qu'un, Karim Benzema.

En termes d'expérience en Coupe du monde, il s'agit également d'un gros coup dur pour l'effectif des Bleus:

Avant le forfait de Ribéry, l'équipe de France était déjà la quatrième équipe en partant de la fin en termes de buts internationaux marqués, avec seulement 59 buts dans son effectif, très loin derrière l'Allemagne à 218 ou  l'Espagne avec 217.

Nombre de buts internationaux dans l'effectif

Encore une fois, avec les 16 buts internationaux de Ribéry en moins, la France descend à l'avant-dernière place avec 43 buts, devançant seulement l'Algérie. Avant les barrages, Ribéry a été impliqué dans 67% des buts français (5 buts, 5 passes décisives) lors des qualifications.  Il était le seul joueur français à compter au moins 10 buts et 10 passes décisives dans les 5 grands championnats européens cette saison.

Bien sûr, l'expérience n'est qu'un facteur de succès en Coupe du monde parmi d'autres, comme la cohésion d'équipe, le talent, les adversaires ou encore la chance. Pour une fois, la France a une équipe jeune et personne ne va s'en plaindre. 

Mais quelles que soient les qualités d'Antoine Griezmann, jeune talent de 23 ans (et 3 sélections) que l'Europe entière surveille de près, le forfait de Franck Ribéry est une très mauvaise nouvelle pour l'équipe de France.

Article mis à jour le 6 juin avec l'officialisation du forfait de Ribéry.

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte