France

Manuel Valls baillonné par le PS

Temps de lecture : 2 min

Après sa tribune dans le Financial Times, Manuel Valls continue son tour d'Europe des médias lors d'une interview avec le journal espagnol El Pais. Le socialiste, né à Barcelone, se pose en martyre, bailloné de gros scotch noir sur la photo qui accompagne l'article.

 

 

Dans cette interview, Manuel Valls se dit surpris par la lettre que Martine Aubry lui a envoyé il y a quelques semaines, «qui disait "Tu te la fermes ou tu t'en vas"». Il réaffirme sa discipline de parti, n'avoir jamais pensé démissionner, et estime que «le PS est en passe de mourir parce que, pour la première fois, il ne représente aucun espoir.»

Comment raviver le PS? Manuel Valls souligne que les Français font confiance au Parti pour gouverner localement, et accuse «la crise de leadership» d'être responsable de l'incapacité du Parti à passer du local au national. «Il faut se transformer complètement, parce que sinon, on risque de disparaître» affirme-t-il, avant d'envisager la nécessité d'organiser des primaires à l'américaine, pour intégrer un maximum d'électeurs au choix du candidat socialiste.

[Lire l'interview complète sur le site d'El Pais]

(crédit: Photo officielle issue du blog de Manuel Valls)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters