L'ICM, un institut de recherche infiltré par l'industrie du tabac

REUTERS/Ivan Alvarado

REUTERS/Ivan Alvarado

Par deux fois, l'Institut du cerveau et de la moelle épinière, fondation reconnue d'utilité publique, a reçu de l'argent du premier cigarettier au monde, Philip Morris. Plusieurs membres fondateurs de l'institution, mais aussi des médecins membres de son conseil scientifique, gravitent autour de l'industrie, alors que le tabac multiplie les risques de maladies du système nerveux.

«Au début du projet, j’ai été particulièrement impressionné par la générosité et la motivation des initiateurs. Mais aussi par le nombre considérable de pathologies concernées par l’ICM… Aujourd’hui, le projet est devenu réalité: les avancées scientifiques sont concrètes, des résultats importants ont été atteints. Plus de 260 publications scientifiques ont été faites en 2011. Notre contribution n’aura pas été vaine.»

Ces mots ne sont pas ceux d'un éminent médecin ou chercheur, mais de Louis Camilleri, président de Philip Morris International. Ils sont extraits du site internet de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), à la rubrique «bienfaiteurs». Car, fait étonnant et jusqu'ici peu médiatisé, cet institut de recherche, basé à Paris et de notoriété mondiale, a été financé à ses débuts par le groupe propriétaire de Marlboro.

«La société Philip Morris a fait un don unique de 120.000 euros en 2004. Ce don a été effectué dans les premières années de mise en œuvre du projet de l’ICM. Il n’a pas été affecté à un programme de recherche», se défend la direction de la communication de l'ICM, contactée par Slate. «Par ailleurs, M. Louis Camilleri a également fait un don en 2004 dans le cadre d’une démarche personnelle», ajoute l'ICM, qui tient à préciser que «la société Philip Morris a fait un don direct qui ne s’est pas inscrit dans une démarche de mécénat et qui ne s’accompagne d’aucune contrepartie».

Même son de cloche du côté de Philip Morris International, basé à Lausanne, qui confirme le financement à l'ICM en 2004, et explique que «M. Camilleri est un donateur dans sa capacité personnelle et non à travers la société».

Des sportifs et scientifiques proches de Philip Morris

Projet dans les cartons depuis le début des années 2000, l'Institut du cerveau et de la moelle épinière a été inauguré en septembre 2010 et se présente comme «un centre de recherche de dimension internationale, sans équivalent dans le monde». Son objectif, ambitieux, est de «traiter et un jour guérir les affections du cerveau et de la moelle épinière».

Situé au coeur du domaine de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, l'ICM dispose ainsi de 22 000m² de laboratoires et de 600 chercheurs recrutés parmi les meilleurs scientifiques internationaux. Fondation privée reconnue d'utilité publique, il s'appuie sur des partenaires publics comme la région Île-de-France (25% du budget initial), la Ville de Paris, le ministère de la Recherche, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ou encore le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ses donateurs privés sont légion, parmi lesquels la fondation Bettencourt Schueller, la fondation de la fédération internatonale automobilie (FIA), Publicis, Bouygues, Luc Besson, et donc Philip Morris International.

Mais la présence de l'industrie du tabac au sein de l'ICM va plus loin que de simples dons.

Louis Camilleri, au-delà de son statut de modeste «donateur personnel», apparaît en effet comme un membre fondateur de l'institut. Parmi ceux-ci, on retrouve également Jean Todt, vice-président de l'ICM, et son ancien pilote star Michael Schumacher. Tous deux ont été respectivement directeur (1993-2007) et pilote (1997-2006) de la Scuderia Ferrari au moment où Marlboro, marque phare de Philip Morris International, était le sponsor principal de l'équipe de Formule 1.

La publicité pour le tabac étant interdite sur les circuits européens de F1 depuis 2007, le logo Marlboro n'apparaît plus aujourd'hui sur les monoplaces Ferrari. Mais en 2011, Philip Morris International a renouvelé son partenariat avec Ferrari jusqu'en 2015, pour un montant de 500 millions de dollars sur 3 ans.

Au sein des membres fondateurs de l'ICM, la famille F1 compte même deux autres membres de poids. Le premier, président de l'ICM, n'est autre que le Dr Gérard Saillant, spécialiste de la médecine sportive, connu notamment pour avoir soigné un certain Michael Schumacher. Le second est Max Mosley, ancien président de la FIA de 1993 à 2009, dont les ébats sadomasochistes avaient fait scandale en 2008.

L'organigramme scientifique de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière est tout aussi troublant. Le responsable de l'animation scientifique, Yves Agid, spécialiste reconnu des neurosciences, a eu comme directeur de thèse un certain Jacques Glowinski. Professeur au collège de France et pionnier de la pharmacologie en France, ce dernier a été épinglé par Le Monde pour avoir reçu, avec son équipe de recherche, 546.000 euros de Philip Morris entre 1989 et 2000. Curieusement, on le retrouve au sein du comité d'honneur de l'ICM.

Tout comme Jean-Pierre Changeux, l'un des plus grands neurobiologistes français, qui, toujours selon Le Monde, a reçu 177.000 euros du Council for Tobacco Research (CTR) pour ses recherches entre 1995 et 1998. Organe de l'industrie du tabac, le CTR a dépensé 282 millions de dollars en un peu plus de 40 ans pour soutenir 1.000 chercheurs et fabriquer le doute quant à la nocivité du tabac. Il a été dissout en 1998 à la suite des scandales révélés par les fameux Tobacco Documents.

Des opposants scandalisés, des partenaires inquiets

«C'est choquant car on est dans le domaine de la santé. À 500 mètres de cet institut, on soigne des cancéreux à l'hôpital de la Salpêtrière, dont Marlboro est un grand fournisseur», dénonce Yves Bur, ex-député UMP du Bas-Rhin et président de l'Alliance contre le tabac. Rappelons que, selon l'Institut national de veille sanitaire, le tabac serait responsable de 200 décès par jour en France.

«Il est tout à fait scandaleux qu'un institut aussi prestigieux que l'ICM perçoive des financements de l'industrie du tabac lorsque l'on sait combien le tabac intervient dans les accidents vasculaires cérébraux», s'insurge de son côté Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme (CNCT) et chef du service pneumologie au CHU de Nancy. Selon le ministère de la Santé, le tabagisme multiplie en effet par deux le risque d'AVC, que traite directement l'ICM.

D'où ces questions d'ordre moral: un institut de recherche sur le cerveau peut-il recevoir des dons d'une industrie responsable de nombreuses maladies du système nerveux? Quelles sont les règles d'éthique des centres de recherche français concernant les financements de l'industrie du tabac? Slate a posé la question aux partenaires institutionnels et scientifiques de l'ICM: l'Inserm, le CNRS et l'université Pierre-et-Marie Curie Paris VI.

«On a émis un avis négatif clair sur un financement de l'industrie du tabac à l'ICM», affirme Hervé Chneiweiss, président du comité d'éthique de l'Inserm, qui précise que «l'ICM est une fondation privée qui possède au sein de l'Inserm un centre de recherche, mais cette structure est distincte de l'Inserm ».

Concernant les financements par l'industrie du tabac au sein de l'Inserm, «la question a été soulevée il y a cinq ou six ans», explique-t-il. «Il y a eu une saisine car une bourse doctorale d'une recherche sur la nicotine était financée par l'industrie du tabac. Mais il n'en était pas question. Le principe à l'Inserm, c'est l'analyse au cas par cas. Mais le consensus, c'est de ne pas accepter une recherche financée par l'industrie du tabac.»

Si l'université Paris-VI n'a pas répondu aux sollicitations de Slate, le CNRS a été étonné d'apprendre ce financement de l'ICM par Philip Morris International. «Oh, c'est délicat», reconnaît Michèle Leduc, présidente du comité d'éthique de l'institution. «Ce financement interpelle. Il faut voir si les travaux qui y sont faits ne sont pas biaisés.»

Un fondateur de l'ICM proche de François Hollande

Dans sa réponse à Slate, l'ICM a pris grand soin de mentionner que le don de Philip Morris International «n’a pas été affecté à un programme de recherche». Si le doute reste permis, l'industrie du tabac, qui a financé pendant des décennies des études manipulées ou conditionnée par le funding effect –celui qui paie a un effet sur la recherche– semble aujourd'hui plus intéressé à redorer son blason qu'à financer et influencer des programmes de recherche.

«Pour Philip Morris, l'intérêt est de devenir une société fréquentable, responsable et socialement acceptable», confirme Yves Bur. En France, c'est dans le domaine de la culture que le numéro trois mondial du tabac, Japan Tobacco International, tente de se refaire une image en finançant le Louvre et le Palais de Tokyo à Paris. «L'objectif de l'industrie du tabac, c'est ce qu'on appelle le blanchiment moral. C'est d'avoir des contacts avec des décideurs écoutés par le monde politique», explique Yves Martinet.

Les lobbys du tabac ne sont jamais les derniers à se rapprocher des décideurs politiques. En juin 2013, l'équipe de Cash Investigation, l'émission de France 2 autour d'Elise Lucet, a pris en flagrant délit de conflits d'intérêts des députés autour d'un repas à 10.000 euros avec la direction de British American Tobacco.

La France a pourtant ratifié, en 2004, la Convention cadre antitabac de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Souvent méprisé, interprété ou simplement transgressé, son article 5.3 exige clairement que «les politiques ne soient pas influencées par les intérêts commerciaux et autres de l'industrie du tabac».

Or, l'un des membres fondateurs de l'ICM aux côtés de Louis Camilleri n'est autre qu'Olivier Lyon-Caen. Neurologue très réputé, ce dernier est le responsable du service de neurologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Depuis mai 2012, il occupe également une autre fonction, plus politique: conseiller santé et recherche médicale auprès de François Hollande.

Mathieu Martiniere

Partager cet article