Culture

Easy Rider, le film qui a changé Hollywood a 40 ans

Temps de lecture : 2 min

Dans une série sur l'année 1969 et son importance dans la pop culture américaine, le blog cinéma du Los Angeles Times revient sur Easy Rider, film culte qui a «réellement changé Hollywood» et dont les trois acteurs principaux -Peter Fonda, Jack Nicholson et Dennis Hopper- sont instantanément devenus des stars.

Le film, dont le budget n'a pas dépassé 360 000 dollars et dont le réalisateur Dennis Hopper n'était pas vraiment en odeur de sainteté auprès des grands studios, en a rapporté plus de 20 millions, une somme énorme pour l'époque. «Je mentirais si je disais que le film a bien vieilli» écrit Patrick Goldstein. «Mais son succès a inspiré toute une génération de jeunes réalisateurs talentueux, dont Martin Scorcese, Hal Ashby, William Friedkin, Robert Altman, Peter Bogdanovic, John Milius, Brian de Palma et Terrence Malick, pour ne citer qu'eux.»

S'ensuit une série de citations de Dennis Hopper et des producteurs Bert Schneider et Bob Rafelson sur le tournage du film, le casting et l'ambiance qui régnait autour de ce film pas comme les autres, 40 ans après sa sortie en salles

[Lire l'article complet sur latimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Affiche du film Easy Rider)

Slate.fr

Newsletters

L’histoire dingue de Threatin, le groupe qui a berné tout le monde (même ses musiciens)

L’histoire dingue de Threatin, le groupe qui a berné tout le monde (même ses musiciens)

Faux label, faux achats de places de concerts, faux tourneur, fausse notoriété sur les réseaux sociaux… L’affaire Threatin a secoué le petit monde de la musique outre-Manche.

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le troisième film de Mikhaël Hers accompagne avec délicatesse la traversée d’une tragédie par un couple enfant-adulte qui y trouve comment s’inventer.

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

Johnny chante comme un dieu, le batteur est un dieu, tous les musiciens sont des dieux. Je transpire comme un sumo tellement le disque me donne chaud.

Newsletters