Monde

Joe Biden la colombe devient faucon

Slate.fr, mis à jour le 06.07.2009 à 19 h 01

Dimanche 5 juillet, Joe Biden a affirmé dans un entretien à la chaîne américaine ABC que les Etats-Unis «ne peuvent dicter à une nation souveraine ce qu'elle peut ou ne peut pas faire (...) si elle considère que son existence est menacée». «Si le gouvernement Nétanyahou décide de recourir à un type d'action différent de celui qui est actuellement mené, ce sera son droit souverain. Ce n'est pas notre choix», a insisté le vice-président américain.

Selon le blog sur le Moyen-Orient du Figaro, il s'agit ni plus ni moins d'un tournant dans la politique américaine sur l'Iran. La raison est simple : «A Washington, Joe Biden est ou était l'un des responsables les moins rigides sur l'Iran». Ce dernier a en effet  «longtemps soutenu une approche modérée vis-à-vis de l'Iran», et le fait qu'il durcisse aujourd'hui le ton de cette manière montre bien «l'exaspération qu'a suscitée à Washington «le trucage électoral» ayant conduit à la réélection de Mahmoud Ahmadinejad».

La déclaration de Joe Biden intervient également en même temps que plusieurs avertissement envoyés par Israël pour bien faire comprendre à l'Iran «qu'une fuite en avant dans la provocation - notamment sur le nucléaire - serait lourde, très lourde de conséquences. Et à relativement court terme, la fin de l'année, au plus tard.» Et de conclure : «Mais n'est-ce pas la politique du pire que recherchent les durs au pouvoir à Téhéran.»

[Lire l'article complet sur lefigaro.fr]

(Photo: Capture d'écran de abcnews.com)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte