France

Hénin-Beaumont: «J'ai cru que j'allais mourir»

Temps de lecture : 2 min

La défaite du FN n'a pas apaisé le climat politique détestable qui règne à Hénin-Beaumont depuis des dizaines d'années. Dimanche soir, peu après la proclamation des résultats, Daniel Duquenne, le nouveau maire de l'ancienne cité minière, a été aspergé de gaz lacrymogène.

Le Post l'a interrogé sur cet événement: «Au moment où je suis sorti de la salle des fêtes d'Hénin-Beaumont pour saluer la foule, qui était à l'extérieur de la salle, j'ai reçu un engin explosif sur les pieds. Je ne m'y attendais pas du tout et sur le moment, je ne savais pas que c'était une bombe lacrymogène. J'ai donc été très surpris. Je n'arrivais plus à respirer... J'ai cru que j'allais mourir tellement je n'avais plus d'oxygène».

Daniel Duquenne annonce au Post qu'il va porter plainte contre X pour «savoir qui est l'auteur de cet acte isolé». Le Front National, de son côté, a déjà annoncé qu'il allait déposer un recours et contester le résultat de l'élection devant le tribunal administratif. Hénin-Beaumont n'en a pas fini avec les soucis.

[Lire l'interview sur Le Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters