France

Typologie: le jeu des quatre familles de l'UMP

Thomas Guénolé, mis à jour le 20.01.2014 à 9 h 18

Sept ingrédients, quatre familles et un cocktail d'idées: à deux mois des municipales, état des lieux des mouvements qui composent le principal parti d'opposition.

Politologue et maître de conférences à Sciences-Po, Thomas Guénolé nous propose dans cette infographie un tour d'horizon de l'UMP inspiré de son ouvrage Nicolas Sarkozy, chronique d’un retour impossible? (éd. First, juin 2013). Infographie réalisée par Aurélie Rozier.

La droite aura l’occasion de s’interroger sur son programme lors de sa primaire présidentielle, en 2016. Cependant, dès à présent, bien connaître ses idées-clés permet d'anticiper ce qu'elle proposera aux électeurs aux municipales de mars et aux européennes de juin, d'autant que l’actuelle majorité socialiste-écologiste s’avère être rejetée par de plus en plus d’électeurs.

Cette infographie offre un panorama complet des familles de la droite: la droite libérale, la droite gaulliste, la droite morale et la droite sécuritaire. 

Chaque grande famille de la droite a pour l'incarner des cercles proches de l'UMP, voire même des courants officiels du parti. Par exemple, parmi les «mouvements» créés en 2012, c'est aujourd'hui la Droite sociale de Laurent Wauquiez qui propage le plus fidèlement le message classique de la droite libérale.

Chaque grande famille de la droite a aussi ses chefs de file d'aujourd'hui, personnalités parfois même très charismatiques, pour porter son message. Au reste, cela peut être le fruit d'une évolution du parcours de l'intéressé. Ainsi, si Jean-François Copé est par son discours actuel le chef de file de la droite sécuritaire, ce n'est que depuis la campagne pour la présidence de l'UMP, en 2012: alors qu'il l'avait commencée à l'été sur des thèmes de droite libérale (supprimer le statut des fonctionnaires, faire des directeurs d'écoles de vrais «patrons», etc.), il propage depuis septembre 2012 le message classique de la droite sécuritaire.

Au demeurant, indice d'une certaine permanence des quatre droites dans le cycle politique ouvert par la première grande alternance politique en 1981, l'on peut trouver pour chaque famille un chef de file marquant dans les années 1990. Par exemple, Philippe Séguin fut, à l'époque, le chef de file de la droite gaulliste.

Chaque grande famille de la droite a en outre ses grands inspirateurs actuels, ses intellectuels de référence. Par exemple, du fait de ses travaux sur la notion de décence, la crise de l'école et de l'autorité, ou encore les repères de l'identité collective, Alain Finkielkraut est aujourd'hui l'intellectuel de référence de la droite moraliste.

Enfin, puisque chaque électeur de droite dose les ingrédients de ces quatre familles à sa propre façon, comme l'on prépare un cocktail, il en résulte que nul ne peut être chef de toute la droite s'il n'incarne pas toutes les droites. Autrement dit, qui veut devenir le chef doit savoir faire des gammes dans les quatre registres à la fois: libéral, gaulliste, moraliste, sécuritaire. Or, significativement, les deux grands compétiteurs à l'UMP pour 2017, Nicolas Sarkozy et François Fillon, sont les seuls depuis 2012 à faire l'effort d'incarner ces quatre droites à la fois.

C'est tout cela que cette infographie présente, explique et résume. Bonne lecture!

Thomas Guénolé

Thomas Guénolé
Thomas Guénolé (21 articles)
Politologue
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte