Pour un contrat de l'après-crise

François Hollande, mis à jour le 11.07.2009 à 9 h 56

CC Flickr Alan Nakkash

CC Flickr Alan Nakkash

Nous traversons la plus grande crise économique et sociale que le monde ait connue depuis la Seconde Guerre Mondiale. Nous courbons l'échine, mieux nous faisons face. Et pourtant cette crise  peut nous fournir l'occasion d'une nouvelle étape de notre construction nationale.

Comme il a été possible de nouer un contrat de l'après-guerre, nous devons à présent, écrire avec nos concitoyens, le contrat de l'après-crise. Un contrat qui devra promouvoir la Démocratie de la réussite.

Ce contrat doit traduire un accord de volontés, et consacrer des engagements mutuels entre des citoyens et la nation. Exigence de compétitivité, garantie de solidarité, responsabilité écologique.

Ce contrat de l'après-crise doit porter un nouveau pacte productif. La France a besoin de ses entreprises. De l'ampleur de la création de richesses dépend notre la place dans la mondialisation comme notre capacité à réduire le chômage. Ce pacte pourrait s'écrire de la manière suivante: l'Etat s'engagerait à faciliter l'accès au crédit, en fixant des obligations aux banques, en créant des produits d'épargne affectés à l'investissement productif. Il favoriserait, en liaison avec les Régions, des pôles de compétitivité avec une défiscalisation de l'effort de recherche. Il abaisserait  significativement l'impôt sur les sociétés sur les bénéfices réinvestis et relèverait le taux pour les profits distribués. En contrepartie, les entreprises négocieraient avec les partenaires sociaux des accords sur la formation, la rémunération et l'emploi des jeunes comme des seniors. L'ensemble des allègements de cotisations sociales (30 milliards d'euros) serait revu par rapport à ces trois objectifs.

Ce pacte productif serait aussi un pacte écologique. C'est une nouvelle croissance qu'il faut faire émerger avec la diversification énergétique, l'isolation, les nouveaux modes de transport. Aussi la Caisse des dépôts devrait être refondée pour devenir la caisse du développement durable et tous ses produits d'épargne dédiés au financement écologique. La France dispose — encore pour combien de temps? — de la présence d'un secteur public (EDF, AREVA, SNCF, La Poste...). Il devrait être mis au service de cette mutation.

Ce contrat de l'après-crise doit aussi porter un nouveau pacte éducatif car notre pays n'a d'avenir que s'il fait le choix de faire de la France, l'une des nations la mieux formée du monde. Or, nous souffrons de deux handicaps:

Primo, notre pays compte un taux élevé de jeunes en échec (20% sortent sans diplôme).

Secundo, il ne parvient pas à fournir des élites assez nombreuses pour répondre aux besoins de la nouvelle donne économique. En somme, notre système éducatif n'est ni juste ni efficace.

Je le reconnais, cette question n'est pas qu'une affaire de moyens. Nous devons penser une nouvelle organisation, revoir l'orientation et faire preuve d'une intolérance radicale à l'égard des inégalités. La généralisation du service public de la petite enfance et des maternelles devrait être une priorité. Un tronc commun dans l'école élémentaire doit être introduit et l'enseignement technique et professionnel doit être valorisé.

Enfin, la démocratisation du savoir passe par le renforcement de nos universités. Elles ne peuvent plus passer au second rang, derrière les Grandes Ecoles; elles doivent devenir et demeurer la formation d'excellence dans notre pays.

Le contrat de l'après-crise est plus qu'un simple projet. Il s'agit d'engagements qui devront non seulement nous permettre de nous redresser économiquement mais également nous offrir de nouvelles perspectives, celles du vivre mieux, celles de l'émancipation individuelle et de l'engagement collectif, celles du Progrès et de l'Egalité.

François Hollande

Image de une CC Flickr Alan Nakkash

François Hollande
François Hollande (37 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte