France

Prison ferme pour les accusés de Villiers-le-Bel

Temps de lecture : 2 min

Les dix accusés du premier procès des violences urbaines survenues à Villiers-le-Bel en novembre 2007 ont été condamnés, vendredi 17 juillet, à des peines allant de un à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Pontoise (Val-d'Oise).

Les magistrats ont ordonné l'incarcération immédiate de sept de ces prévenus qui comparaissaient libres et ont délivré un mandat d'arrêt à l'encontre d'un huitième prévenu, absent à l'audience.

Les jeunes gens se voyaient reprocher des jets de pierres et de projectiles sur des policiers lors de deux nuits de violences qui avaient eu lieu à l'automne 2007, après la mort de deux jeunes hommes, percutés par une voiture de police alors qu'ils circulaient sur une mini-moto. Plusieurs dizaines de policiers avaient été blessés lors des violences de 2007, parfois par tirs d'armes à feu, et des bâtiments publics avaient été incendiés. Un millier de policiers étaient ensuite intervenus le 18 février 2008 pour tenter d'arrêter les agresseurs.

Les dossiers des condamnés, ne reposant que sur des déclarations, en particulier des dénonciations anonymes et faites contre rémunération, comme le permet une loi récente, sont fortement contestés par la défense.

Concernant l'autre volet de l'affaire, l'enquête sur la mort des deux jeunes à l'origine des violences n'a pas débouché pour l'instant sur des poursuites, malgré des expertises ouvrant la porte à une possible responsabilité policière remises au dossier à l'été 2008. «Je ne vois pas le rapport entre un accident de la circulation et le fait d'incendier une école, ça m'échappe», avait déclaré le procureur lors du procès. L'incendie d'une école à Villiers-le-Bel lors des violences fait partie d'une autre procédure que celle pour laquelle comparaissent les dix prévenus depuis jeudi.

[Lire l'article complet sur Le Point.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Reuters/Pascal Rossignol—novembre 2007 à Villiers-le-Bel, pompier éteignant une voiture incendiée dans les émeutes.)

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters