Coupe du monde 2014Sports

Blatter, Platini, Obama, Zidane: les équipes types des pros et anti Qatar

Grégoire Fleurot, mis à jour le 09.06.2014 à 18 h 20

Corruption, violations des droits de l'Homme, impact désastreux sur l'environnement, changement de calendrier... Le Mondial 2022 au Qatar est déjà le plus controversé de l'histoire. Voici ses principaux défenseurs, et ses principaux adversaires.

Comme tous les quatre ans, la Coupe du monde au Brésil fait l'objet des habituelles polémiques autour de son coût élevé dans un pays où une bonne partie de la population vit dans la propreté et sans accès aux services les plus basiques. Mais ce n'est rien en comparaison de celles qui entourent déjà le Mondial... 2022, qui se tiendra donc dans huit ans, au Qatar.

Soupçons de corruption autour de l'attribution de la compétition au petit émirat du Golfe, déplacement du tournoi en hiver pour éviter les chaleurs insoutenables de l'été qatari, conditions de vie et de travail déplorables voir même mortelles des travailleurs étrangers, mauvais traitement des homosexuels ou et autres violations des droits de l'Homme: depuis l'annonce de la victoire du Qatar le 2 décembre 2010 à Zürich, de nombreux observateurs, acteurs du football et autres journalistes remettent cause le bien fondé de la décision de la Fifa, allant jusqu'à demander un  nouveau vote.

De l'autre côté, les défenseurs du Mondial qatari font valoir l'ouverture à des régions du monde jusqu'ici tenues à l'écart, le droit de nouvelles nations à accueillir la grande fête mondiale du football ou encore la qualité des infrastructures prévues.

Pour y voir plus clair, voici la feuille de match de la rencontre qui oppose depuis plusieurs années déjà (et qui devrait se poursuivre encore longtemps) les amis et les ennemis de la Coupe du monde au Qatar.

Soulignons au passage que tous les joueurs d'une même équipe ne s'entendent pas forcément à merveille. La relation technique entre Michel Platini et Sepp Blatter était au beau fixe il y a encore quelques années, mais ces deux là ne se font plus beaucoup de passes. De la même manière, les joueurs de chaque équipe n'ont pas forcément d'animosité avec ceux de l'équipe adverse. 

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte