Life

Evian, cinquième point cardinal du golf mondial

Johan Hufnagel, mis à jour le 16.09.2013 à 17 h 36

L'Evian Championship qui se déroule ce week-end est le premier majeur de golf à ne pas se situer au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis.

L'arrivée du trou n°18, vendredi à Evian.

L'arrivée du trou n°18, vendredi à Evian.

L’Europe continentale héberge désormais un tournoi majeur de golf. Loin des Etats-Unis, la grande puissance de ce sport. Loin aussi du Royaume-Uni, la gardienne du temple et des règles. Mine de rien, c’est une petite révolution dans le monde du sport car jusqu’à présent, les meilleures joueuses du monde ne s’affrontaient que sur les greens de ces deux pays hôtes de quatre Majeurs, le championnat Kraft Nabisco, le championnat de la LPGA, l'Open américain (tous trois disputés aux Etats-Unis) et l'Open britannique.

Depuis jeudi donc — ou plutôt vendredi à cause des caprices de la météo, il faut ajouter un cinquième majeur —les hommes restent à quatre— au calendrier de la Ladies Professional Golf Association (LPGA): The Evian Championship. Au passage, exit le nom Evian Masters (il fallait faire cette concession pour ne pas vexer le sacro-saint Masters d’Augusta). Bienvenue à un parcours complexifié afin de répondre aux canons du meilleur golf.

Pour un sport qui donne parfois l’impression de n’être que tradition et histoire —sinon conservatisme, cette arrivée d’une cinquième tournée du grand chelem marque une sacrée prise de vitesse pour le tournoi français. La compétition pro n’existe que depuis 1994 et si elle ne bénéficie pas du prestigieux passé du golf britannique par exemple, elle est bien né: ses fairways dominent le Lac Léman, et son patron, Franck Riboud, le PDG du groupe Danone — propriétaire de la marque Evian, du golf où se déroule la compétition et du domaine qui va autour— est un vrai mordu de golf. Ce qui est bon pour Evian (le golf, la ville, les bouteilles) est bon pour Evian (le golf, la ville, les bouteilles), et réciproquement.

Car pour faire pousser un petit tournoi et le faire grandir, en à peine 20 ans, au point de le transformer en Majeur, il fallait avoir un peu de chance, beaucoup d’argent et d’intuition et surtout une sacrée connaissance du monde des affaires internationales. 

La chance, c’est d’abord les joueuses elles-mêmes, qui ont rapidement fait de ce tournoi leur tournoi. Sa proximité avec la ville, la volonté de construire un événement sportif uniquement féminin et la beauté d’un parcours centenaire y sont pour beaucoup. La dotation du tournoi aussi. En 1994, sa dotation était d’un million de francs, très loin des autres grands tournois, et à des années lumières des 3,25 millions de dollars (2,5 millions d'euros) qui seront distribués aux golfeuses en 2013. Désormais seul l’US Open s’aligne financièrement sur le Majeur français.

C’est là où interviennent les intuitions de Franck Riboud. Si lui et son directeur général Jacques Bungert assurent que l’idée de devenir un grand tournoi parmi les grands n’était pas dans le début de l’histoire il y a 20 ans, ils ont quand même tout fait pour. Avant de débouler dans le monde très anglo-américain du golf et de la puissante LPGA, avec ses règles et ses habitudes, Riboud commence par un détour à une grosse longueur de drive, en Suisse, et s’associe à Rolex, partenaires des plus grands tournois de golf du monde.

L'horloger connait bien ce petit club très fermé avec ses codes bien à lui et va l'aider à gagner du temps. Franck Riboud ne s’en cache d’ailleurs pas: faire coller la marque Evian au même niveau que celle d’une marque de luxe est un coup de maitre, pour le tournoi comme pour Evian. Au point que désormais, le traditionnel fond vert du logo du Suisse a dû prendre les couleurs du Championship et passer pour l'occasion au rose fuchsia...

Les joueuses aussi vont aider, en faisant de ce tournoi une de leur priorité de la saison. Le petit coup de pouce du destin interviendra il y 5 ou 6 ans. On pourrait croire que le golf, avec son image de sport de riches et ses sponsors de luxe, est à l’abri de la crise économique. Ce n’est pas tout à fait le cas et c’est la crise des subprimes qui fera basculer Evian dans sa nouvelle dimension. La dotation du tournoi est déjà une des plus élevées de tous les tournois, Majors inclus. Et quand la crise commence à avoir un impact sérieux sur les sponsors des Majeurs américains, la LPGA voit le tournoi français comme un solide plan B. Voire durable.

En 2011, Evian obtient le label Majeur, avec quelques changements notables au passage: outre son changement de nom et de place dans le calendrier (en passant de juillet à septembre), il doit investir 7 millions d’euros pour remodeler les 18 trous tout en lui conservant sa french touch, mix entre la densité du parcours et la proximité des joueuses avec les 40.000 spectateurs attendus, les sponsors et leurs invités.

Une question mérite d’être posée. Attribuer le statut de Majeur à un golf en Europe, même continentale, va-t-il contre le sens de l’histoire qui aurait probablement dû voir le circuit féminin poser ses valises en Asie, nouvel eldorado du sport, tant en matière économique que sportive (le Rolex ranking, le classement mondial officiel, compte cinq joueuses asiatiques parmi le top sur 10, 10 dans le top 20, 27 dans le top 50, majoritairement sud-coréennes)? Franck Riboud convient que l’Asie golfique est en plein boom mais pas au point de battre la légitimité historique de son Championship. «L’Evian mérite son nouveau statut», dit-il et, mitterrandien (1), glisse un: «le temps, ça ne s’achète pas» (2).

La météo non plus d’ailleurs, ça ne s'achète pas. C’est pour l’instant la seule pièce du puzzle que Riboud et ses équipes ne savent pas maitriser. Après avoir frôlé la catastrophe lors des travaux de rénovation du parcours — le patron de Danone parle de «conditions dantesques, titanesques, sur-réelles, de manque de chance total: pluie, neige et boue durant neuf mois entre l’automne 2012 et le printemps 2013»—, le premier Evian championship se déroulera sur trois tours seulement, au lieu des quatre traditionnels. La faute à une méchante météo qui a noyé le parcours jeudi dernier. La dernière fois qu’un Majeur s’est tenu sur 54 trous, c’était en 1996. Historique on vous dit.

Johan Hufnagel, à Evian

(1) C’est François Mitterrand, lui aussi fan de golf —et d’arbres, ce qui ne va pas forcément de soi— et ami très proche d’Antoine Riboud, père de Franck, qui avait inauguré le nouveau golf d’Evian en 1994.

(2) Le budget total de l'événement est en augmentation mais tenu secret. Ce que l'on sait, c'est que les éventuels bénéfices du tournoi sont reversés à l'organisation mais aussi à l'association Ela, dont le parrain est Zinedine Zidane, ami de Franck Riboud et ambassadeur mondial de Danone, notamment dans le secteur caritatif.

Slate a été invité à l'Evian Championship pendant deux jours par Rolex.

Johan Hufnagel
Johan Hufnagel (67 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte