Économie

A partir du 15 juillet, les Français travaillent pour eux

Temps de lecture : 2 min

L'association Contribuables associés estime que le 15 juillet marque le jour de libération fiscale pour les Français en 2009. Ce calcul très idéologique s’appuie sur la part des dépenses collectives dans l’économie, soit environ 53% du PIB. L'association estime donc que jusqu'au 15 juillet les contribuables travaillent pour l'Etat.

Le calcul est très contestable, explique sur son blog Dominique Seux, rédacteur en chef des Echos: «Travailler pour payer les dépenses collectives, c’est travailler pour soi, l’éducation de ses enfants, les routes etc.». Malgré tout, l'indicateur «a l’avantage de rappeler que la part des dépenses collectives est très importante en France, plus que dans la plupart des pays, la France ayant même battu la Suède il y a quelques années», écrit-il.

Ce calcul fut inventé par un homme d'affaires américian en 1949 pour protester contre la pression fiscale trop élevée. Dominique Seux rappelle que l'économiste libéral Milton Friedman en avait fait son cheval de bataille 1980. Il avait alors proposé de créer une nouvelle fête nationale, le jour de l’Indépendance personnelle, le jour où les Américains commencent à travailler pour leur compte.

[Lire l'article complet sur le blog de Dominique Seux]

(Photo de Une: un ouvrier d'Heuliez lors d'une manifestation le 14 avril 2009, Reuters)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Dans cet épisode de DEMAIN. DÈS MAINTENANT, nous abordons une question assez vertigineuse, puisqu’il s’agit de l’ordinateur quantique. De quoi s’agit-il exactement? Faut-il y croire? Quel objectif peut justifier de relever un tel défi? Où en...

 La gratuité des transports publics à Paris, une mauvaise idée qui peut en faire naître de bonnes

La gratuité des transports publics à Paris, une mauvaise idée qui peut en faire naître de bonnes

En mars, Anne Hidalgo lançait une réflexion sur la gratuité des transports en commun. Son résultat sera connu à la fin de l'année, mais il semble d'ores et déjà qu'il s'agisse d'une fausse piste.

Newsletters