Monde

La colère de l'Egypte pour la «martyre voilée»

Temps de lecture : 2 min

La tragédie se déroule dans un tribunal de Dresde mercredi 1er juillet. Marwa el-Sherbini est poignardée 18 fois alors qu'elle témoignait contre l'homme accusé de l'avoir insulté parce qu'elle portait un hijab. Son mari, accouru pour lui porter secours, se fait tirer dessus par un policier qui l'a confondu avec le meurtrier.

Si l'affaire a été peu médiatisée en Europe (les médias allemands se sont concentrés sur la sécurité dans les tribunaux), la victime a été surnommée la «martyre voilée» dans son pays natal, en Egypte. Elle y est devenue le symbole d'un mouvement de dénonciation de la montée de l'islamophobie dans les pays occidentaux. La foule a scandé des slogans comme «l'Allemagne est l'ennemie de Dieu» aux funérailles de la pharmacienne de 32 ans.

En Allemagne, les représentants des communautés juive et musulmane ont critiqué la faible réaction du gouvernement Merkel face au premier meurtre anti-islamique du pays. Selon le Guardian, le fait que cette affaire intervienne quelques jours après la dénonciation par Sarkozy de la burqa laisse penser aux Egyptiens qu'un climat d'intolérance envers l'Islam s'installe en Europe.

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

(Photo: Flickr, CC)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters