Que faire si votre enfant est harcelé à l'école?

A chaque fois pour les parents, c'est le même choc, la même impuissance, la même colère désemparée, et surtout le même manque d’information sur ce qu’il faut faire pour anticiper ou réparer un harcèlement.

REUTERS/Charles Platiau

- REUTERS/Charles Platiau -

Quand ma fille S. a fait sa rentrée au CP l’an dernier, j’avais tout prévu: le cartable, la trousse, la tenue toute neuve (une robe jaune soleil), des petites étiquettes à son nom parce qu’elle a la fâcheuse habitude d’égarer ses affaires. Je lui ai expliqué que l’école primaire, c’était la grande école et qu’effectivement, tout serait plus grand: les pupitres, les CM2, la cour de récréation, la fatigue…

Mais ce que je n’avais prévu, c’est qu’une semaine à peine après la rentrée, S. se ferait entraîner puis enfermer dans les toilettes par D., un élève de sa classe. Qu’il la forcerait à l’embrasser sur la bouche et qu’il lui toucherait la culotte après avoir soulevé sa robe. Et qu’il la menacerait de la frapper si elle se risquait à «rapporter».

Si je l’ai appris, ce n’est pas grâce à un appel du directeur de l’école qui aurait tenu à me dire que «quelque chose de grave est arrivé aujourd’hui», ni à celui des parents de D. qui auraient tenu à s’excuser pour leur fils. (Ils n’ont à ce jour, un an après les faits, jamais été informés par l’école des actes perpétrés par leur fils ce jour-là.)

Je l’ai appris de la bouche de ma propre fille qui, à 6 ans, m’a demandé de ne plus jamais lui faire porter de robe pour que D. ne recommence pas aussi facilement.

Que le directeur de l’école n’en ait rien su avant nous n’est pas en soi un problème grave, même si cela signifie que deux enfants de CP ont échappé à la vigilance des enseignants pendant de longues minutes. Je peux concevoir que le personnel de l’école ne puisse pas avoir les yeux partout. Le problème en revanche, c’est tout ce qui a suivi.

  • Le directeur qui affirme qu’on ne va pas faire toute une histoire d’un «simple jeu de touche-pipi».
  • Le directeur, toujours, qui convoque les deux enfants dans son bureau (sans prévenir les parents respectifs) pour mener une confrontation, comme dans un bureau de la SRPJ alors que «le plaignant» et la «partie adverse» mesurent tous les deux moins d’1,10m.
  • Le directeur, qui jugera bon de ne pas m’avertir, quelques mois plus tard, que j’allais retrouver ma fille le soir, les vêtements tâchés de sang, après un coup de poing assené par D. et qui pour seule sanction sera puni 3 minutes dans le couloir.
  • Le directeur, encore lui, lassé de me voir à la porte de son bureau, chaque matin, pour réclamer une suite à cette affaire, et qui convoque ma fille pour lui dire de cesser de raconter à ses parents ce qu’il se passe à l’école parce que cette mère quand même, «elle aime bien faire des histoires pour pas grand-chose».

J’apprendrai plus tard, par l’institutrice, que le directeur est à deux ans de la retraite et qu’il ne veut gâter ni la «réputation» de l’école ni ses derrières années de fonction en engageant une procédure pour résoudre ce qui correspondait en tout point à un cas de harcèlement.

  • Sexuel, pour l’épisode des toilettes.
  • Physique, pour ce qui concerne le coup de poing et toutes les autres agressions.
  • Moral, pour les «ta gueule connasse» proférés par un enfant de 6 ans, de manière publique et quasi-quotidienne.

En tant que mère, je pensais m’être préparée à ce qu’un jour, mon enfant soit peut-être victime ou même auteur de harcèlement.

Je n’ai jamais tenu de discours angélique sur une école temple du savoir et de camaraderie. J’avais déjà pu constater que les enfants pouvaient se comporter en parfaits petits connards.

Ce que l’activiste américain Geoffrey Canada avait décrit en ces termes: «Les enfants sont des experts en violence.» N’oubliez jamais, Pol-Pot a été un enfant.

Malgré des lectures sur le sujet, malgré deux ans passés à travailler pour une célèbre émission sur la parentalité, ce jour-là, et ceux qui ont suivi, je n’ai pas su quoi faire à part être en colère.

Aujourd’hui, cette affaire est plus ou moins réglée (et ce n’est pas par la grâce d’un directeur). Bien sûr, tous les enseignants et chefs d’établissements ne font pas preuve de la même lâcheté dans ce genre de situation, certains prennent le problème du harcèlement à bras le corps et apportent des réponses pragmatiques aux cas qui leur sont présentés.

Mais aujourd’hui, je peux compter parmi mes amis et connaissances eux-mêmes parents, au moins 7 cas de harcèlement scolaire plus ou moins graves. Et pour chacun de ses parents, le même choc, la même impuissance, la même colère désemparée, et surtout le même manque d’information sur ce qu’il faut faire pour anticiper ou réparer un harcèlement.

Le déficit d’informations pratiques couplé aux fréquentes défaillances de la communauté éducative peut être dévastateur, pour l’enfant harcelé, pour les parents, pour le harceleur.

Le sujet mérite de la clarté, de la pédagogie, des réponses concrètes ainsi qu’une approche psychologique des différents acteurs.

Avec les réponses d’Hélène Romano, docteur en psychopathologie clinique et auteur de L’enfant face au traumatisme (Dunod), le témoignage de Laure, mère de Lou, 9 ans, harcelée pendant tout son année de CE2, et les informations tirées du très bon et utile rapport d’Éric Debarbieux de l'Observatoire international de la violence à l’École, voici ce que j’aurais sûrement aimé savoir avant le mois de septembre 2012.

Le harcèlement scolaire est-il un phénomène récent?

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, le harcèlement à l’école est loin d’être l’apanage des années 2000, au même titre que Maître Gims, Dora l’exploratrice et autres fléaux des cours de récré contemporaines.

Le harcèlement a toujours existé, mais il n’existe pas de statistiques officielles. A l’inverse de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, ou de l’Europe du Nord ou des recherches ont commencé dès les années 1970, les autorités françaises ne se sont intéressées au phénomène que très récemment.

Il aura fallu attendre mars 2011 pour que Luc Chatel, alors ministre de l’Education nationale, commande un rapport à Eric Debarbieux, président de l'Observatoire de la violence scolaire, ainsi qu'une enquête auprès de 18.000 élèves.

Pour la première fois, ce rapport a permis de donner une réalité chiffrée au phénomène: 10% des écoliers et des collégiens rencontrent des problèmes de harcèlement et 6% subissent un harcèlement qu'on peut qualifier de sévère à très sévère.

Cette enquête a été basée sur la définition du school-bullying donnée en 1993 par Dan Olweus, professeur de psychologie à l'université de Bergen:

«Un élève est victime de harcèlement lorsqu'il est soumis de façon répétée et à long terme à des comportements agressifs visant à lui porter préjudice, le blesser ou le mettre en difficulté de la part d'un ou plusieurs élèves.»

Pour ce qui a précédé ce rapport, il n’existe donc aucun chiffre, aucune statistique officiels, mais une réalité: le harcèlement scolaire a toujours existé, mais sous des formes différentes.

Pour Hélène Romano, il y a quinze ans, «la manière la plus simple et la plus répandue de harceler un enfant, c’était le racket. Le harcèlement physique, les coups, cela a toujours existé. Ce qui est plus récent, et qui fait le plus de dégâts, c’est la violence psychologique, l’humiliation, la disqualification qui ont la particularité aujourd’hui de franchir les murs de l’école». Elle poursuit:

«Avant,l’enfant pouvait être harcelé, agressé, insulté dans l’enceinte de l’établissement, mais une fois rentré chez lui, il pouvait être à peu près tranquille, épargné par ses harceleurs. Aujourd’hui, avec les téléphones, ou Facebook, le harcèlement peut se prolonger jusque dans la chambre de l’enfant qui n’a alors plus de répit du tout et est dans un état d’insécurité permanent.»

Le phénomène a également été identifié par Eric Debarbieux qui a recensé 9% d’élèves déclarant avoir subi un surnom méchant, une humiliation, ou une insulte via SMS ou l’Internet.

Ces technologies ont aussi accru le phénomène en ce qu’elles nourrissent la violence du harceleur.

«Le harceleur se piège lui-même, explique la psychothérapeute, il ne peut plus arrêter parce qu’avec Internet, les réseaux sociaux, il a trouvé une audience, qu’il pense devoir abreuver de nouveaux témoignages de violence, il se sent obligé de continuer voire de redoubler de violence pour satisfaire ce public.»

Donc, oui, le harcèlement existait déjà quand nous étions nous-même enfants, mais il a aujourd’hui muté, sous une forme plus odieuse, et plus puissante.

Existe-t-il un profil type du harceleur et du harcelé?

Il existe beaucoup d’idées reçues autour des personnalités des harceleurs et des harcelés. Dans l’imaginaire collectif, le harceleur est un grand gaillard (et un garçon forcément), à l’environnement familial accidenté et aux résultats scolaires médiocres.

Le harcelé est une petit chose fragile qui détient au moins un de ces caractéristiques: port de lunettes, problèmes de poids, appareil dentaire, premier de la classe, signes extérieurs de pauvreté, etc.

Il faut dire que ces idées reçues sont nourries par bon nombre de séries télé, films et publicités.

A l’image de la marque de vêtements Harley Davidson qui s’est piqué de militer contre le harcèlement scolaire avec une campagne de publicité plus que discutable.

Les enfants victimes de harcèlement y sont décrits comme, au choix: roux, gros, ou nerd. Et le message sous-jacent est dramatique: portez des t-shirts Harley Davidson et vous ne serez plus jamais embêté à l’école.

La réalité, elle, est beaucoup plus complexe que ces typologies. Que ce soit pour les bourreaux ou pour les victimes.

D’abord, et parce que, ça va mieux en le disant, les filles aussi peuvent être bourreaux.

A 8 ans, Lou a été victime d’une cabale organisée par une fille de sa classe, qui a réussi à fédérer un groupe autour d’elle pour l’ostraciser, l’insulter («pute», «connasse») et la frapper dans la cour de récréation (claque, coups de pieds).

Il n’est pas rare non plus que des filles harcèlent des garçons, pas nécessairement plus jeunes ou plus chétifs.

Les victimes ne sont pas vulnérables par essence mais au mauvais moment. Les enfants sont généralement choisis comme cible parce qu’ils se trouvent dans une période de vulnérabilité ponctuelle liée à un problème de santé, un déménagement, une séparation des parents ou autres.

Cette vulnérabilité étant souvent palpable, voire visible, ils sont alors repérés par les harceleurs qui fondent sur eux comme des oiseaux de proie.

Cette vulnérabilité les rend aussi plus «poreux» à l’agressivité de l’autre, ça en fait des victimes idéales parce qu’à ce moment précis, ils ne disposent pas des ressources pour se défendre.

L’agression va avoir un effet, et entraîner la jouissance immédiate de harceleur, le constat immédiat que ses attaques ont un effet.

Pour Hélène Romano, «comme un pitbull ne desserre pas les crocs quand il mord, le harceleur ne va pas non plus lâcher sa proie s’il constate qu’il lui fait mal».

Lou a entendu de la bouche de ses harceleurs:

«On sait que tu chiales tout le temps, maintenant notre jeu c’est de trouver comment te faire pleurer et on gagne à chaque fois.»

Le harcèlement devient donc un jeu auquel le bourreau gagne systématiquement.

Du côté des harceleurs, il existe trois catégories

Le harceleur qui agit par anticipation en s’inscrivant dans une dynamique de groupe: «Je harcèle pour ne pas être harcelé».

Il s’agit d’enfants qui préfèrent investir dans le groupe que dans l’individualité et dont le but premier n’est pas de faire du mal mais de restaurer une estime de soi déficiente.

Ce sont aussi les enfants les moins «dangereux» sur le long terme. Quand ils se font «attraper», ils admettent la sanction car ils savent que ce qu’ils ont fait n’est pas juste.

Ensuite, le harceleur ex-harcelé. L’enfant qui a été victime en 6e, et devient bourreau en 4e; il est celui pour qui la violence subie doit devenir une violence agie.

Même si ça n’est pas une fatalité, ça n’en est pas moins une réalité. Pour autant, cela n’obéit pas à une logique de vengeance. Ou en tout cas, ces enfants seraient bien incapables de le formuler de la sorte.

Helene Romano raconte le cas de ce harceleur qui fait une chute, se retrouve à terre, et se fait subitement rouer de coups par sa victime. L’inversion des rôles est «compulsive».

Le troisième profil est le plus inquiétant et le plus toxique. Il s’agit d’enfants au profil psychopathique asocial. Ils sont dans une dynamique relationnelle où l’autre n’existe pas. La victime est niée, en tant que victime et en tant que personne.

Pour Hélène Romano, ce sont les plus redoutables. Ce sont aussi les cas les plus difficiles à détecter et à sanctionner parce qu’ils «sont capables par exemple de chercher à se faire passer pour le meilleur ami de leur victime, ils arrivent à se faire inviter à venir jouer chez lui, à y passer la nuit. Ce sont des manipulateurs, des séducteurs, dont le seul objectif est d’utiliser l’autre pour sa propre jouissance».

Cette stratégie les rend plus crédibles auprès des adultes quand il s’agit de nier:

«Comment aurais-je pu faire du mal à un copain?»

Tous les harceleurs ne sont pas non plus issus de familles socialement défavorisées et/ou violentes. Baigner dans un environnement hostile où les insultes et les coups fusent peut évidemment favoriser ce type de comportements. Mais le plus souvent, c’est le contexte scolaire qui peut favoriser ces comportements.

Des enfants bien élevés, aimables, peuvent se transformer en êtres abominables une fois le portail franchi s’ils estiment que c’est ce que le groupe attend de lui. Hélène Romano rappelle d’ailleurs que, parfois, les harceleurs ont développé ce sentiment d’impunité précisément parce qu’ils ont été choyés, et ont grandi avec un sentiment de toute-puissance alimenté par leurs parents.

Faut-il en tant que parent, engager une confrontation avec le harceleur?

C’est quasiment un réflexe: le parent qui apprend que son enfant est martyrisé à l’école ne peut être que tenté de rencontrer le bourreau, de lui parler durement, voire de le menacer. J’ai pour ma part caressé l’idée de coincer D. et de le menacer de lui faire manger ses dents s’il persistait à violenter physiquement et moralement mon enfant.

MAUVAISE IDÉE.

Idée on ne peut plus humaine, mais totalement contre-productive, notamment dans le cas du profil du pervers manipulateur. D’abord parce que le harceleur saura que sa victime a parlé, et a donc «rompu le contrat». Cela peut faire redoubler la violence, les coups.

Pire encore, pour les plus retors, cette intervention musclée des parents peut constituer l’ingrédient idéal à la victimisation. Il n’est pas rare que des harceleurs réprimandés se plaignent à l’enseignant ou à ses parents d’avoir été menacé par un parent: il devient alors la victime.

Les adultes sont généralement beaucoup plus prompts à réagir quand un adulte exerce une pression sur un enfant que quand un enfant persécute un autre enfant. Là, ils ont de quoi s’indigner sur l’air de «on ne touche pas aux enfants!».

Pour Hélène Romano, les parents peuvent toujours essayer d’établir un contact avec le bourreau de leur enfant, mais jamais dans une démarche punitive ou menaçante. Le mieux est encore d’entrer en contact avec les parents du bourreau si on s'entend bien avec eux. De là, le dialogue peut éventuellement naître.

Harcelés un jour, harcelés toujours?

Si le harcèlement de leur enfant peut être extrêmement mal vécu par les parents, ça n’est pas que pour les incidences immédiates, mais aussi pour la crainte que ces événements ne laissent de traces indélébiles.

COUCOU LA PRESSION: tout dépend de la réponse apportée par les parents. Un enfant dont les parents ont nié, banalisé ou minimisé l’expérience de harcèlement peuvent en effet faire l’objet d’évolutions victimaires, être victimes de névroses traumatiques qui vont persister.

Concrètement, cela peut se matérialiser à l’âge adulte par des problèmes de confiance en soi, de peur de réussir (et donc de susciter des jalousies qui peuvent conduire à des brimades). Plus concrètement encore, ces enfants peuvent devenir des victimes de harcèlement au travail.

Aux parents, donc, de prendre la pleine mesure du traumatisme immédiat et de tenter d’apporter des solutions.

La mère de Lou n’a pas rechigné à tout exploiter pour faire entendre à son enfant que ses parents COMPRENAIENT ET AGISSAIENT: Lou a consulté (entre autres) un pédopsychiatre, une psychomotricienne, la psychologue scolaire, une homéopathe, une sophrologue, un ostéopathe... autant d’adultes qui se sont penchés sur le cas de cette enfant malheureuse et qui ont pu contrebalancer un corps enseignant peu à l’écoute.

Et la communauté éducative dans tout ça?

Ma propre expérience m’a conduite à estimer que les chefs d’établissement peuvent être d’une inutilité voire d’une dangerosité confondante. Un enseignant qui nie la gravité des faits et c’est l’école tout entière qui devient un terrain hostile à l’enfant, adultes et élèves compris.

Pour Lou, il en a été de même. Quand la mère et la fille se sont décidées à solliciter un entretien avec la maîtresse pour évoquer les coups, les insultes, les brimades dont Lou a été victime, l’enseignante «ne voulait pas croire que ces petits anges pouvaient avoir de tels comportements. Elle est tombée de haut! Mais le pire, c’est que ma fille pleurait à chaque retour de récréation, donc en classe, et que soi-disant elle n’a jamais rien remarqué! Une enfant dans une classe de 20 élèves qui pleure à toutes les récrés, personne ne voit rien, logique!».

Evidemment, certains membres du corps enseignant savent se montrer à la hauteur, prennent la pleine mesure de la gravité et organisent réunions, sollicitation de l’académie, voire sanctions. Mais les parents doivent de toute façon mettre toutes les chances de leur côté pour faire cesser ces actes et activer tous les leviers possibles.

Quels recours?

Plusieurs solutions sont mises à disposition des parents, certaines plus efficaces que d’autres. Il existe un numéro «stop harcèlement» (0808 80 70 10) auxquels répondent des conseillers-psychologues, juristes, conseillers scolaires qui peuvent faire la liaison avec le «référent harcèlement de l’académie». J’ai eu beau chercher, je n’ai trouvé aucun témoignage d’enfant ou de parent qui a pu trouver une aide concrète par ce biais.

Reste que l’existence même de cette «hotline» marque une volonté du ministère de l’Education d’offrir sinon des solutions immédiates, au moins une écoute.

On peut aussi compter sur une volonté de sensibilisation du grand public sur la question, qui passe notamment par des campagnes, des vidéos qui visent à interpeller les citoyens.

La vidéo la plus efficace n’émane pas du ministère mais d’un documentaire diffusés sur France 5 au mois d’octobre, intitulé «Le monde en face: Harcèlement à l'école».

Réalisé et écrit par Nicolas Bourgoin et Amandine Stelletta (elle-même ancienne victime de harcèlement), le documentaire a bénéficié d’une bande-annonce choc qui vise à interpeller les adultes sur la question en transposant le harcèlement scolaire dans le milieu de travail. Le visionnage est difficile mais efficace.

Il y a toutefois une solution immédiate qui permettrait de prévenir et de venir à bout de ces situations réclamée par de nombreux experts: créer une infraction relative au harcèlement moral. Le code pénal prévoit des condamnations pour le harcèlement moral au travail (article 222-33-2 du Code pénal), ou dans le couple (article 222-33-2-1 du Code pénal), mais pas en milieu scolaire. Ce qui est aberrant à la lumière des chiffres.

Cela rend donc difficile toute démarche des parents qui voudraient activer des leviers en droit. Ils peuvent toujours déposer plainte pour injure, violences ou menaces et avoir recours au droit civil pour la réparation du préjudice. Mais la difficulté à collecter preuves et témoignages peuvent sérieusement entraver ces démarches. Et les affaires sont souvent classées, ce qui constitue pour l’enfant une négation de sa souffrance.

Sans compter que le harceleur peut se sentir légitimé dans sa violence:

«J’ai fait du mal mais je ne suis pas puni, je peux continuer.»

Changer d’école?

Reste une solution proposée par Hélène Romano et qui permet surtout de mettre les victimes à l’abri des bourreaux quand la situation dure depuis trop longtemps.

Les enfants victimes de harcèlement somatisent de manière presque systématique: maux de ventres, maux de têtes, problèmes de sommeil, énurésie... Les parents peuvent alors solliciter le médecin scolaire qui pourra constater que le harcèlement a une répercussion matérialisable sur la santé de l’enfant.

La responsabilité de l’école est alors davantage engagée en ce que l’enfant se met en danger physiquement par le simple fait d’aller à l’école. Il est alors plus aisé d’exiger un changement de classe, voire un changement d’école.

Changer d’école, a fortiori en cours d’année, relève en effet du parcours du combattant et peut prendre beaucoup de temps et d’énergie. Avoir fait attester par des spécialistes le fait que l’enfant vit dans sa chair le harcèlement peut accélérer la procédure.

Evidemment, la plupart des parents estimeront que c’est au bourreau de partir et non à la victime. Sans compter que le fait que l’enfant harcelé change d’école peut être vécu comme une victoire par le harceleur qui se sentira alors encouragé dans son sentiment d’impunité. Rien ne l’empêchera alors de continuer et de trouver d’autres cibles.

Mais les situations les plus graves font parfois que l’urgence n’est pas d’être dans la cohérence et la justice. Il s’agira de mettre l’enfant à l’abri, et tant pis pour la cohérence et la justice. C’est parfois une question de survie.

Dans un monde parfait, il incomberait au harceleur de quitter, même temporairement, l’établissement. Ce monde sera probablement moins imparfait quand la communauté éducative sera suffisamment formée, sensibilisée et réactive et que les victimes cesseront alors d’écoper d’une double-peine: être persécuté puis contraint à fuir pour sauver sa peau.

Nadia Daam

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Nadia Daam est journaliste pour l'émission 28minutes sur Arte. Elle a été chroniqueuse sur «Les Maternelles». La suivre sur Google+. Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
D'autres ont aimé »
Publié le 15/11/2013
Mis à jour le 15/11/2013 à 3h59
23 réactions