Culture

L'écrivain Frank McCourt est mort à 78 ans.

Temps de lecture : 2 min

Une vie inspirée d'une enfance malheureuse

L'écrivain américain d'origine irlandaise Frank McCourt, auteur des «Cendres d'Angela», est mort dimanche à 78 ans. Le New York Times brosse le portrait de son enfance malheureuse qui a donné matière à son best-seller.

«Quand je me retourne sur mon enfance, je me demande comment j'ai survécu à tout ça». Le deuxième paragraphe du livre commençait ainsi: «C'était, évidemment, une enfance malheureuse: les enfances heureuses valent rarement la peine. Pire que les enfances malheureuses ordinaires, il y a les enfances malheureuses irlandaises, et pire encore: les enfances malheureuses Catholiques Irlandaises.»

Le livre s'est vendu à des millions d'exemplaires, et son auteur a remporté le Prix Pulitzer.

Frank McCourt estimait que la première matière pour un auteur était toujours lui-même. C'est ce qu'il avait enseigné pendant des années dans les universités américaines, et c'est ce qu'il mit en pratique, à travers ses différents romans, ses documentaires.

[Pour écouter Frank McCourt raconter des histoires sur WNYC]

[Lire l'article complet sur le New York Times]

(Photo: le 12 septembre 2006, lors d'une conférence à Cologne, via wikimedia)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

 

Slate.fr

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters