Sports

Ligue 1: le vrai classement des meilleurs attaquants

Grégoire Fleurot, mis à jour le 19.05.2014 à 10 h 52

Ou pourquoi Dimitar Berbatov, Lucas et James Rodriguez ont été meilleurs qu'Edinson Cavani cette saison (mais tous moins forts que Zlatan Ibrahimovic).

Zlatan Ibrahimovic marque un but contre Bastia au Parc des Princes le 19 octobre 2013, REUTERS/Benoit Tessier

Zlatan Ibrahimovic marque un but contre Bastia au Parc des Princes le 19 octobre 2013, REUTERS/Benoit Tessier

La saison de Ligue 1 s'est achevée samedi 17 mai, et l'heure est aux bilans collectifs et individuels. 

Pour la deuxième année consécutive, la star du Paris Saint-Germain Zlatan Ibrahimovic finit en tête du classement des buteurs du championnat avec 26 buts (contre 30 l'année dernière):

Mais ce classement «basique» des meilleurs buteurs, qui se contente d'additionner les buts marqués et qui fait référence depuis des décennies dans tous les championnats du monde, reflète-t-il vraiment au mieux les performances des joueurs offensifs?

On peut objectivement en douter. Pour avoir une meilleur idée de l'efficacité des buteurs, il faut commencer par ramener leur total de buts au nombre de minutes passées sur le terrain. Voici à quoi ressemble le classement du nombre de buts marqués par 90 minutes, soit la durée d'un match (pour plus de pertinence, n'ont été pris en compte que les joueurs ayant marqué au moins cinq buts dans la saison):

Ce classement rend hommage à des joueurs comme le Bulgare Dimitar Berbatov, qui n'a rejoint l'AS Monaco qu'à la moitié de la saison mais a réalisé une très bonne deuxième partie de championnat, marquant six buts en seulement 764 minutes jouées, soit 0,71 but par match.

Un troisième classement, inspiré des calculs de l'économiste de la New York University Daniel Altman, rend encore mieux compte de l'efficacité et de la performance des attaquants: le nombre de buts en excluant les pénaltys additionné au nombre de passes décisives par 90 minutes. Daniel Altman, très critique de la manière dont les statistiques sont utilisées dans le sport le plus populaire du monde, expliquait récemment dans une interview au site Quartz:

«Le temps de jeu varie, les pénaltys sont quelque peu aléatoires, et les joueurs offensifs travaillent ensemble d'une telle manière que réaliser une passe décisive est souvent un meilleur choix que tirer au but.»

Le site StatsBomb écrivait en janvier à propos de l'inclusion des pénaltys dans les classements de buteurs:

«Les pénaltys sont convertis à un taux moyen de 76%, et plusieurs joueurs dans une équipe peuvent atteindre ce taux. On ne devrait donc pas récompenser ceux qui marquent des buts sur pénaltys, on devrait même les soustraire aux totaux de buts.»

Voilà ce que donne ce classement appliqué à la Ligue 1 (encore une fois, il ne porte que sur les joueurs ayant marqué au moins cinq buts):

Il permet d'inclure des attaquants complets qui ont non-seulement marqué des buts, mais fait marquer leurs coéquipiers, le tout en rapport avec leur temps de jeu. Dimitar Berbatov se classe à nouveau second. Le Lyonnais Jimmy Briand, qui prend la troisième place, a réalisé une excellente saison par rapport à son temps de jeu avec ses six buts (dont aucun pénalty) et cinq passes décisives en seulement 1.163 minutes, soit l'équivalent de 13 matchs.

Parmi les autres joueurs dont la très bonne saison est mise en évidence avec ce classement, on retrouve le Brésilien du PSG Lucas, avec ses cinq buts (sans pénalty) et 10 passes en seulement 1.937 minutes (l'équivalent de 21 matchs), ou encore le monégasque James Rodriguez avec ses neuf buts (2 pénaltys) et 12 passes.

Ce classement relativise en revanche les performances de Salomon Kalou, septième meilleur buteur avec ses 15 buts, mais qui a marqué cinq de ses réalisations sur pénalty et n'a donné «que» cinq passes décisives pour un temps de jeu très important de 3.101 minutes (l'équivalent de plus de 34 matchs). L'Ivorien ne trouve sa place ni dans le classement des buts par match, ni dans le classement plus complet qui exclut les pénaltys et inclut les passes décisives.

Edinson Cavani, qui est deuxième ex-aequo au classement classique avec 16 réalisations, se retrouve quant à lui rétrogradé à la 12e place à cause de ses deux pénaltys, son peu de passes décisives (une) et son important temps de jeu (2.298 minutes, l'équivalent de 25 matchs).

Finissons, et ce n'est pas très original, par une mention spéciale au géant suédois Zlatan Ibrahimovic, qui quel que soit le classement que l'on adopte, ressort en tête, et a bien mérité son titre de meilleur joueur du championnat, avec en plus cette capacité qu'aucune statistique ne peut quantifier: celle de marquer des buts qui font rêver les spectateurs:

Grégoire Fleurot

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte