Culture

Lâcher de taureau meurtrier à Pampelune

Temps de lecture : 2 min

Un jeune homme a été tué vendredi 10 juillet par un taureau lors des traditionnelles fêtes de la San Fermin à Pampelune, dans le Nord de l'Espagne. L'homme a été tué par un coup de corne dans le cou lors du quatrième lâché de taureaux dans les rues au festival de San Fermin. Trois autres participants ont été blessés, rapporte la BBC.

Selon les médias espagnols, l'homme, apparemment un ressortissant britannique, a subi une opération d'urgence à l'hôpital mais a succombé à ses blessures. Le dernier accident fatal lors des lâchers de taureaux dans les rues de Pampelune remonte à 1995.

Le lâcher de taureaux, un évènement clé des fêtes de Pampelune popularisé par Ernest Hemmingway, attire chaque année des milliers de touristes étrangers, dont beaucoup choisissent de participer. Depuis 1922, 15 personnes ont trouvé la mort pendant les festivités.

A voir également, le portfolio de Magnum sur les fêtes de Pampelune.

[Lire l'article complet sur BBC News]

(Photo: Eneko Alonso, Flickr, CC)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

«Derniers Jours à Shibati» et la résistance du documentaire à l'ère de la post-vérité

«Derniers Jours à Shibati» et la résistance du documentaire à l'ère de la post-vérité

Consacré à la destruction d'un vieux quartier d'une mégapole chinoise, le film de Hendrick Dusollier est un excellent témoin des puissances, mais aussi des exigences du genre.

La liste de Noël féministe (pour combler toute la famille)

La liste de Noël féministe (pour combler toute la famille)

De quoi faire très plaisir à beaucoup, et faire grincer les dents des autres.

Lorànt Deutsch n'est pas le premier à inventer des étymologies farfelues

Lorànt Deutsch n'est pas le premier à inventer des étymologies farfelues

Les étymologies fantasmées en disent beaucoup sur ce que pense la personne qui les imagine. C'est le cas de Lorànt Deutsch, mais on peut aussi en rire avec Isidore de Séville.

Newsletters