Monde

La colère de l'Egypte pour la «martyre voilée»

Temps de lecture : 2 min

La tragédie se déroule dans un tribunal de Dresde mercredi 1er juillet. Marwa el-Sherbini est poignardée 18 fois alors qu'elle témoignait contre l'homme accusé de l'avoir insulté parce qu'elle portait un hijab. Son mari, accouru pour lui porter secours, se fait tirer dessus par un policier qui l'a confondu avec le meurtrier.

Si l'affaire a été peu médiatisée en Europe (les médias allemands se sont concentrés sur la sécurité dans les tribunaux), la victime a été surnommée la «martyre voilée» dans son pays natal, en Egypte. Elle y est devenue le symbole d'un mouvement de dénonciation de la montée de l'islamophobie dans les pays occidentaux. La foule a scandé des slogans comme «l'Allemagne est l'ennemie de Dieu» aux funérailles de la pharmacienne de 32 ans.

En Allemagne, les représentants des communautés juive et musulmane ont critiqué la faible réaction du gouvernement Merkel face au premier meurtre anti-islamique du pays. Selon le Guardian, le fait que cette affaire intervienne quelques jours après la dénonciation par Sarkozy de la burqa laisse penser aux Egyptiens qu'un climat d'intolérance envers l'Islam s'installe en Europe.

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

(Photo: Flickr, CC)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Élection turquée

Élection turquée

Turquie: Erdogan va pouvoir occuper la fonction qu'il a modelée selon son désir autocratique

Turquie: Erdogan va pouvoir occuper la fonction qu'il a modelée selon son désir autocratique

Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour président de la République de Turquie le 24 juin, dans un contexte de dénonciation de fraudes électorales par l'opposition.

Le combat de celles et ceux qui ne sont plus des «vrais Indiens»

Le combat de celles et ceux qui ne sont plus des «vrais Indiens»

Depuis plusieurs décennies, des tribus amérindiennes évincent certains de leurs membres sous prétexte qu’ils ne sont pas de «vrais Indiens». Aujourd’hui, ces exclus se rebiffent.

Newsletters