Culture

Le musée d'Orsay est le Woodstock de la peinture

Temps de lecture : 2 min

On sait bien que si vous passez à Paris vous vous devez de voir le Louvre: votre coiffeur ou votre voisin vous demandera si les toiles sont toujours aussi belles et si Mona Lisa va bien. The Atlantic donne un conseil à ses lecteurs: laissez tomber le Louvre.

«Mes collections préférées à Paris retracent la carrière d'un seul artiste, montrant son oeuvre contextualisée; ses galleries ne sont pas bondées, l'humeur n'y est pas surexcitée, et on peut partir au bout d'une heure, avant que les salles successives ne deviennent une corvée.

Même un visiteur enclin à admirer une flopée de grandes toiles préférera le Musée d'Orsay, dont l'immense collection est plus gérable que celle du Louvre; surtout, la plupart des visiteurs y trouveront des toiles plus à leur goût.»

«Le Louvre est semblable à une bibliothèque des classiques de la musique: pas mal de symphonies majeures, de concertos classiques, et de délicieux quartets (...). Mais la musique que l'on apprécie aujourd'hui, c'est le rock et ce qui en découle.»

Conclusion: si vous aimez les grands concerts classiques, où l'on joue des partitions vaguement connues, allez au Louvre. «Que ceux qui préfèrent Woodstock aillent à Orsay»

[Lire l'article complet sur The Atlantic]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

[crédit: flickr CC]

Newsletters

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

Avec son dispositif visuel inhabituel, le film de Rithy Panh met en scène de manière bouleversante des visions des massacres du XX​e siècle comme questionnement inquiet d'une pulsion de mort de l'espèce humaine tout entière.

En Chine, le film «Fight Club» n'a pas du tout la même fin

En Chine, le film «Fight Club» n'a pas du tout la même fin

Le plan de Tyler Durden n'était pas franchement en phase avec l'idéologie du PCC.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio