France

L'Elysée paie les sondages du Figaro

Temps de lecture : 2 min

La Cour des Comptes a révélé hier dans son rapport que la présidence de la République a acheté pour près de 400 000 euros d’enquêtes d’opinion, ensuite publiées dans la presse.

«Sur un total de 35 études payées par la présidence - dans le cadre d’un contrat annuel de 1,5 million d’euros avec Opinionway - la Cour des Comptes relève que 15 d’entre elles ont ensuite été publiées dans la presse», explique France Info. Ce qui conduit à «mettre en doute l’intérêt de telles commandes», écrivent les services de Philippe Seguin.

L'institut Opinionway réalise les études mais, sous couvert d'anonymat, des journalistes du Figaro ont expliqué à France Info que les sondages sont préparés en collaboration étroite avec Patrick Buisson, conseiller de Nicolas Sarkozy, ancien collaborateur du Figaro et de LCI et président de la châine Histoire, filiale de TF1.

France Info indique «que la société des rédacteurs du Figaro va demander à Etienne Mougeotte de s’expliquer». Joint par la radio, l’intéressé affirme que «tous les sondages publiés par Le Figaro sont payés par le Le Figaro».

La député PS Delphine Bato, proche de Ségolène Royal, a dénoncé ces enquêtes «offertes par l'Elysée à des médias» qui permettent de «manipuler et d'instrumentaliser l'opinion publique».

L'institut Opinion Way a démenti dans un communiqué sur son site: «OpinionWay réalise depuis le début de l’année 2007 une enquête hebdomadaire pour le compte de LCI et du Figaro. Cette prestation régulière fait l’objet depuis cette date d’une facturation par OpinionWay à LCI et au Figaro, et seulement à ces deux medias».

[Lire l'article complet sur France Info]

(Photo: Reuters/Benoit Tessier)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters