France

Où vivent les provinciaux de Paris? [CARTE]

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 11.04.2014 à 12 h 26

La carte qui permet de vérifier que oui, il y a bien beaucoup de Bretons dans le XVe arrondissement. Mais pas seulement.

Carte des trois régions d'origine les plus surreprésentées dans chaque arrondissement par rapport à leur nombre total de natifs dans la population française. En application des directives de l'Insee, seuls les effectifs supérieurs à 200 pour chaque arrondissement ont été pris en compte.

Carte des trois régions d'origine les plus surreprésentées dans chaque arrondissement par rapport à leur nombre total de natifs dans la population française. En application des directives de l'Insee, seuls les effectifs supérieurs à 200 pour chaque arrondissement ont été pris en compte.

Si vous fréquentez assidûment les réseaux sociaux, vous avez sans doute, ces dernières semaines, repéré cette carte qui y a beaucoup circulé, notamment sur Twitter.

Celle-ci, nous apprend l'indispensable Google Books, est extraite du Nouveau cours de géographie publié en 1914 par le géographe Louis Gallouédec. Elle nous permet de confirmer certains clichés: oui, il y avait à l'époque beaucoup de Bretons dans le XVe arrondissement ou d'Auvergnats à Paris.

Dans la foulée, le sociologue Baptiste Coulmont a publié sur son blog une courte note cartographiant, pour chaque arrondissement, les départements (y compris ceux d'Île-de-France) qui ont le plus contribué aux flux de population province/Paris dans les cinq années qui ont précédé le recensement de 2008. 

De notre côté, nous avons voulu savoir quelle était la répartition des provinciaux à Paris en tenant compte de toutes les catégories de la population –c'est à dire aussi bien du jeune Breton de dix ans dont les parents ont déménagé à Paris en 2008 que de la retraitée née en Auvergne mais installée à Paris depuis 1960– et sans tenir compte des départements franciliens.

Pour cela, nous nous sommes plongés dans les chiffres du dernier recensement, établi à Paris à partir d'un gigantesque sondage représentatif portant sur 40% des habitants. Sur les quelque 2,2 millions d'habitants de la capitale, on compte un peu plus de 31% de Parisiens de naissance, près de 15% de natifs des autres départements de la région parisienne et 25% de natifs de l'étranger (qu'il s'agisse de Français nés à l'étranger, d'étrangers devenus Français par naturalisation ou d'étrangers tout court). Soit environ 30% de «provinciaux», en y incluant les natifs de l'Outre-mer.

Si l'on regarde quelle région domine parmi les provinciaux, c'est, fort logiquement, la plus peuplée derrière l'Île-de-France qui se détache: les Rhônalpins représentent les plus gros bataillons partout sauf dans les XIVe, XVe et XIXe arrondissements. Mais ils sont pourtant sous-représentés, puisqu'ils représentent 9% des provinciaux de Paris, alors que les natifs de la région Rhône-Alpes représentent plus de 10% de l'ensemble des natifs de la province.

Pour avoir une vision plus fine, il faut donc comparer le poids de chaque région avec le nombre de personnes qui y sont nées, comme sur la carte qui illustre cet article, qui montre, pour chaque arrondissement, les trois régions qui y sont surreprésentées par rapport à leur poids dans la population française. Et à ce petit jeu, c'est la Guadeloupe qui l'emporte pour l'Outre-mer et le Centre pour la métropole, avec respectivement 2,08% et 2% de leurs natifs vivant à Paris, contre seulement 0,9% des natifs du Nord-Pas-de-Calais.

Les Guadeloupéens sont notamment surreprésentés dans les arrondissements les plus populaires de la capitale, ceux qui comptent le plus de logements sociaux: XIIIe, XIVe, XVIIIe, XIXe et XXe. Une note de l'Insee publiée en 2012 rappelait que «deux tiers des Antillais de métropole sont installés en Île-de-France» et que «historiquement, la migration des Antillais répondait avant tout à un besoin en personnel des administrations et des services de santé», auquel a répondu «une offre large de logements sociaux».

Les habitants qui sont originaires des six départements du Centre, il est vrai limitrophes de l'Île-de-France, représentent eux de leur côté près de 7% des provinciaux de Paris. Leur répartition est relativement homogène, avec une pointe dans le XIIe arrondissement (pas très loin de la gare d'Austerlitz, dans le XIIIe arrondissement, dont partent les trains pour le Centre –elle s'appelait auparavant «Gare d'Orléans»).

La Corse fait également partie des régions souvent surreprésentées, même si numériquement, ses effectifs restent modestes (un peu plus de 4.300 personnes, avec notamment une pointe dans le Ve arrondissement, celui de Jean Tibéri), de même que le Limousin.

A noter également un cas intéressant, celui de la Bretagne. La région (entendue au sens administratif, à quatre départements) ne se hisse dans les trois les plus surreprésentées que dans deux arrondissements: le XIVe et le XVe, qui encadrent la gare Montparnasse, vers où partent les trains pour la Bretagne.

Mais dans ces deux arrondissements, elle est carrément la plus représentée en valeur absolue: dans le XVe, on compte un peu moins de 8.000 Bretons pour un peu plus de 7.000 Rhônalpins; dans le XIVe, près de 3.900 Bretons pour environ 3.600 Rhônalpins. Environ 50.000 Bretons de naissance habitent Paris, ce qui, selon une étude de l'Insee, fait que «la capitale se positionne ainsi, derrière Rennes et Brest, au troisième rang des communes abritant le plus d’individus nés en Bretagne».

Ci-dessous, la liste des trois arrondissements de la capitale où chaque région compte, en proportion de la population totale, le plus de représentants.

Jean-Marie Pottier

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (942 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte