Monde

Le contact serait rompu avec les otages de Somalie

Temps de lecture : 2 min

Les négociations sur la libération des deux agents français de renseignement de la DGSE, enlevés mardi à Mogadiscio, s'annoncent de plus en plus difficiles. Les autorités somaliennes affirment avoir perdu contact avec leurs ravisseurs. «Il semble que les espoirs de négociations pour libérer les otages français diminuent car tous les contacts avec les ravisseurs sont rompus jusque présent et le gouvernement ne sait pas où se trouvent les deux hommes», a expliqué un haut responsable des services de sécurité somaliens. Les otages auraient été «éloignés» de Mogadiscio.

Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, a admis que des négociations n'étaient «pas engagées à proprement parler». Invité du Grand Rendez-Vous Europe1/Le Parisien , il s'est néanmoins voulu rassurant. «Le groupe [qui les détient] est prêt à discuter. (...) Les messages passent». Il a affirmé avoir eu «des nouvelles» des deux hommes qui sont «en vie» et «bien traités»

Les agents de la DGSE étaient au départ détenus par deux groupes qui se les étaient «partagés», les extrémistes radicaux des shebab et la milice Hezb al-Islamiya du chef islamiste radical cheikh Hassan Dahir Aweys. Mais depuis vendredi, les shebab se sont emparé du deuxième homme par la force.

Lire l'article complet sur Le Figaro

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

Forcées de se prostituer pour payer leurs dettes, ces femmes se sont retrouvées à lutter contre la faim en pleine pandémie, abandonnées par leurs proxénètes et par l’État.

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

Près d'un·e législateur·trice sur six est contaminé·e dans cet État américain.

Newsletters