Société

Un imam agressé après un passage à la télé

Temps de lecture : 2 min

Mahmoud Doua, imam et enseignant en anthropologie près de Bordeaux, a participé la semaine dernière à l’émission Mots Croisés dont le thème était le port de la burqa. Ses prises de position n’ont pas été du goût de tout le monde.

Dimanche, révèle Sud-Ouest, il a été pris physiquement à parti par deux jeunes radicaux qui l’ont insulté et mis à terre à la sortie de la mosquée. Il n’a qu’un doigt foulé et un jour d’ITT mais «le choc psychologique, pour l'agressé et la communauté musulmane de l'agglomération bordelaise, est grand. C'est en effet la première fois que des musulmans radicaux en arrivent à ce stade», explique Sud-Ouest.

Sur le port de la burqua, il estime pourtant que «légiférer n’est pas la solution» et que cela ne fait que stigmatiser une partie de la communauté musulmane. Une position trop ouverte pour ces jeunes radicaux qui se déclarent salafistes.

[Lire l'article complet dans Sud Ouest]

Photo Steve Evans, Wikimedia Commons

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Dans la cuisine

Dans la cuisine

Après des semaines de confinement, les Français se sont rués sur les locations saisonnières en France, fermeture des frontières oblige. C'est aussi le cas de Sarah et de ses amis qui n'attendaient que le mois d'août pour décompresser. Mais les...

Calendrier de l'Avent des podcasts: féministes de mères en filles

Calendrier de l'Avent des podcasts: féministes de mères en filles

[J-22] Slate.fr propose un calendrier de l'Avent 100% podcasts avec des programmes qui ont marqué l'année 2020. Aujourd'hui, une série d'entretiens de filles et petites-filles d'icônes féministes.

Raclettes party, dates Tinder... les petites entorses des Français au confinement

Raclettes party, dates Tinder... les petites entorses des Français au confinement

Afin de rompre leur isolement et améliorer leur bien-être pendant le confinement, de nombreuses personnes ont organisé des retrouvailles et soirées clandestines.

Newsletters