Life

L'article faux qui a rapporté 1,4 million de visites à BuzzFeed

David Weigel, mis à jour le 04.12.2013 à 17 h 47

Et pourquoi il y a un problème avec un certain type d'agrégation sur Internet.

Capture d'écran de BuzzFeed

Capture d'écran de BuzzFeed

Au lieu de faire quelque chose de productif comme finir le deuxième chapitre de mon livre (c'est en bonne voie de toute façon), j'ai passé une heure ce mardi 3 décembre à regarder comment l'Internet s'était fait avoir par un nouveau canular. Elan Gale, un producteur de The Bachelor et donc une des pires personnes de la planète, a passé une partie de son Thanksgiving à live-tweeter ce qu'il affirmait être une querelle avec une femme irritante portant «des jeans de maman» qui se plaignait trop bruyamment du retard de son avion.

Gale lui a envoyé des boissons et des petits mots pour lui dire de se taire et de «manger une bite» («eat a dick» en anglais, expression utilisée pour répondre en marquant son énervement à une attaque verbale).

Internet a adoré, surtout BuzzFeed. Rachel Zarrell, journaliste sur le site américain, a agrégé les tweets et les photos de Gale. Son billet a été lu près de 1,4 million de fois.

Problème: l'histoire de Gale n'était pas vraie. Les gens auraient peut-être pu le comprendre étant donné qu'il a pris beaucoup de photos mais aucune de sa «cible».

BuzzFeed s'est moqué de moi

Rachel Zarrell a pu écrire un second billet agrégeant les tweets de Gale expliquant comment il avait berné tout le monde. Je me suis énervé, pas vraiment contre Buzzfeed mais contre ElanGale, qui rappelons-le est producteur de The Bachelor. Le boulot de ce type est de trouver des idées qui stimulent les centres de plaisir et de colère des cerveaux du Lumpenproletariat. Il l'a fait sur Twitter et a captivé Internet avec une farce totale.

J'ai taquiné BuzzFeed à ce sujet (après tout, cette histoire fausse a contribué à hauteur de 1% à leur audience record de novembre) et, après un aller-retour amical, le rédacteur en chef politique McKay Coppins s'est moqué de moi.

Je suis ami IRL avec McKay, et j'aimerais que toutes nos interactions sur Twitter ne se terminent pas en petites disputes mesquines, mais soyons sérieux, on s'en fout. Elan Gale a réussi à berner l'Internet avec une histoire bête et méchante.

Buzzfeed est tombé dans le panneau, Zarrell a envoyé un tweet à Gale pour lui demander une interview sans jamais rien confirmer sur le vol. N'importe quel média devrait considérer ça comme une faute.

Ce n'est certes pas comparable à Lara Logan acquiesçant comme un perroquet tandis que sa source dans l'affaire de l'attaque de l'ambassade de Benghazi lui ment, mais c'est le genre de journalisme bâclé qui entraînerait un licenciement dans un petit journal.

Imaginez: vous travailliez à l'Echo deTrifouilly-les-Oies, vous publiez un gros article en une sur une bagarre qui ne s'est jamais passée. Le papier cartonne, il se fait démonter. Vous pensez vraiment que vous pouvez vous en tirer en vous moquant des gens furieux?

Je ne dis pas que BuzzFeed devrait virer qui que ce soit. Le site a publié une mise à jour à la fin de l'article.

Malheureusement fréquent

J'ai bien demandé à la journaliste, Rachel Zarrell, comment tout ceci a pu se passer, mais je ne vais pas en faire une affaire d'Etat. Elan Gale ne cherchait pas à se faire de l'argent ni rien de la sorte. C'était un canular inoffensif.

Mais ce n'était pas un hasard. C'est ça le problème.

Rien qu'au cours des deux dernières semaines, l'Internet a appris, par des sources en qui il a confiance (et qu'il partage sur Facebook) qu'une serveuse du New Jersey a été privée de pourboire par une famille anti-gays et qu'Amazon allait lancer des drones livreurs de produits. Tout cela juste deux mois après que Jimmy Kimmel a créé une sorte de publicité virale pour son émission de télévision, une vidéo de «twerk fail» qui a été rapportée par de nombreuses chaînes de télévision comme étant vraie. Ou assez vraie. Après tout, c'était une vidéo sur Internet!

Dans les trois cas, les lecteurs ont été dirigés vers des histoires fausses qui étaient en gros des coups de pub pour des entreprises à succès ou, dans le cas du New Jersey, l'arnaque d'une serveuse que ses collègues considèrent comme une menteuse qui a beaucoup d'imagination. Combien de médias ont essayé de vérifier ces histoires avant de les rapporter? Vous ne voulez pas savoir.

Une faute que personne ne lui reprochera

Je suis donc un peu gêné par la réponse désinvolte de BuzzFeed. De toute façon, à quoi sert l'agrégation? Et les gens sont-ils prêts à créer des standards de «journalisme» (Zarrell est une journaliste, qui a travaillé pour d'autres médias avant) plus bas du moment qu'il s'agit d'un article viral?

Cette année, le Washington Post a licencié une agrégatrice-journaliste surmenée après qu'elle a bâclé certains faits. Le style d'agrégation du Washington Post est assez impopulaire: le journal veut avoir une version des articles sur son propre site pour que les lecteurs y restent au lieu d'aller sur Yahoo! ou Politico.

Mais les agrégations sont assez ennuyeuses et très factuelles. Aucune d'entre elles ne devient aussi méga-virale que «This Epic Note-Passing War on a Delayed Flight Wins Thanksgiving» («Ce combat épique de petites notes sur un avion retardé est le champion de Thanksgiving» en français).

Et l'article de Rachel Zarrell n'aurait pas eu tant de succès sur les réseaux sociaux si elle avait décidé que l'histoire de Gale était trop fragile pour être rapportée. Elle n'aurait pas rapporté 1,4 million de visites. Elle aurait, à l'heure actuelle, moins de valeur pour BuzzFeed, et c'est quelqu'un chez ViralNova ou le Huffington Post (qui ont aussi avalé l'histoire) qui aurait plus de «valeur».

«Trop bon pour vérifier»

Tout ceci est assez tordu. Oui, les gens veulent croire à des histoires salaces sur Internet.

Les journalistes veulent publier des articles que les gens lisent. S'il y a beaucoup d'avantages et très peu d'inconvénients à publier des conneries, il y aura de plus en pus de conneries sur Internet. Comme le dit l'un de mes collègues:

«"Trop bon pour vérifier" ("Too good to check") était un signal d'alerte chez les rédacteurs en chef de journaux pour ne pas se précipiter sur des foutaises. Aujourd'hui c'est un modèle économique.»

***

MISE A JOUR | le directeur des informations de BuzzFeed Lisa Tozzi a fait ce commentaire après la publication de cet article sur Slate.com:

«Comme d'autres médias, nous avons repéré la saga de Thanksgiving entre Elan et Diane quand elle était en train d'exploser sur Twitter. Nous avons utilisé le mot “affirmant” pour décrire les tweets d'Elan, et avons mis à jour notre billet plusieurs fois au fur et à mesure qu'elle se déroulait, mais nous aurions dû rendre ce scepticisme plus clair.

Notre métier n'est pas de publier des canulars et nous ressentons l'énorme responsabilité de fournir à nos lecteurs des informations exactes et à jour. Nous avons depuis publié une mise à jour de l'article Elan/Diane ainsi qu'un deuxième article de suivi soulignant que la confrontation ne s'est jamais passée.»

Prenons ça comme un «happy ending». Au-delà du langage sec, j'ai un problème avec les auteurs de canulars qui ne cessent de profiter des médias sociaux, pas avec BuzzFeed. Avec un peu de chance, ça pourrait être le mème qui a fait déborder le vase.

David Weigel

Traduit par Grégoire Fleurot

David Weigel
David Weigel (25 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte