France

«Goodbye Fofana»?

Alexandre Lévy, mis à jour le 11.07.2009 à 22 h 26

L'avocat des parties civiles a demandé au ministère de la Justice à faire appel de certaines condamnations.

A lire aussi notre dossier spécial sur le procès du gang des barbares.

Son habituel petit sourire goguenard aux lèvres, Youssouf Fofana fait son entrée dans le box des accusés. Ce 10 juillet, le soir du verdict, il a choisi dans sa garde-robe une chemise africaine traditionnelle qui tranche par ses motifs bariolés avec le décor austère de la cour d'assises. Il s'assoit dans son coin, à une distance raisonnable des autres prévenus dans le box, sous l'oeil tendu des gendarmes qui le surveillent. Il semble pourtant détendu, d'excellente humeur. Et il entame immédiatement une conversation animée avec ses deux avocats commis d'office. Ce n'est que lorsqu'il entendra son nom, suivi de la peine prononcée par les jurés - perpétuité avec 22 ans de sûreté - qu'il lèvera la tête, agacé, en imitant des applaudissements. Avant de reprendre le fil de sa discussion. Ce soir, on dirait que le «Fofana show» fait relâche - ou qu'il a changé de style.

Tension dramatique

Cela fait plusieurs heures que le public patiente devant la salle du Palais de justice où va se dérouler le dernier épisode du procès dit du « gang des barbares ». Réunis dans un lieu tenu secret de la capitale, les jurés débattent depuis plus de deux jours sur les peines à infliger à l'encontre des membres de cette bande de jeunes qui avait séquestré Ilan Halimi en 2006. Après dix semaines de débats à huis clos, la presse, les proches et les curieux vont enfin pouvoir pénétrer dans la «salle interdite» pour entendre le verdict des jurés. Ils sont venus en nombre.

Un impressionnant dispositif de sécurité est mis en place pour éviter les débordements. Quelques groupes de jeunes, «blacks» à capuches d'un côté, jeunes militants juifs de l'autre, sont effectivement de la partie; on dit que la Ligue de défense juive et la Tribu K ont lancé des appels à la mobilisation. Tenteront-ils d'en découdre après l'annonce du verdict? Parmi ceux qui font la queue pour rentrer dans la salle, on reconnaît également le président du CRIF, étroitement gardé par trois armoires à glace du SPHP, le service d'élite de la police nationale. Les policiers sont nerveux, signe que la tension est là, palpable.

A l'intérieur de la salle d'audience, un curieux mélange de proches de la victime et des accusés côtoient les représentants de la presse. On reconnaît les parents discrets d'Audrey, la jeune femme «appât» qui n'est pas allée jusqu'au bout de sa mission. Plus loin, deux femmes élégantes aux traits fins fixent le box des accusés: la mère et la tante de Yalda, la jeune femme qui avait séduit Ilan, qualifiée «d'ange de la mort» par l'avocat de la famille Halimi. Sur un autre banc, encadrée par des éducatrices, on reconnaît sa jeune sœur (elle est handicapée mentale), les yeux rougis par les larmes.

Le box s'amuse

C'est dans le box des accusés que l'ambiance est nettement plus détendue. Qu'est-ce que certains on rigolé et chahuté ce soir-là ! Là aussi, bonne humeur et décontraction sont de rigueur, et elles semblent avoir même gagné le gardien Gilles Serrurier qui, abruti par les calmants, apparaissait totalement éteint le premier jour du procès. Jérôme Ribeiro, envoie des bisous aériens à ses proches, «Moko», à moitié sorti de l'ouverture du box scrute l'assistance, Tifenn la Bretonne et Alexandra la Marseillaise agitent leurs tignasses blondes. Ça bavarde, ça s'agite. On se lève, on se rassoit. On rajuste son jean taille basse et son T-shirt moulant, on déploie son jeune corps sculpté. Une façon peut-être d'évacuer la tension de ces dix semaines de débats, l'expression d'un soulagement aussi de ne plus avoir en face de soi la mère et les sœurs d'Ilan Halimi, qui ce soir sont restées à la maison pour cause de shabat. Dans l'endroit réservé aux parties civiles, on ne reconnaît que les précédentes cibles du gang qui, eux, ont beaucoup plus de mal à cacher leur nervosité et évitent les regards de l'assistance.

Des peines clémentes

C'est dans l'absence de la famille d'Ilan Halimi et dans cette ambiance quelque peu surréaliste que la présidente du tribunal, Nadia Ajjan, entame la lecture du verdict. Elle a envie d'aller vite, tellement vite que le public a du mal suivre lorsqu'elle égrène d'une voix mécanique les réponses des jurés aux questions, puis les peines prononcées. On retient la perpétuité pour Fofana, les quinze ans pour «Zigo», le mineur accusé d'avoir le plus malmené l'otage. Pour les autres, toutes les peines réclamées par le ministère public sont revues à la baisse par les jurés: 18 ans et non 20 pour «Craps» et «Smiler», deux personnes considérés comme des adjoints de Fofana et, surtout, 9 pour Yalda plutôt que les 10-12 suggérés par l'avocat général.

Dans la salle, certains haussent les sourcils, d'autres se félicitent. Et c'est déjà fini, on nous demande d'évacuer. Les proches des accusés se précipitent vers le box; Me Szpiner a déjà entraîné les journalistes dans une farandole folle en dehors de la salle. Des proches des parties civiles quittent la salle en râlant; l'un d'eux mime le « sourire berbère » (l'égorgement) à l'adresse des accusés. «Peines minables, ridicules, dit un autre. Aux Etats-Unis on condamne quelqu'un à 150 ans de prison parce qu'il a volé de l'argent! Alors qu'en France...».

Devant le box, c'est l'heure des adieux: la sœur de Yalda fond en pleurs avant de s'enfuir. Les proches de Jérôme, eux, s'attardent, tentent de communiquer avec le détenu. Un petit groupe se forme des deux côtés de la vitre, Alexandra et Tifenn sont là, également: «Tenez bon les filles, on s'écrit!». Avec les doigts de ses deux mains, Jérôme tente de rassurer ses amies: «J'ai pris dix ans. Dans deux, je me casse». Les gendarmes se font plus pressants : «Il faut évacuer maintenant, Monsieur!».

Epilogue ou premier round ?

La suite du procès se joue de nouveau en dehors de la salle, dans la confusion des micros et des caméras de télévision. Prévoyants, certains ont même apporté des escabeaux pour pouvoir prendre de la hauteur. Logiquement, Me Szpiner est le plus attendu. Il bouillonne, mais il pose sa voix de stentor, dit «respecter la volonté des jurés». Il se félicite que l'antisémitisme soit retenu comme circonstance aggravante dans les peines infligés à Fofana et «Zigo». Mais il ne peut pas accepter les peines à l'encontre des autres membres du gang, trop faibles, notamment celle de Yalda. «Dans quelques années, Mme Halimi pourra croiser dans la rue celle qui a envoyé son fils à la mort», dit-il. Les parties civiles ne pouvant pas faire appel, il invite le ministère public et, personnellement la garde des Sceaux, à faire appel de ces condamnations.

Du côté des avocats de la défense, le son de cloche est sensiblement différent. Ils se félicitent du «juste équilibre» des peines, flattent le tribunal et les jurés qui ont su éviter l'écueil d'une «justice pour l'exemple». Françoise Cotta, conseil de Gilles Serrurier, Didier Seban, conseil de Nabil Moustapha, se livrent à un véritable cours de droit pénal face aux journalistes. Il y est question, une fois de plus, de responsabilité individuelle et collective, de crime raciste et de motifs crapuleux. En les écoutant, on réalise que ce sont eux qui ont «gagné» ce procès et, au passage, une belle exposition médiatique.

Me Szpiner est déjà parti annoncer le verdict à la mère d'Ilan, Ruth Halimi qui, tout comme son père, a été absente ce soir-là. Dans son esprit, ce n'est que partie remise: si son appel est entendu et le parquet interjette la décision des jurés, un nouveau procès aura lieu et sans huis clos cette fois-ci. Fofana peut, lui aussi, faire appel dans un délai de dix jours de sa condamnation. Dehors, l'agitation de la capitale absorbe rapidement la petite foule qui sort en ordre dispersé du Palais du justice.

Alexandre Lévy

Image de une: Au tribunal de Paris, vendredi 10 juin. Gonzalo Fuentes / Reuters

A lire aussi notre dossier spécial sur le procès du gang des barbares.

 

Alexandre Lévy
Alexandre Lévy (50 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte