Monde

Les autres poilus (et à plumes, à quatre pattes ou pas) héros de la guerre

Emma Roller, mis à jour le 13.11.2013 à 12 h 33

Chiens, chats, pigeons voyageurs et même vers luisants, eux aussi se sont battus, et de manière héroïque, pendant les deux guerres mondiales.

Un chien, en Afghanistan. REUTERS/Finbarr O'Reilly

Un chien, en Afghanistan. REUTERS/Finbarr O'Reilly

Le 11 novembre, il est important de rendre hommage à ceux qui ont donné leur vie et pris des risques pour leur pays. Mais le statut d’ancien combattant ne s’applique pas seulement aux Homo sapiens. Depuis que les humains combattent au front, les animaux servent à leur côté sur les champs de bataille.

Les chevaux sont les plus connus d'entres eux, mais d’autres espèces ont participé aux conflits, certaines d'entre elles pourraient même vous surprendre. Même les humbles vers luisants ont servi sous les drapeaux, dans leur uniforme incandescent.

Voilà quelques exemples d’animaux les moins communs, ayant secondé les troupes sur le front ou les populations à l'arrière.

Les chiens (et un chat)

L’odorat et l’ouïe affutés des chiens sont depuis longtemps d'un grand secours aux soldats pour repérer les bombes et les mines, trouver les soldats blessés, et prévenir les attaques imminentes. L'armée russe utilisait des chiens de traineau pour se déplacer et un pitbull américain a même reçu le titre de sergent, «Sergent Stubby» (trapu, courtaud), après avoir attaqué un espion allemand pendant le Première Guerre mondiale.

Mais ils ont aussi été mis à contribution pour de moins biens nobles causes. Avant la guerre de Sécession aux Etats-Unis, les limiers étaient chargés de courir après les esclaves qui tentaient de s’échapper, et un projet (heureusement abandonné) lors de la Seconde Guerre mondiale prévoyait d’utiliser les chiens pour des attentats suicides dans les camps ennemis.

En 1943, le Royaume-Uni a créé la Médaille Dickin pour récompenser les animaux ayant servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi les 54 médaillés, on compte beaucoup de chiens et de pigeons voyageurs, mais aussi un chat fidèle et loyal, nommé Simon.

Il a été décoré après avoir tué une infâme colonie de rats qui pillaient les rations de nourriture à bord d’un navire de la marine britannique, et ce, même après avoir été blessé par un tir de canon ayant pourtant tué 17 membres de l’équipage. Simon et 11 autres récipiendaires de la Médaille Dickin sont enterrés au Ilford Animal Cemetery, à l’extérieur de Londres.

Les vers luisants

Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats britanniques ont fait de l'incandescence des vers luisants leur alliée. Après en avoir rassemblé des milliers dans un bocal, les militaires les utilisaient pour éclairer les messages et les cartes dans les tranchées sombres.

En 2004, le gouvernement britannique a rendu hommage aux vers luisants et à d’autres animaux avec une sculpture érigée en leur mémoire, portant cette inscription:

«Ce monument est dédié à tous les animaux qui ont servi et qui sont morts aux côtés des troupes britanniques et alliées pendant les guerres et les campagnes à travers le temps. Ils n’avaient pas le choix.»

Les éléphants

Avec les chevaux et les chiens, les éléphants sont dans les premiers à avoir été sollicités sur les champs de bataille, utilisés comme des tanks. L’exemple le plus connu est sans doute celui d’Hannibal, qui a emmené plus de 30 éléphants dans sa traversée des Alpes en 218 avant JC.

Le plus vieux de tous les animaux anciens combattants est peut-être Lin Wang appelé aussi Grandpa Lin, un éléphant ayant servi pendant la Seconde Guerre mondiale, mort à l’âge de 86 ans. Après avoir été appelé sous les drapeaux par les Japonais pour transporter des vivres à travers la jungle birmane, Lin Wang a été capturé par l’armée chinoise et est devenu un agent double.

Les éléphants ont aussi été utilisés pour traverser, à gué, des rivières en pleine crue et ils pourraient bien avoir inspiré JRR Tolkien pour créer les oliphants du Seigneur des anneaux. Quant au film Operation Dumbo Drop, il est tiré d’une histoire vraie, une mission américaine dont le but était de transporter en avion une paire d’éléphants pour transporter du bois de construction à travers les montagnes du Vietnam. (Le vrai nom de la mission, Operation Barroom, faisait référence au bruit provoqué par un pet d’éléphant.)

Mais les pachydermes ont aussi été sollicités «à l'arrière». L’armée britannique a utilisé environ 1,2 million de chevaux et de mules pendant la Première Guerre mondiale, créant une pénurie de moyens de transports dans les villes de Grande-Bretagne. C’est alors qu’est arrivée Lizzie l’éléphante, la Rosie la riveteuse du règne animal.

Lizzie était l’éléphante d’un cirque ambulant, embauchée pour transporter de la ferraille d’un marchand à un autre dans la petite ville de Sheffield. Elle était capable de porter le même poids de chargement que trois chevaux réunis. D’autres éléphants ont été mis à contribution dans des fermes, pour labourer les champs et transporter les récoltes. Les chameaux ont été aussi utilisés pour trimballer de lourds chargements alors que les chevaux étaient réquisitionnés sur le front.

Les dauphins

De même que l’odorat développé des chiens, l’utilisation du sonar par les dauphins a été indispensable pour les troupes américaines pour localiser les mines sous-marines. Le Programme de mammifères marins de l'US Navy s'est servi des otaries et des phoques pour leur capacité à aller chercher des objets dans l’océan. La marine américaine a même utilisé des orques et des baleines beluga pour des expéditions en eaux profondes ainsi que des requins et des raies pour tester la résistance des combinaisons de plongée en Kevlar.

Les pigeons voyageurs

Les pigeons voyageurs ne sont pas aussi souvent récompensés que leurs compagnons à quatre pattes. Mais l’un d’entre eux a reçu les honneurs pour avoir, malgré ses blessures, sauvé la vie de presque 200 militaires américains.

Cher Ami, c’est son nom, a été donné au service des transmissions de l’armée américaine par les Britanniques, et a servi dans le 77e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale. Bloqué derrière les lignes ennemies, le 77e s’est retrouvé sous le feu de troupes amies. Après avoir envoyé deux pigeons, tués par les troupes allemandes, le lieutenant-colonel Charles Whittlesey a rédigé un dernier appel et l’a attaché à la patte de Cher Ami. Les Allemands ont tiré sur le pigeon alors qu’il s’envolait. Devenu aveugle et touché au poumon et à la patte, Cher Ami n'en a pas moins continué son voyage de 25 miles (un peu plus de 40 km) pour délivrer le message de Whittlesey:

«Nous sommes le long de la route parallèle au 276.4. Notre propre artillerie fait un tir de barrage sur nous. Pour l’amour du ciel, arrêtez!»

Cher Ami est devenu un héros américain, inspirant un poème à l’auteur Harry Web Farrington, décrivant le douloureux vol qui a coûté sa patte à Cher Ami (et qui se termine ainsi: «Il m'est difficile de tenir sur une jambe»). Aujourd’hui, vous pouvez le voir empaillé au Smithsonian National Museum of American History à Washington.

 

Plus près de chez nous, il y a trois ans à Bruxelles, se tenait l’exposition Chienne de vie, relatant la vie des animaux durant la Première Guerre mondiale. Mais aujourd’hui, si vous voulez rendez hommage à ces braves bêtes mortes pour la France, le plus simple est encore de se rendre au cimetière animalier d’Asnières-sur-Seine, où vous pourrez vous arrêter sur la tombe de Mémère ou Dick, chiens de tranchée de la Première Guerre mondiale.

En France, maintenant encore, l'armée de terre recrute, entraîne et chouchoute des «chiens, chevaux, pigeons, moutons, boucs», soit pour leur utilité directe sur le terrain, soit pour leur statut de mascotte. Au Mont Valérien, à proximité de Paris, il existe encore le plus vieux colombier militaire d'Europe, «maintenu essentiellement pour entretenir la traditon», précise France TV Info, et qui accueille quelques 150 pigeons.

Emma Roller

Traduit et adapté par Maïlys Masimbert

Emma Roller
Emma Roller (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte