Culture

Easy Rider, le film qui a changé Hollywood a 40 ans

Temps de lecture : 2 min

Dans une série sur l'année 1969 et son importance dans la pop culture américaine, le blog cinéma du Los Angeles Times revient sur Easy Rider, film culte qui a «réellement changé Hollywood» et dont les trois acteurs principaux -Peter Fonda, Jack Nicholson et Dennis Hopper- sont instantanément devenus des stars.

Le film, dont le budget n'a pas dépassé 360 000 dollars et dont le réalisateur Dennis Hopper n'était pas vraiment en odeur de sainteté auprès des grands studios, en a rapporté plus de 20 millions, une somme énorme pour l'époque. «Je mentirais si je disais que le film a bien vieilli» écrit Patrick Goldstein. «Mais son succès a inspiré toute une génération de jeunes réalisateurs talentueux, dont Martin Scorcese, Hal Ashby, William Friedkin, Robert Altman, Peter Bogdanovic, John Milius, Brian de Palma et Terrence Malick, pour ne citer qu'eux.»

S'ensuit une série de citations de Dennis Hopper et des producteurs Bert Schneider et Bob Rafelson sur le tournage du film, le casting et l'ambiance qui régnait autour de ce film pas comme les autres, 40 ans après sa sortie en salles

[Lire l'article complet sur latimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Affiche du film Easy Rider)

Slate.fr

Newsletters

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

C’est la vision que l’art contemporain m’a donnée du football à travers l’exposition «Par amour du jeu» aux Magasins généraux.

Faut-il encore défendre le rap?

Faut-il encore défendre le rap?

Cela fait trente ans que certains acteurs du milieu rap tentent d’expliquer ce qu’est réellement cette musique, devant des gens qui ne veulent rien entendre dans le but de servir une idéologie. La polémique sur Médine en est un nouvel exemple.

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

En devenant une industrie, Hollywood s'est structuré en studios, avec le corps des femmes, actrices malléables à volonté, comme valeur marchande, et avec les avortements forcés, le «slut shaming» ou le chantage comme outils de coercition.

Newsletters