Monde

Toto Riina met en cause l'Etat italien

Slate.fr, mis à jour le 20.07.2009 à 11 h 12

L'ex-chef suprême de la mafia Toto Riina, incarcéré depuis 1993 et notamment soupçonné d'être à l'origine de l'attentat qui a coûté la vie au juge sicilien Paolo Borsellino en 1992, affirme ne pas être mêlé à cet assassinat. Son avocat, Luca Cianferoni, a déclaré dimanche 19 juillet (date anniversaire de l'attentat) dans une interview donnée à La Repubblica, que son client invitait à regarder du côté de l'Etat. «Ce sont eux qui l'ont tué», a déclaré samedi Toto Riina Cianferoni. Cette déclaration signifie qu'«il a voulu dire (...) ne regardez pas que de mon côté, regardez aussi du vôtre», selon Me Cianferoni. Ces déclarations ont déclenché les polémiques en ce jour anniversaire.

Le juge Borsellino et son escorte de cinq policiers ont été tués dans un attentat le 19 juillet 1992 en plein centre de Palerme, en Sicile. C'était peu après l'assasinat du juge Giovanni Falcone, de son épouse et des trois hommes chargés de sa protection, le 23 mai 1992. A l'époque, la mafia aurait cherché à négocier avec l’Etat, proposant d’arreter les assassinats en échange d’une amélioration de la situation carcérale des détenus mafiosi. Borsellino se serait opposé à cette négociation.

Que le vieux «Padrino di Corleone» se manifeste ainsi a supris tout le monde, après 17 ans de silence: il n'avait plus ouvert la bouche sur rien ni personne depuis le jour de sa capture, le 15 juillet 1993.

Les exécutants mafieux de ces crimes ont été retrouvés et condamnés par la justice. Mais des zones d'ombre demeurent encore sur l'assassinat de Borsellino, notamment sur l'identité de la personne ayant appuyé sur la télécommande et fait exploser la voiture bourrée d'explosifs. La disparition d'un agenda dont le magistrat ne se séparait jamais et sur lequel il notait tous les progrès de ses enquêtes n'a pas été expliquée non plus.

L'arrestation de Toto Riina, un an après les meurtres des deux juges siciliens, avait été considérée comme une des plus importantes victoires de l'Etat italien dans la lutte contre la mafia sicilienne dans les années 90. Surnommé «la bête», Toto Riina a dirigé Cosa Nostra jusqu'à son arrestation en janvier 1993. Depuis, il a été condamné une quinzaine de fois à la perpétuité, en particulier pour meurtres.

Lire l'interview complète sur La Repubblica

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte