Monde

Holocauste: ce qu'a vraiment dit Rohani et ce que les traductions disent de l'Iran

Bahar Makooi , mis à jour le 03.10.2013 à 9 h 06

Les propos du président iranien condamnant, sur CNN, la Shoah ne sont pas du goût de la ligne dure en Iran. L'agence de presse officielle estime qu'il y a une erreur de traduction. La diplomatie du sourire a des limites.

Hassan Rohani à New York, le 26 septembre. REUTERS/Keith Bedford

Hassan Rohani à New York, le 26 septembre. REUTERS/Keith Bedford

La polémique a éclaté au lendemain de la diffusion de l'interview du président iranien Hassan Rohani sur CNN. Un entretien de 56 minutes réalisé en face à face à New York, en marge de l'Assemblée nationale de l'ONU, par la célèbre journaliste irano-britannique Christiane Amanpour. Elle s'adresse au président iranien en anglais, aborde la question du nucléaire, de la Syrie et surtout de la Shoah.

Hassan Rohani, qui parle l'anglais couramment puisqu'il est diplômé de l'université calédonienne de Glasgow, lui répond tout de même en persan doublé d'une traduction simultanée en anglais. Il aurait mieux fait de répondre en anglais, cela aurait évité cet imbroglio.

Car ce que reproche l'agence semi-officielle iranienne Fars News à la grande chaîne américaine, c'est d'avoir mal traduit le propos du nouveau président iranien sur une question très sensible qu'est l'Holocauste:

«CNN a diffusé l'interview avec Rohani mardi, mais la chaîne d'information a ajouté ou changé une partie de ses remarques au moment où Christiane Amanpour l'interroge au sujet de l'Holocauste.»

D'après Fars, le président iranien n'aurait pas employé le terme «Holocauste». Sur son site Internet, l'agence iranienne rougit les parties dites «altérées» et stabilote celles qui sont jugées comme étant un «produit conceptuel».

Nous avons décidé de comparer les versions: ce qu'ont publié CNN et Fars et de revenir à ce qu'a dit Hassan Rohani...

Voici la transcription que Fars fait de l'itw:

Notre traduction:

«Je l'ai déjà répété par le passé, je ne suis pas un historien et il revient aux historiens de clarifier les faits historiques. D'une manière générale, nous condamnons fermement tout crime commis contre l'humanité au cours de l'histoire, notamment les crimes commis par les nazis, à la fois contre les juifs ou les autres. Tout comme aujourd’hui, chaque crime ou massacre commis contre une nation, un peuple, une religion ou une confession ou une doctrine. Nous condamnons crimes et génocides. Et donc nous condamnons les pratiques des nazis, mais les aspects dont vous parlez, la clarification de ces aspects relève de la compétence des historiens et des chercheurs, et je ne suis pas un spécialiste en histoire.»

Voici la version que CNN a posté sur son blog (traduite de l'anglais au français par nos soins):

«Je l'ai déjà répété par le passé, je ne suis pas un historien et concernant la discussion à propos des dimensions de l'Holocauste, il revient aux historiens d'y réfléchir. Mais d'une manière générale, je peux vous dire que tout crime commis contre l'humanité durant l'histoire, notamment les crimes commis par les nazis , à la fois contre les juifs ou les autres sont répréhensibles et condamnables. [D'après Fars à partir de là l'interview serait fausse] Nous condamnons tout crime commis contre les juifs. Tuer un être humain est méprisable. Cela ne fait pas de différence s'il est chrétien, juif ou musulman, pour nous c'est pareil. Confisquer une vie humaine est quelque chose que notre religion rejette. Cela ne veut pas dire que puisque les nazis ont commis des crimes contre un groupe, ce groupe doit confisquer la terre d'un autre groupe et l'occuper. Cela aussi est un acte qui devrait être condamné. Il devrait y avoir une discussion impartiale.»

Pour démêler le vrai du faux, chez Slate nous avons pris le soin de visionner l'interview entière de CNN et de la transcrire en persan:

Nous avons aussi traduit le morceau en question, du persan au français pour avoir notre propre version. Voici ce que dit vraiment le président iranien:

«Comme je l'ai déjà répété par le passé, je ne suis pas historien, et il revient aux historiens d'en expliquer la dimension [le président iranien répond à une question sur l'Holocauste sans employer le terme]. Mais d'une manière générale, tout crime contre l'humanité commis durant l'histoire, y compris le crime commis par les nazis, que ce soit contre les juifs ou les non-juifs, est condamnable de notre point de vue. De même qu'aujourd'hui si un crime est commis contre un peuple, une religion, une ethnie ou une croyance, quel qu'ils soient, nous condamnerons ce crime et ce génocide. Donc ce que les nazis ont fait est condamnable. Et la dimension [de ce qu'ont fait les nazis] dont vous parlez, eh bien cette dimension doit être éclairée par des historiens et chercheurs. Moi je ne suis pas un chercheur en histoire, mais ce point doit être éclairci, si un crime a eu lieu, ce crime ne soit pas un prétexte qui justifie leur propre crime ou oppression contre un autre peuple, ou un autre groupe. Donc si les Nazis ont commis un crime, quelle que soit son ampleur, nous le condamnons. Parce que de notre point de vue, le génocide ou le crime est condamnable. Il n'y a pas de différence si la personne tuée est juive, chrétienne ou musulmane. De notre point de vue, c'est pareil. Tuer un être innocent, c'est répréhensible et condamnable. Mais cela ne justifie pas d'expulser un peuple de sa terre pendant 60 ans parce que les Nazis ont commis un crime. Ce crime est condamnable, l'occupation des terres d'autrui également de notre point de vue.»

Après avoir comparé les différentes versions, celle que donne CNN et celle de Fars News, il me semble donc que la traduction juste est un mélange des deux. 

D'où viennent ces différences? CNN étant bloqué en Iran, serait-il possible que Fars n'ait eu accès qu'à un extrait de l'interview, disponible sur YouTube? Cet extrait d'ailleurs est doublé avec une voix différente de l'originale. Et il est très difficile d'entendre précisément ce que Hassan Rohani dit, car, pendant l'interview, le son de sa voix est baissé, comme c'est le cas habituellement quand il y a des traductions.

Cela pourrait expliquer que l'agence de presse iranienne ait accusé CNN d'avoir ajouté des morceaux de traduction à l'interview. Pourtant, il n'y a qu'à se rendre sur le site de CNN pour se rendre compte que l'interview dans sa longueur est plutôt correctement traduite par CNN.

Seule grosse erreur: le président iranien évite soigneusement d'employer le mot «Holocauste» préférant «crime contre l'humanité», «crime» ou «génocide», mais CNN reprend le mot directement «Holocauste» dans sa traduction.

Difficulté de la traduction du persan

De façon générale, les traductions d'officiels iraniens sont toujours très compliquées, pleines de métaphores et de références énigmatiques pour les Occidentaux. Et en persan, le verbe se conjugue à la fin, c’est un vrai casse-tête. Je me suis déjà arraché les cheveux (sous mon hijab) pendant des interviews à Téhéran ou sur des rushes à traduire. Rares sont ceux qui parviennent à traduire le persan simultanément à la perfection. D'ailleurs le traducteur officiel de Rohani a été plutôt critiqué après le discours du président iranien devant l'Assemblée générale de l'ONU:

Pourquoi chercher la petite bête?

Invitée à réagir sur le plateau de CNN, Christiane Amanpour a expliqué que les critiques de Fars étaient «ridicules» venant de la part d'une agence qui «essaie toujours de refabriquer les propos des leaders du monde». Elle a rappelé qu'elle parlait le persan, ce qui est une garantie de plus pour éviter toute erreur. Mais d'après Christiane Amanpour, la véritable victime de cette attaque ne serait pas sa personne ou la chaîne CNN:

«La ligne dure [iranienne] n'accepte pas ce qui se passe (…) alors que les gens veulent la modération prônée par Rohani (...) Fars veut discréditer Rohani voilà ce qu'ils veulent!»

Qu'il ait employé le mot «Holocauste» ou «génocide», l'interview du nouveau président iranien ne laisse pas tellement de place au doute. Il se prononce pour la condamnation des crimes contre les juifs et le répète à plusieurs reprises.

Début septembre, son tweet de joyeux Rosh Hashana adressé aux juifs du monde entier avait déjà marqué les esprits par rapport aux déclarations négationnistes de son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad. Dans la foulée, son ministre des Affaires étrangères Javad Zarif avait lui aussi souhaité la bonne année juive et débattu sur Twitter avec Christine Pelosi, fille de Nancy Pelosi qui dirige la minorité démocrate à la chambre des Représentants américaine.

«Le nouvel an serait encore plus doux si vous mettiez un terme à la négation de l'Holocauste par l'Iran», avait répondu Christine Pelosi au message de bonne année de Javad Zarif. Ce à quoi le ministre avait répliqué:

«L'Iran n'a jamais nié l'Holocauste. L'homme qui était perçu comme niant cela est maintenant parti.»

Le message est plutôt clair.

Discréditer la modération

Il semblerait qu'à travers les éventuelles erreurs de traductions de CNN, les ultra-conservateurs du pays essaient par tous les moyens de discréditer la toute nouvelle modération du président iranien.

«Que Rohani ait prononcé le mot “génocide” ou “Holocauste”, [Fars et la ligne dure] l'auraient attaqué de toute façon», remarque Saeed Laylaz, un économiste proche de l'administration de Rohani, qui se confie à Thomas Erdbrink, correspondant du New York Time à Téhéran.

En quelques années, l'agence semi-officielle Fars est devenue l'un des médias conservateurs les plus influents en Iran. Son ancien rédacteur en chef Hamid Reza Moghadamfar est directement lié aux Gardiens de la Révolution, corps d'élite de la République islamique, puisqu'il en est aujourd'hui l'un des commandants en chef.

L'agence adopte une des lignes les plus dures qui soit en ce moment en Iran. En 2006, le média avait soutenu le concours international de caricatures de l’Holocauste et mené de plusieurs campagnes de discrédit contre des personnalités et institutions qui n'étaient pas dans la ligne des anciens gouvernants conservateurs.

Douter des mots prononcés par le président iranien à New York viserait à brouiller les esprits. Et pour y remédier, le ministre des Affaires étrangères vient d'en rajouter une couche en condamnant de nouveau l'Holocauste devant les caméras d'une autre grande chaîne américaine, ABC News:

«L'Holocauste a été un crime abominable, c'est un génocide, il ne devrait jamais être possible de répéter cela, mais ce crime ne peut pas et ne doit pas justifier d'étouffer les droits des Palestiniens depuis 60 ans.»

Le site de CNN en accès libre

Il n'y a pas que les ultra-conservateurs iraniens que Rohani exaspère. Son ton modéré irrite au plus au point les officiels israéliens qui tentent eux aussi de discréditer la diplomatie iranienne du sourire. Ils l'ont fait savoir avant la venue du président iranien à l'Assemblée générale de l'ONU, en lui créant un faux profil sur Linkedin pour le qualifier d'«avocat de la prolifération nucléaire», ajoutant plus loin qu'il est «capable de faire croire presque n’importe quoi».

Quelques jours plus tard, l'interview de Rohani sur CNN n'a pas non plus laissé de marbre. «Il suffit de reconnaître que la Shoah a eu lieu pour passer pour un homme éclairé, cultivé et positif?», a déclaré, suspicieux, le vice-ministre des Affaires étrangères israélien, Zeev Elkin à une radio militaire israélienne. Le 1er octobre, c'est le Premier ministre israélien Benjamin Netanyou en personne qui estimait lors de l'Assemblée général de l'ONU que Rohani était «un loup déguisé en agneau».

En attendant, la polémique autour de CNN aura eu au moins une vertu. La bonne nouvelle, c'est qu'à Téhéran depuis quelques jours, le site Internet de CNN est enfin accessible, une première depuis 2009. Signe de détente supplémentaire après le coup de fil entre Barack Obama et Hassan Rouhani. En attendant l’ouverture de Twitter, comme l’a presque promis mardi le président Rohani lui-même au patron du réseau social Jack Dorsey?

Et tout cela via Twitter, le nouvel outil, en anglais, de la diplomatie iranienne...

Bahar Makooi

Bahar Makooi
Bahar Makooi (11 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte