Coupe du monde 2014Sports

Quand la France battait un demi-Honduras

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 14.06.2014 à 8 h 56

Détail de la une de L'Équipe du 12 juin 1972.

Détail de la une de L'Équipe du 12 juin 1972.

Une vieille connaissance, une deuxième impression et une première fois. Avant la Suisse (36 confrontations, dont des duels à l'Euro 2004 et la Coupe du monde 2006) et l'Équateur (un match amical en 2008), les Bleus vont faire leur entrée dans le tournoi contre un adversaire inédit. Les Français n'ont en effet jamais, en 110 ans de matchs internationaux, affronté le Honduras, qu'ils retrouveront dimanche 15 juin à Porto Alegre (21 h, heure française).

Ils ont, en revanche, déjà affronté un demi-Honduras, et au Brésil. Cela se passait en juin 1972 pour la Coupe de l'Indépendance, une compétition organisée par le futur président de la Fifa Joao Havelange pour le 150e anniversaire de l'indépendance du pays, présentée comme une «mini-Coupe du monde» en raison de son plateau prestigieux. 

À l'occasion de son premier match de poule, la France, alors dirigée par Georges Boulogne, avait affronté à Salvador da Bahia une sélection d'Amérique centrale (Concacaf) composée de six Haïtiens, cinq Honduriens et deux remplaçants mexicains. À la clef, un succès 5-0 devant un peu plus de 20.000 spectateurs et sur un terrain de 120 m «favorable aux contres et aux envolées», écrivait L'Équipe.

La une de L'Équipe du 12 juin 1972.

Un score jugé «un peu flatteur» par le quotidien sportif le lendemain, face à un adversaire pourtant «nettement inférieur». Les Bleus battront ensuite une sélection africaine et la Colombie, mais concèderont un match nul contre l'Argentine qui les privera du second tour à la différence de buts.

Voici le récit que fait de ce match le site Chroniques bleues:

«Pour l’occasion, Dominique Baratelli fait ses débuts dans les cages, et Hervé Revelli se fait plaisir avec un triplé dans la dernière demi-heure (5-0).»

Un autre récit est fourni par les Cahiers du football sous le titre «Coupe en toc sous le soleil du Brésil»:

«C’est sous une chaleur accablante et dans un stade en grande partie vide (l’entrée est pourtant gratuite) que l’équipe de France débute son tournoi le 11 juin 1972 à Salvador da Bahia. [...] Georges Bereta parvient à ouvrir le score à la 35e minute, mais on ne signale rien d’autre avant la pause.

 

Pour la deuxième période, Jean-Michel Larqué cède sa place à Georges Lech. Le Sochalien est brillant et anime le jeu des français. Cela inspire Hervé Revelli, qui signe un joli triplé. En ajoutant le but contre son camp du malheureux hondurien Bulnes, cela fait 5-0, un score en trompe-l’œil mais une entrée en matière satisfaisante.»

Le onze français contre le Honduras (via le Vintage Football Club)

Ce soir-là évoluaient sur la pelouse, dans un «4-3-3 prudent», selon le site de la FFF, d'autres noms encore connus aujourd'hui: Jean Djorkaeff (le père de Youri), Marius Trésor, Henri Michel, Michel Mézy...

Les Honduriens ne semblent pas avoir laissé une forte impression à l'envoyé spécial de L'Équipe qui, le lendemain, citait uniquement des joueurs haïtiens parmi les plus remuants de la partie –certains d'entre eux feront d'ailleurs partie de l'équipe qui, deux ans plus tard, se qualifiera pour la Coupe du monde en Allemagne. Deux des joueurs honduriens, Cruz et Bulnes, l'auteur malheureux du but contre son camp contre la France, connaîtront eux le bonheur d'une Coupe du monde une décennie plus tard, en Espagne, où leur pays fera bonne figure.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte