La carte de France des sports les plus pratiqués, commune par commune

Slate.fr - Datamix Matamix

Votre ville est-elle plutôt foot, tennis ou basket?

En France, le Sud-Ouest est le pays du rugby, la Bretagne est une terre de foot et les Alpes et les Pyrénées ont toujours été le berceau des plus grands champions de ski. Ces vérités intangibles que l'on retrouve dans toute bonne discussion de comptoir sur le sport sont le fruit de l’observation et du bon sens plus que de l’étude de faits et de statistiques concrèts.

Aujourd’hui, grâce aux données publiées par le ministère des Sports sur les licenciés des fédérations sportives françaises en 2011, nous avons mis au point la première carte interactive des sports les plus pratiqués de France, qui permet en un clin d’œil de vérifier des tendances que tout le monde soupçonnait, et d’en découvrir d’autres plus surprenantes.

Comment lire la carte? Les quatorze sports les plus pratiqués de France se sont vus attribuer une couleur (les autres sont dans la catégorie «autres», comme son nom l'indique) et chaque commune française est représentée dans la couleur correspondant à la fédération sportive qui y compte le plus de pratiquants (en excluant les fédérations multisports comme l’Union nationale du sport scolaire).

Précision à la suite des nombreux commentaires d'amateurs d'équitation: La base de données publiée par le ministère ne comporte aucune information sur la Fédération française d'équitation, qui est pourtant une des plus importantes de France avec près de 700.000 licenciés. Le ministère des Sports précise que les données «concernent uniquement les fédérations qui ont été en position de nous transmettre les fichiers anonymes de leurs licenciés.»

La commune de chaque licencié a été déterminée par son adresse de résidence, et non l'adresse du club où il pratique, ce qui donne une idée plus précise de la répartition géographique.

Vous pouvez zoomer pour avoir une vue plus précise de votre région et trouver votre commune, ou au contraire prendre du recul pour obtenir une vue d’ensemble des préférences sportives des Français. En passant le curseur sur la carte, vous pouvez afficher, pour chaque commune, le sport le plus pratiqué, le pourcentage de licenciés de ce sport par rapport à la population de la commune en 2010 (année des derniers chiffres officiels de population de l’Insee) et la part de jeunes et de femmes parmi ces licenciés.

Note statistique: les deux ensembles de données sur lesquels se base la carte (les licenciés et la population de chaque commune) ne portent pas sur la même année (2011 et 2010). Cet écart dans le temps peut entraîner quelques résultats étranges sur les très petites communes où la population (ou le nombre de licenciés du sport le plus pratiqué) a pu changer de manière importante en une année.

Autre précision importante: la carte ne concerne que les sportifs licenciés. S’ils sont les seuls que l’on peut facilement compter et étudier, ils ne représentent qu’un tiers environ de tous les Français qui pratiquent du sport. Ainsi, une personne qui fait du footing toutes les semaines ou joue au football avec ses amis dans un parc le week-end n’est pas comptabilisée.

La football, omniprésent et rural

Une fois ces rappels nécessaires effectués, revenons en à la carte elle-même, et à ce qu’elle nous dit. D’abord, elle confirme une évidence: la France est dominée par le vert représentant le football, sport national qui comptait 1,96 million de licenciés en 2011 (le chiffre est passé à un peu plus de 2 millions en 2012), loin devant les autres sports. Le foot est le sport majoritaire dans 62% des communes françaises.

Elle vient aussi confirmer le constat que dressait la précédente carte basée sur les données publiées par le ministère des Sports, que nous avions relayée au début du mois: si le football domine dans tout le pays, c’est plus particulièrement le cas dans le grand ouest, tandis que la Bretagne est bel et bien le cœur de la France du football, qui y règne sans partage à quelques rares communes près. A Ploudalmézeau (Finistère, 6.300 habitants), 7% de la population a sa licence à la Fédération française de football.

Cette présence particulière dans l’ouest du pays, Loïc Ravenel, collaborateur scientifique au Centre international d’étude du sport (CIES) de Neuchâtel et co-auteur de Géographie des sports en France, l’explique par l’«héritage des patronages catholiques qui ont privilégié le foot comme sport fédérateur».

La carte fait apparaître une autre tendance importante: le football est avant tout un sport rural. C’est d’autant plus vrai que la carte donne autant d’importance aux zones très peu peuplées qu’aux grandes villes très denses, et accentue donc la domination du football (pour d'autres manières de voir l'implantation (pour voir la répartition des licenciés par sport sur le territoire, consultez ces belles anamorphoses).

«Le foot est le premier sport qui apparaît dans les petites communes, confirme Loïc Ravenel. On commence à avoir des licenciés de football dans les communes de 100 habitants parce que c’est un sport pas cher et qui nécessite peu d’infrastructures.»

Dimension socio-économique

A l'inverse, la pratique du tennis, deuxième sport de France avec un peu plus d’un million de licenciés, répond à une logique géographique bien particulière et se concentre dans les zones urbaines. En plus d’être le sport le plus pratiqué à Paris, Lyon ou encore Bordeaux, il est aussi très présent autour de la plupart des grandes villes.

La carte de Paris et de sa banlieue permet aussi de se rendre compte que le tennis reste un sport qui traduit une dimension socio-économique, malgré un début de démocratisation au cours des dernières décenies. On voit clairement une domination du tennis dans toute la banlieue ouest de la ville (Hauts-de-Seine, Yvelines), la plus riche, tandis que les communes de l’est et du nord de la capitale (notamment en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne), plus pauvres, sont dominées par le football, sport populaire par excellence. Explications de Loïc Ravenel:

«Malgré le développement du tennis dans les années 1980 et 1990, il n’a pas pris la place des sports collectifs dans beaucoup d’endroits. Beaucoup de courts qui ont été construits en milieu rural à l’époque sont aujourd’hui abandonnés. Il reste essentiellement un sport urbain, parce que c’est là où sont les équipements mais aussi parce qu’il traduit une distinction sociale: les habitants des villes sont plus riches que ceux des campagnes.»

Cela explique aussi la présence de ce sport dans des zones qui abritent de nombreuses résidences secondaires comme la Normandie, la Picardie ou la côte d’Azur.

Pour rester dans les sports marqués par une forte dimension socio-économique, le golf s’impose lui aussi autour des stations balnéaires et autres villes de vacances où les classes les plus aisées aiment passer leur mois d’août, de Deauville à Saint-Malo en passant par le bassin d’Arcachon, la côte basque et Saint-Raphaël, sur la côte d’Azur.

Si un Parisien qui joue au golf près de Deauville sera comptabilisé dans sa commune de résidence, à Paris donc, le fait qu’il y ait de nombreux golfs près de Deauville encourage la pratique de ce sport par les locaux. «Quand une ville s’équipe en infrastructures dans un sport, elle fait augmenter la pratique», confirme Loïc Ravenel.

Le rugby, sport régional par excellence

Autre exemple intéressant, celui du basketball, qui est le deuxième sport collectif le plus pratiqué en France. Outre une forte présence dans le sud-ouest, on remarque une forte concentration de communes dominées par les basketteurs dans des régions accueillant des clubs historiques, comme Cholet (Maine-et-Loire), Roanne (Loire) ou Pau (Pyrénées-Atlantiques), même si ce n'est pas le cas autour de Villeurbanne ou Limoges par exemple.

Le rugby, qui est décidément concurrencé dans ses places fortes historiques, se fait aussi piquer la vedette par la pelote basque dans bon nombre de communes du Pays Basque, et par le surf sur quelques communes du littoral de la région. Le ballon ovale, «sport régional par excellence» selon Loïc Ravenel, est en revanche bien présent dans la plupart de ses autres fiefs habituels, qu'il s'agisse des communes des Pyrénées-Orientales, de l’Aude ou des Hautes-Pyrénées. «Le football reste le sport numéro un, même dans le Sud-Ouest, même si le rugby y est très présent. Dans toutes les communes où il y a un club de rugby, il y a aussi un club de foot», nuance cependant le chercheur.

47% de skieurs à Bourg-Saint-Maurice

Comme on pouvait s'y attendre, le ski est bien le sport roi dès que le territoire prend un peu d’altitude, dans les Alpes et les Pyrénées. Il est même omniprésent dans les communes de montagne. A Bourg-Saint-Maurice, lieu de naissance de plusieurs champions français comme Ingrid Jacquemod, ce ne sont pas moins de 47% des habitants qui ont leur licence à la Fédération française de ski.

Certains sport, au contraire, n’ont pas vraiment de places fortes mais décrochent la palme dans un nombre considérable de communes réparties de manière plutôt égale sur tout le territoire métropolitain. C’est le cas du handball, de la natation ou encore du judo, que l’on retrouve un peu partout dans le pays.

De la même manière, dans certaines régions comme la Corse, le sport le plus pratiqué varie quasiment de commune à commune, sans qu’un seul ne se détache.

Carte: Mathieu Garnier (@matamix)

Texte: Grégoire Fleurot