L'UE veut interdire les sondes Pitot sur l'A330

Slate.fr, mis à jour le 31.07.2009 à 9 h 40

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) va recommander l'interdiction des capteurs de vitesse Pitot du type de ceux présents sur le vol AF447 qui s'est écrasé en mer le 1er juin. L'interdiction concernerait le plus ancien des deux modèles de capteurs fabriqués par le français Thales, tandis que l'utilisation du modèle le plus récent devrait être limité à un capteur par avion, selon un porte-parole de l'EASA.

Cette décision signifierait «qu'au moins deux des trois capteurs de vitesse installés sur chaque avion devront être fournis par le seul autre fabricant, l'américain Goodrich, note le Nouvel Obs. Cette mesure, que l'EASA souhaite obligatoire, était une mesure à but préventif.» Les sondes Pitot sont une des causes possibles du crash du vol d'Air France Rio-Paris qui avait fait 228 victimes, et ont été impliquées dans plusieurs autres incidents récents.

Le constructeur aéronautique Airbus est allé dans le même sens que l'EASA jeudi 30 juillet. Dans un Telex Information Accident (AIT), il conseille également aux compagnies d'avoir au moins deux capteurs Goodrich sur trois sur leurs appareils. Selon un porte-parole d'Airbus, 200 des 1.000 A330 et A340 en service dans le monde sont équipés de capteurs Thales.

[Lire l'article complet sur nouvelobs.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: L'avion disparu photographié par un spotter: le numéro d'identification de l'appareil, A330 F-GZCP, est visible en agrandissant l'image depuis Flickr. CC Flickr/clippergoodwilll.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte