Monde

Au revoir le gavage

Temps de lecture : 2 min

Le gavage des femmes en Mauritanie fascine souvent les médias étrangers, mais ce n'est plus vraiment un enjeu. Si selon une enquète de l'OMS, «une femme sur cinq a été gavée ou est actuellement gavée», «le gavage est désormais plus une pratique du passé», selon Youphil.

Avant, les petites filles ingéraient des litres et des litres de lait pour finir par peser une centaine de kilos pour 1m60, ce qui pouvait avoir de graves dangers pour leur santé. «Si hier l’idéal était celui de la femme énorme, avec des vergetures comme marques de beauté, aujourd’hui montrer qu’on est capable d’être mince est devenu le nouveau credo de la classe supérieure mauritanienne», explique l’anthropologue Céline Lesourd.

Les critères de beauté ont changé davantage grâce aux séries télé étrangères qui véhiculent de nouveaux critères de beauté que grâce aux campagnes de prévention des associations et du gouvernement.

[Lire l'article complet sur Youphil]

(Photo: Flickr/c.hug)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Note de la rédaction: Jean-Marie Colombani, co-fondateur et président de Slate.fr, est également président de Youphil.

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters