Société

Crise: les employés se rebiffent

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle tendance née de la crise se profile chez les employés américains, analyse MSNBC: énervés, nerveux ou fatigués par une ambiance de travail parfois insupportable, ils quittent leur entreprise sans donner le préavis d'usage de deux semaines, voire sans respecter leurs accords de non-concurrence.

Entre les plans sociaux et les réductions de salaires, il n'est pas étonnant que les employés en aient assez de jouer aux gentils, estime un professeur de management, «parce qu'ils ont le sentiment que l'employeur a violé le contrat psychologique avec ses employés, ils n'ont pas l'impression de lui devoir quoi que ce soit».

Les employés estiment, pour l'instant à juste titre, que leurs patrons ne voudront pas perdre le temps et l'argent d'un procès. C'est sans penser aux collègues, qui se retrouvent avec une charge de travail supplémentaire quand l'un d'entre eux quitte brutalement son job. Des collègues qui, estime l'article, s'en souviendront quand ils recroiseront cet employé dans un futur job.

[Lire l'article complet sur Msnbc]

(Photo de William Hook, via Flickr)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Comment l'extrême droite gagne la bataille des idées

Comment l'extrême droite gagne la bataille des idées

Dans «La grande confusion», Philippe Corcuff dissèque méthodiquement les processus menant à la victoire intellectuelle de l'extrême droite en France.

La semaine imaginaire de Jean-René, le steak haché

La semaine imaginaire de Jean-René, le steak haché

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Les «granfluencers», ces grands-parents qui cartonnent sur Instagram

Les «granfluencers», ces grands-parents qui cartonnent sur Instagram

Ces comptes, parfois suivis par des millions de personnes, prouvent que le style et la beauté n'ont pas d'âge.

Newsletters