Politique

Aubry fait du sous-royalisme

Temps de lecture : 2 min

Alors que Martine Aubry subit directement l'impact de la défaite du Parti socialistes aux européennes, la nouvelle donne politique arrange bien son éternelle rivale, Ségolène Royal. Comme l'explique Jean-Michel Normand, journaliste du Monde, sur son blog, «Les deux slogans qui assuraient son ciment face à Ségolène Royal — 'non aux alliances avec le MoDem' et 'oui au parti de militants, non au parti de supporteurs' — ont largement perdu de leur sens.»

En effet, la principale source d'inquiétude du PS n'est plus le Modem, mais les Verts qui se sont imposés aux europénnes comme la nouvelle troisième force. Quant au fameux parti de militants défendu par Martine Aubry, il cède du terrain face à l'offensive pour des primaires ouvertes portée par Arnaud Montebourg.

Un cacique du parti murmure: «La direction fait du Ségolène sans Royal». Et Jean-Michel Normand se demande si Ségolène Royal ne se réveille pas chaque matin en se disant qu'elle a bien fait de laisser le poste de premier secrétaire à Martine Aubry.

[Lire l'article complet sur lemonde.fr]

(photo: Martine Aubry, Reuters/Gonzalo Fuentes)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Préoccupations électorales

Préoccupations électorales

Ce que nous disent les sondages à six mois de la présidentielle

Ce que nous disent les sondages à six mois de la présidentielle

Les enquêtes électorales inquiètent les uns, réjouissent les autres et énervent certains observateurs. Elles donnent juste la température du moment.

La semaine imaginaire de François Hollande

La semaine imaginaire de François Hollande

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio