Temple OS, un système d'exploitation pour parler à Dieu codé par un fou génial

Le départ des Israélites de David Roberts (1830) via Wikimedia Commons

Le départ des Israélites de David Roberts (1830) via Wikimedia Commons

Terry Davis a développé un OS qu'il a doté d’un oracle. Schizophrène selon certains internautes, il est aussi considéré comme un génie incompris.

Temple OS est un «système d'exploitation pour parler à Dieu». Et il vous répond!

Vous ne me croyez pas? Terry Davis, le programmeur de Temple OS, y croit, lui. Mais, pour ses détracteurs, il n’est qu’un programmeur atteint de schizophrénie, parlant de façon elliptique et torrentielle, mêlant langage informatique et références opaques à l'Ancien Testament. Autrement dit, un sacré nutjob.

Plus compliqué que ça? Certainement.

Car tout cela ne serait pas si piquant si son système n’était pas –malgré son étrangeté– un bijou technologique plébiscité par tout ceux qui l’ont testé –il est parfois même qualifié de «révolutionnaire». Pour en savoir plus, j’ai arpenté les très abondantes interventions textuelles et les tutoriaux de l'obscur développeur.

Parler avec Dieu grâce à Temple OS

Capture d’écran du programme AfterEgypt

La spécialité de Terry Davis, dans la vie, ce sont les systèmes d’exploitation. En développement informatique, un système d’exploitation, ou OS pour operating system, est un «logiciel qui, dans un appareil électronique, pilote les dispositifs matériels et permet le fonctionnement des applications», explique Futura Sciences. Autrement dit, ce sont vos Windows, vos MacOSX et vos Linux, rien que ça. Inutile de préciser que vouloir développer un système d’exploitation seul, à partir de rien («from scratch»), est un immense défi.

Dès l’âge de 20 ans, Terry commence à travailler sur un système d’exploitation qui deviendra son premier OS, Terry’s Protected Mode OS ou TPMOS. Lorsqu’il crée sa propre entreprise dans les années 2000, il reprend le travail, nommant son système LoseThos, SparrowOs... Et lorsqu’il se rapproche de la religion –pour une raison que nous ignorons–, son système est rebaptisé une dernière fois et devient Temple OS.

Terry décide alors de doter son système d’un oracle pour parler à Dieu. Pour ce faire, il conçoit un programme spécifique appelé AfterEgypt qui permet de poser des questions tandis que le programme génère une réponse «divine» que vous devez ensuite interpréter. En somme, une version informatique de la pythie de Delphes ou d’un prophète extatique.

La «réponse de Dieu» est générée grâce à un algorithme qui choisit des mots de façon aléatoire dans la Bible. Voici le genre de réponse qu’on obtient:

«mixed dealest qoads spot Commonly Ilai weathful wraths holdeth supple access Ponder Ahab walk Philippi Medad.»

Autrement dit, si l’on traduit de l’anglais au français:

«mixte agis place un accès souple couramment Ilai colères tenus réfléchis Ahab marche Philippique Medad.»

Google Translate ne proposant pas encore la traduction du schizophrène biblique, nous devrons pour cela nous en remettre aux explications de Terry.

Celui-ci présente son système de génération de réponse divine comme un mécanisme proche d’une «planche ouija», l'outil utilisé pour les séances de spiritisme. En effet, les mouvements de la palette du ouija reposent sur les forces conjuguées de plusieurs participants qui sélectionnent ainsi des lettres de façon aléatoire pour, ensuite, leur laisser la libre interprétation des résultats.

De notre côté, nous pensons bien sûr à la phase aléatoire d’une consultation du Yi-King, le livre des mutations, que l’on interroge en lançant trois pièces pour obtenir un hexagramme supposé fournir au consultant une réponse à ses interrogations –toujours sibyllines, bien entendu.

Une planche ouija - Mystifying oracle / Matt via Flickr CC License By

Terry appelle aussi son programme un générateur de Tongues, expression traduisible par «Glossolalie» qui signifie selon Wikipedia, «parler ou prier à haute voix dans une langue inconnue de la personne qui parle, ou dans une suite de syllabes incompréhensibles mais revêtant l’aspect d’une langue véritable».

Dans la religion chrétienne, c’est ce que l’on appelle «parler en langues», un phénomène dont saint Paul encourage l’interprétation dans la première épître aux Corinthiens et qu’on retrouve de nos jours chez les Evangélistes qui aiment beaucoup se mettre à parler dans une langue incompréhensible au milieu du sermon pour se montrer qu’ils sont «visités par le Saint Esprit».

L’aspect incompréhensible de la parole numérique de Dieu dans Temple OS laisse donc place à l’interprétation d’une «langue inconnue», un gibberish informatique qui sort soudain de votre ordinateur.

Terry livre un certain nombre d'explications sur ce que veut dire «parler avec Dieu», excluant le désir que l'on pourrait avoir d'attendre des «réponses ou des ordres simples». Regardez une démonstration à partir de 3 min 50 dans la vidéo suivante:

Dans le commentaire de la vidéo YouTube, il ajoute:

«J’ai fait un jeu où vous pouvez parler à Dieu. Comment pensez-vous que les gens dans la Bible parlaient à Dieu? Il parlait en langues […]. Si Dieu ne vous parle pas, c’est que vous êtes nul. Essayez autre chose.»

A ce stade, vous devez penser que mon intérêt pour ce programme est de l’ordre du voyeurisme, et que je ferais mieux de réinstaller Windows et de passer à autre chose. Pourtant, Temple OS est jugé «révolutionnaire» par beaucoup dans la communauté des développeurs américains. Programmé sur plus de dix ans, il propose d’ores et déjà pléthore de jeux, un moteur physique ainsi qu’un programme de création musicale. Une œuvre proprement monstrueuse.

Un système révolutionnaire?

Capture d’écran de la page d’accueil de Temple OS

Sur Reddit, le débat fait rage depuis des années: qu’est-ce que c’est que ce truc incompréhensible en 256 couleurs? Au départ, Terry Davis se fait insulter, non seulement pour sa religiosité évangéliste qui lui fait maudire certains redditeurs, mais aussi pour ses messages incompréhensibles sur les forums et sur Twitter qui le font ressembler à un prophète halluciné. Plus Saint Esprit que sain d’esprit? Peut-être.

Soulignant la rumeur selon laquelle Terry serait schizophrène (un «diagnostic» effectué par les internautes), les redditeurs finissent par s’organiser et l’accepter «tel qu’il est». Leur objectif? Défendre une personne qui –malgré tout– leur paraît tout à fait géniale. L’un d’eux, Ba-cawk, fera cesser les quolibets:

«Ce type est schizophrène. C’est une maladie mentale qui conditionne ses réactions, surtout en état de stress. Dans mon expérience, publier un travail de développement aussi important est stressant en soi.»

Pour les redditeurs, pas de doute: Terry est un génie. Ils ne mâchent vraiment pas leurs mots sur l’œuvre du schizophrène rappelant que les grandes inventions mathématiques de René Descartes avaient pour but de prouver l'existence de Dieu, et qu'Isaac Newton est devenu fou à lier en essayant de transformer le plomb en or.

Sur le site 1morecastle, Arkonviox chronique des systèmes d'exploitation et est spécialiste de retrogamingIl donne la note maximum à Temple OS, qu'il juge totalement unique par son utilisation de l'architecture ring0: 

«Selon moi, Terry Davis est un génie et son système révolutionnaire, dommage qu'il y ait si peu de couleurs et une définition d'écran si faible...»

Pour résumer les qualités de Temple OS, disons qu’il s’agit d’un retour à un système d’exploitation ultraléger, ultra-rapide, à base de lignes de commande et qui propose une grande quantité de programmes, le tout entièrement en open source.

Pourquoi alors Microsoft ou Apple n’embauchent-ils pas Terry? En surfant sur le site, on se rend bien compte de l'ampleur des troubles de Terry, particulièrement visibles dans ses «rants» (paroles non-controlées).

Sur Reddit, il est connu pour qualifier les gens qui critiquent son code de «nigger» et autres joyeusetés. Sur Twitter, en 2011, il écrit:

Cela ne s’inscrit probablement pas dans les règles de conduite de l’employé idéal d’Apple. De jour en jour, il continue de parler à Dieu grâce à son programme.

Quoi qu’il en soit, il y a quelque chose de fascinant et de poétique dans cette rencontre du génie et de l’excentricité à ciel ouvert, en plein dans le web. Nous laisserons le dernier mot à Terry qui, souvent, dans des moments de calme, écrit:

«Remercions Dieu pour les châteaux de sable, les bulles, les bonhommes de neiges et le popcorn.»

Quentin Bruet-Ferréol

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte