France

Mariage posthume pour un soldat tué en Afghanistan

Slate.fr, mis à jour le 31.07.2009 à 11 h 15

un soldat canadien lors d'une opération anti-talibans dans la région de Kandahar, en mai 2009. REUTERS/Jorge Silva.

un soldat canadien lors d'une opération anti-talibans dans la région de Kandahar, en mai 2009. REUTERS/Jorge Silva.

Le mariage posthume est une procédure extrêmement rare qui réclame l'assentiment du président de la République. Nicolas Sarkozy a autorisé le 20 mai l'union entre Damien Gaillet, un soldat de 20 ans mort en Afghanistan dans une embuscade en 2008, et sa fiancée Aurélie.

D'après Ouest-France, le parquet du tribunal de Caen a notifié la décision à la jeune femme. Si elle choisit d'aller jusqu'au bout de sa démarche, «le mariage sera réputé célébré à la date du jour précédant la mort du jeune soldat», explique le quotidien régional.

L'Elysée est saisi d'une cinquantaine de demandes de mariage posthume par an. En 2007, une jeune femme avait été autorisée à épouser son fiancé policier, mort dans une rixe à la Foire du Trône.

[Lire l'article complet sur le site d'Ouest-France]

Image de une: un soldat canadien lors d'une opération anti-talibans dans la région de Kandahar, en mai 2009. REUTERS/Jorge Silva.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte