Culture

Ségolène Royal «maître-chanteuse» dans l'affaire Orelsan?

Temps de lecture : 2 min

Ségolène Royal, en tant que présidente de la région Poitou-Charentes où se déroulent les Francofolies, est-elle responsable de la déprogrammation du rappeur Orelsan? Les organisateurs actuels le nient, explique La Nouvelle République, mais celle-ci avait bien demandé des «clarifications» sur la présence de l'artiste, et a commenté son absence en ces termes: «Même si je n'ai pas à me mêler des choix artistiques, j'assume, et je me réjouis qu'il ne chante pas ses paroles de haine et de meurtre aux Francofolies».

Jean-Louis Fouliquier, créateur du festival repris par une nouvelle équipe depuis cinq ans, a pris la défense de son successeur sur RTL en affirmant que «c'est Ségolène Royal l'instigatrice de tout ça», et qu'elle «s'est positionnée en maître-chanteuse. Ou il arrêtait la programmation ou il n'avait plus de subventions».

Dans un communiqué de presse, l'UMP dénonce comme «inacceptable» l'interdiction par principe de festival d'un artiste, avant d'ajouter: «Que ce boycott d'un artiste intervienne suite à un chantage à la subvention est doublement intolérable!»

Orelsan a été retiré de la programmation suite au scandale créé par sa violente chanson intitulée «Sale Pute». Ce week-end, la tête d'affiche Olivia Ruiz a dédié son concert à «celui qui n'est pas là, Monsieur Orelsan», tandis que le chanteur Cali, découvert par les Francofolies a écrit une lettre où il estime que le festival «se discrédite totalement».

[Lire l'article complet dans La Nouvelle République]

(Photo: site officiel)

Lire aussi Plaidoyer pour Orelsan, et Nettoyons aussi la littérature de toute trace de violence, par Titiou Lecoq.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

La «Trilogie du samedi» a créé des modèles féminins pour toute une génération

La «Trilogie du samedi» a créé des modèles féminins pour toute une génération

Toutes les nouvelles héroïnes badass doivent quelque chose à Buffy, aux sœurs Halliwell, à Max Guevara ou à Sydney Bristow.

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Nous sommes cernés par un océan de médiocrité qui menace de nous engloutir à tout jamais.

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

Le département d'histoire de l'art de la prestigieuse université ne veut plus des deux cours d'introduction qui appartenaient à son cursus depuis des lustres.

Newsletters