Culture

Retoucher l'oeuvre d'Hemingway

Temps de lecture : 2 min

«Paris est une fête», ouvrage d'Hemingway publié de manière posthume, vient d'être largement retravaillé par l'un des petits fils de l'auteur. Celui-ci estimait que la version originale ne rendait pas justice à sa grand-mère, la seconde femme d'Hemingway, et voulait en dresser un portrait plus élogieux.

Le petit-fils a ainsi retiré plusieurs sections du chapitre final du livre, et les a remplacé par d'autres écrits d'Hemingway, dans lesquels la grand-mère en question apparaît sous un meilleur jour. Dix autres chapitres qui mécontentaient le petit-fils ont été relégués à l'appendice, créant, selon lui, «une représentation plus juste de ce que voulait [son] grand-père».

Un chroniqueur du New York Times s'inquiète de ce mode de fonctionnement de Scribner, la maison d'édition concernée. «Que fera Scribner, par exemple, si un descendant de Francis Scott Fitzgerald exige le retrait, dans «Paris est une fête», du chapitre concernant la taille du pénis de Fitzgerald, ou si le petit fils de Ford Madox Ford veut effacer les références aux odeurs corporelles de son ancêtre?»

«Les éditeurs sont les gardiens des livres que les auteurs leur lèguent, souligne le NYT. Quelqu'un qui hérite du copyright n'est pas habilité à amender son travail. L'héritier a toujours la possibilité de réécrire son propre livre en proposant ses propres corrections». D'après le chroniqueur, qui a bien connu Hemingway, «Ernest était très attentif aux mots qu'il écrivait, des mots qui ont donné au monde littéraire un nouveau style d'écriture».

[Lire l'article complet sur le New York Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

(Photo: wikimedia CC/ Ernest Hemingway au Kenya en 1953)

Newsletters

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

Nous avons rencontré Olivier Assayas, le réalisateur de la dernière série en date à être présentée au Festival de Cannes.

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Le film de Claire Denis et celui d'Albert Serra inventent chacun un univers torride et troublant, aux franges du thriller politique, de l'espionnage et du fantastique, qui donnent de manière chaque fois singulière son véritable sens à l'idée de cinéma queer.

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio