La fin du travail, la faim de travail

La raffinerie de Grangemouth, en Ecosse, en octobre 2013. REUTERS/Russell Cheyne

La raffinerie de Grangemouth, en Ecosse, en octobre 2013. REUTERS/Russell Cheyne

La vraie crise, pour Pierre-Yves Gomez, professeur à l'EM Lyon, n'est pas à chercher dans les chiffres mais dans l'intensification, au-delà du supportable, du travail des actifs. Un travail de plus en plus «productif», vidé de son sens.

«Le travail invisible», enquête sur une disparition

de Pierre-Yves Gomez | François Bourin éditeur

Acheter

C'est un titre, à vrai dire, un peu sibyllin: «Le travail invisible», enquête sur une disparition.

Le livre de Pierre-Yves Gomez, professeur à l'EM Lyon, est pourtant une plongée passionnante dans les rouages de la crise. Une crise imputable aux excès de la finance, certes. Mais qui, en réalité, nous confronte surtout à nos vains espoirs et vraies contradictions.

Le travail oublié

Car la vraie crise, pour Pierre-Yves Gomez, n'est pas à chercher dans les chiffres mais dans l'intensification, au-delà du supportable, du travail des actifs. Un travail de plus en plus «productif», vidé de son sens, et ramené au rang d'une «commodité», autrement dit d'un bien interchangeable dont le prix se trouve de plus en plus déprécié. Avec, comme corollaires, des phénomènes désormais bien décryptés: précarité, travailleurs pauvres, changements incessants des organisations,  souffrance au travail... Un travail devenu invisible, donc, comme s'il ne constituait plus le fondement de toute création de valeur.

La faute à la finance, qui exige des rendements farfelus et met les organisations sous pression? Oui, bien sûr, répond l'auteur. Sauf que... la finance ne fait en réalité qu'exécuter une promesse sociale, faite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale aux populations occidentales: celle que, désormais, les inactifs –qu'ils soient enfants, étudiants, malades ou retraités– seraient décemment pris en charge, financièrement, par la société. Et donc par les actifs. 

Une promesse qui n'a cessé ensuite de s'élargir bien au-delà du seul champ de l'Etat-providence, comme en témoigne ce rêve, si typique, d'un jeune étudiant, rapporté par Pierre-Yves Gomez en introduction de son livre: travailler 15 ans comme trader pour amasser suffisamment d'argent, afin de pouvoir ensuite, bénévolement, aider au développement en Afrique. 

L'auteur écrit:

«Nous avons plus ou moins feint, depuis trente ans, de partager une grande espérance: l’enrichisse­ment facile et ludique, l’ère d’une “nouvelle économie” abstraite, mais tellement attrayante, une économie permet­tant de distribuer des revenus sans travailler, non pas à quelques-uns, mais au plus grand nombre possible, sous forme de retraites, de revenus de placements, de profits ou de loyers.»

La finance, c'est nous

Mais quelqu'un, in fine, doit financer cette rente. Et ce quelqu'un, c'est... chacun de nous!

L'argent qui finance les crèches et les écoles de nos enfants, nos retraites et celles de nos parents sort bien, en effet, de notre poche de travailleur et de celle des organisations dans lesquelles nous travaillons. Tout allait bien lorsque la croissance démographie était au rendez-vous. Les choses se compliquent lorsque les inactifs représentent 60% de la population.

Pierre-Yves Gomez explique:

«A partir du moment où la croissance démographique fléchissait, tenir cette promesse signifiait inéluctablement d'intensifier le travail, pour tenir la pression financière accrue, et ce, quel que soit le mode de financement de ces rentes. Mais l'autorisation donnée, au début des années 1970, aux fonds de pension américains d'investir dans d'autres entreprises que la leur a accéléré un phénomène de financiarisation qui s'est ensuite étendu au monde entier.»

Avec la dérégulation financière des années 1980, ces fonds de pension ont pu investir partout dans le monde, entraînant dans leur sillage un mouvement plus général de mobilisation de l'épargne des ménages vers les marchés financiers.

Pierre-Yves Gomez rappelle:

«Aujourd'hui, environ 30% de l'épargne des ménages français est, directement ou par l'intermédiaire de fonds de placement, investie en Bourse.»

Investir en Bourse est devenu tant une nécessité pour ses fonds qu'un devoir citoyen pour les particuliers, largement incités par les pouvoirs publics.

Cette vidéo illustre la thèse du livre sur le travail invisible, la crise et les solutions pour en sortir.

Le tout se soldant par une abondance de capitaux pour les grandes entreprises, qui, alors, sont devenues, à coups de fusions et acquisitions, carrément géantes. Et qu'importe si, en France, nos retraites sont toujours (pour l'instant) financées par répartition, sans, donc, l'aide de fonds de pension: près de la moitié des capitaux investis dans la Bourse française viennent de l'étranger dont une bonne part, directe ou indirecte, provient de fonds de pension et d'institutionnels. 

Mais ces actionnaires ont, bien entendu, exigé des rendements d'autant plus élevés qu'ils avaient de plus en plus de mal à financer ce rêve de rente généralisée.  D'où l'intensification de plus en plus poussée du travail.

Conclusion de Pierre-Yves Gomez:

«Nous avons été complices de l’abstraction finan­cière parce que beaucoup rêvaient de vivre de leurs rentes. (...) C’était (...) un objectif excitant, après lequel nous avons couru de plus en plus vite, dans une économie de plus en plus rapide. Comme ces écureuils que l’on enferme dans des cages en forme de roue: on place devant eux une noisette qu’ils ne peuvent jamais saisir parce que plus ils courent pour l’at­traper, plus ils font tourner la roue, ce qui éloigne le fruit convoité...»

Pour espérer vivre un jour de ses rentes, il faut d'abord se tuer au travail. La métaphore est même parfois devenue littérale.

L'entreprise géante, nouveau défi de la démocratie

La crise de 2007 a fait éclater cette contradiction au grand jour. Et sans doute a-t-elle des issues: si nous acceptons l'idée de vivre un peu moins longtemps et un peu moins bien de nos différentes rentes, alors peut-être pourrons-nous dégager des stratégies pour rendre au travail son rôle créateur tout à la fois de valeur économique, mais aussi de valeur humaine.

Cette vidéo illustre la thèse du livre sur le travail invisible, la crise et les solutions pour en sortir

Les entreprises elles-mêmes auront de plus en plus intérêt à le remettre au coeur de leur processus: aujourd'hui, le coût des process qui contrôlent l'entreprise est devenu prohibitif, et la non-santé au travail est devenue un vrai problème.

Unités plus petites, valorisation des formes nouvelles de travail, naissance de liens plus horizontaux facilités par les technologies numériques...  les outils existent pour dénouer les blocages.

Reste que les décisions relèvent, in fine, d'un nombre très réduit d'acteurs dont la financiarisation a permis l'émergence: les entreprises géantes.

Pierre-Yves Gomez explique:

«Aujourd'hui, les 100 premières entreprises françaises représentent 37% du PIB français, tandis que plus de 200 millions d'Américains dépendent de quelque 3.000 entreprises.»

A tel point que ces entreprises sont devenues des véritables objets politiques autonomes.

Le patron d'un groupe «géant» –Lakshmi Mittal– peut parler d'égal à égal à un président de la République –François Hollande– et s'offrir le luxe de lui dire «non».  Patrick Kron peut préparer le rachat d'Alstom par GE sans en référer à d'autres acteurs qu'à son conseil d'administration, lui-même largement composé de personnalités extérieures –dont une bonne partie étrangères– ayant rarement des compétences sur ce secteur.  Résultat: «14 personnes décident du sort de 65.000 salariés.» 

Pierre-Yves Gomez résume:

«Globalisation et financiarisation ont totalement bouleversé la gouvernance des entreprises: la souveraineté est confiée à des actionnaires de plus en plus distants et le contrôle à des administrateurs dont le seul langage commun est la finance.»  

Avec une conclusion: c'est la gouvernance de nos entreprises qui se trouve désormais sur la sellette.