France

Eloge de l'impopularité

Jacques Attali, mis à jour le 25.09.2013 à 10 h 19

L’indice de popularité des dirigeants n'est certainement pas la mesure de l’efficacité de leur politique.

François Hollande lors de la conférence des ambassadeurs, le 27 août 2013. REUTERS/Kenzo Tribouillard/Pool

François Hollande lors de la conférence des ambassadeurs, le 27 août 2013. REUTERS/Kenzo Tribouillard/Pool

Parmi les évidences trop souvent entendues et jamais remises en cause, il y a l’idée qu’un gouvernement impopulaire est un gouvernement qui échoue.

De fait, la tyrannie des sondages en politique, comme celle des cours de Bourse sur les marchés, poussent les dirigeants à ne prendre des décisions qu’en fonction de la satisfaction à court terme des électeurs et des actionnaires. Et, en particulier en France, l’indice de popularité des dirigeants est confondu avec la mesure de l’efficacité de leur politique.

Ceci est en soi une mauvaise analyse. D’une part, parce que l’intérêt à court terme des électeurs et des actionnaires, d’un individu, ne se confond pas avec leur intérêt à long terme. D’autre part, parce qu'ils ne sont pas les seuls parties prenantes du destin de leurs organisations: les jeunes générations, qui ne votent pas, comme les salariés, et les consommateurs, qui n’influent pas sur le cours de Bourse, sont évidemment concernés par le destin de la nation et de l’entreprise.

Bien sûr, il se peut qu’un dirigeant politique impopulaire soit aussi un mauvais dirigeant dans le long terme, et que son impopularité soit le signe de la lucidité d’un peuple. Mais ce n’est pas établi. Alors qu’un dirigeant qui prendrait des décisions courageuses (comme réduire la dette publique, mettre fin aux gaspillages, favoriser ceux qui travaillent, s’attaquer aux rentes, favoriser le risque) serait immanquablement impopulaire.

Bien sûr, il vaut mieux, pour un dirigeant politique, n’être que provisoirement impopulaire, pour être réélu. Mais peut-être faut-il au contraire ne pas s’en occuper, et accepter à l’avance une défaite.

Pour en arriver à choisir une telle attitude, le dirigeant doit se poser la question non du prochain sondage, mais de sa trace dans l’histoire. L’un et l’autre comportement sont tout aussi narcissiques. L’un l’est même plus que l’autre, qui attache de l’importance au souvenir qu’il laissera aux générations suivantes. Sans doute peut-on aussi le comparer à l’attitude de parents, qui tentent, pour les uns, d’être populaires chaque jour auprès de leurs enfants; ou pour les autres, de leur enseigner, sans trop se préoccuper de leur plaire, à affronter les contraintes et les devoirs du monde.

Fallait-il préférer le populaire Chamberlain ou l’impopulaire Churchill? Le populaire Berlusconi ou l’impopulaire Monti? Le populaire Poincaré ou l’impopulaire Clemenceau? Faut-il être aujourd’hui populaire comme les gouvernements qui réduisent les impôts et augmentent les dépenses publiques, ou impopulaires comme les rares qui s’efforcent de faire l’inverse?

Et dans la France d’aujourd’hui? Faut-il dénoncer l’impopularité du Président? Faut-il lui recommander de tout faire pour faire grimper ses sondages? Ou faut-il au contraire lui conseiller d’avoir le courage de ne pas s’en occuper pour conduire les réformes dont le pays a besoin? Faut-il lui recommander de ne toucher à rien, de laisser filer les déficits pour créer des emplois artificiels? Ou d’assumer l’impopularité, si elle est le prix à payer pour réduire les déficits, casser les rentes? On en jugera bientôt avec le budget 2014, la réforme de la formation permanente et celle de la sécurité sociale, pour ne parler que des chantiers les plus urgents.

Bien sûr, il n’y aurait rien de pire que d’être impopulaire pour de mauvaises raisons, c’est-à-dire décevoir sans réformer. Ou d’être impopulaire parce qu’on explique mal son action. Sans doute, aurait-il fallu beaucoup mieux expliquer la position prise sur la Syrie, que j’ai approuvée, et ne pas laisser se multiplier les contradictions sur les objectifs fiscaux.

Il n’empêche: dans un pays en si grande difficulté, ne pas chercher à tout prix à être populaire est la seule attitude digne. L’impopularité est une bonne nouvelle. Et, accessoirement, dans un pays si frondeur, c’est même la seule façon d’espérer gagner les élections.

Jacques Attali

Cet article a été également publié par L'Express

Jacques Attali
Jacques Attali (175 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte