Monde

Syrie: un duo improbable pour une équation impossible

Temps de lecture : 6 min

Dix ans après la guerre en Irak, Français et Américains risquent de se retrouver alliés dans une opération qui, dans le scénario du pire, peut conduire à un embrasement généralisé de la région.

Les dirigeants du G8, le 18 juin 2013 à Lough Erne. REUTERS/Yves Herman.
Les dirigeants du G8, le 18 juin 2013 à Lough Erne. REUTERS/Yves Herman.

Rien n’illustre mieux l’impossible équation syrienne que le refus du Parlement britannique d’autoriser le Premier ministre conservateur David Cameron à participer à d’éventuelles frappes contre le régime de Bachar al-Assad. Par rapport aux précédents irakien et libyen, on assiste à un renversement total de la situation. En 2003, la Grande-Bretagne, sous la direction de Tony Blair, s’était alliée à George W. Bush pour se débarrasser de Saddam Hussein, provoquant une profonde fracture à l’intérieur de l’Union européenne. En 2011, David Cameron avait fait cause commune avec Nicolas Sarkozy pour voler au secours des insurgés libyens contre Kadhafi, entraînant le soutien réticent de Barack Obama.

Face à l’imbroglio syrien, les Etats-Unis sont laissés seuls, avec une exception qui peut paraître paradoxale: la France. Les autres Européens se tairont ou approuveront, mais de toute façon ne participeront pas à d’éventuels raids sur des sites stratégiques syriens.

Quant à François Hollande, il a redit que le vote du Parlement britannique ne changeait rien à la position de la France:

«Le massacre de Damas ne peut pas et ne doit pas rester impuni.»

La détermination du président de la République n’est pas une surprise. Depuis son arrivée au pouvoir, il a toujours été en pointe sur le dossier syrien, étant le premier à reconnaître le Conseil national syrien représentant l‘opposition, et le premier à évoquer, avec David Cameron, la possibilité de livrer des armes aux rebelles. Quand les premiers soupçons d’utilisation d’armes chimiques par le régime de Damas sont apparus, il n’a pas attendu un Barack Obama hésitant pour affirmer que si des preuves étaient apportées, une «ligne rouge» aurait été franchie, et que cela ne pouvait pas rester sans réponse.

Que la France apporte une contribution, fut-elle modeste, à une possible opération américaine, est donc dans la logique de la position officielle de Paris. Il n’en reste pas moins qu’une décision d’intervention poserait plus de questions qu’elle n’en résoudrait.

Pourquoi? Les réponses française et américaine sont identiques: pour «punir» Bachar el-Assad d’avoir utilisé contre sa propre population civile des armes interdites par les conventions internationales depuis 1935, réaffirmées en 1993. Pour dissuader tout autre Etat (ou organisation) qui envisagerait d’avoir recours à des armes chimiques ou de destruction massive. Pour s’opposer enfin à une «banalisation» de ce que Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, pourtant farouche opposant aux opérations dites humanitaires, appelle une «arme épouvantable».

Limites d'une action de force

Tout en affichant ces objectifs, Paris et Washington expliquent aussi les limites d’une action de force. Celle-ci ne serait pas destinée à «libérer» la Syrie ni à renverser Bachar el-Assad, quoique dans le même temps, les Occidentaux réaffirment souhaiter son départ. A ce propos, François Hollande a, à tort, invoqué la «responsabilité de protéger» inscrite dans la Charte de l’ONU depuis 2005, qui avait été mise en avant en Libye. Alors que le conflit syrien a fait quelque 100.000 morts en deux ans et demi, il y a longtemps que la cette responsabilité de protéger aurait pu être mise en œuvre.

Une intervention «ciblée» ne changera pas fondamentalement le rapport de forces sur le terrain entre l’armée officielle et les insurgés, même si la destruction de quelques infrastructures aéroportuaires complique les bombardements par les troupes du régime. Car il n’est question, à ce stade, ni d’imposer une zone d’exclusion aérienne pour soulager les rebelles et la population civile, ni a fortiori d’envoyer des troupes au sol.

Reste donc la volonté de faire respecter la loi internationale. Mais celle-ci se heurte à une objection. Il y a depuis 1945 une organisation internationale précisément créée à cet effet: les Nations unies et son Conseil de sécurité. C’est à elle que reviendrait la mission de faire respecter par les Etats les accords qu’ils ont signés.

Pendant la Guerre froide, elle était paralysée par le veto soviétique (et par le veto américain en ce qui concernait le conflit israélo-palestinien). Dans les premières années de l’après-guerre froide, elle a connu un regain d’activité grâce une volonté de coopération des Russes avec les Occidentaux.

Cette espèce de lune de miel n’a pas duré. Avec l’élection de Vladimir Poutine, et surtout depuis son retour au Kremlin en 2012, la Russie –souvent soutenue par la Chine– bloque de plus en plus le travail du Conseil de sécurité. L’adoption en mars 2011 de la résolution 1973, qui a permis l’intervention en Libye est une exception.

Les Russes et les Chinois regrettent que leur abstention ait permis aux Occidentaux d’imposer par la force un changement de régime et sont bien décidés à ne plus s’y laisser prendre. Les assurances répétées de Washington selon lesquelles, en Syrie, il n’est pas question de chercher un changement de régime n’y feront rien.

L'argument du Kosovo est spécieux

Faute d’accord du Conseil de sécurité de l’ONU, quelle sera la légitimité d’une intervention en Syrie? Français et Américains arguent qu’elle ne sera pas «légale» mais qu’elle n’en sera pas moins «légitime» puisqu’elle visera à faire respecter la loi internationale.

L’argument est quelque peu spécieux. Le précédent du Kosovo en 1999 est invoqué, mais le bombardement de la Serbie de Milosevic faisait suite à plusieurs résolutions de l’ONU adoptées avec l’assentiment de la Russie et mettant en garde l’homme fort de Belgrade contre la poursuite des exactions visant la population d’origine albanaise. Ce n’est pas le cas pour la Syrie.

L’argument est aussi à double tranchant car il pourra être utilisé par un Etat ou une coalition d’Etats décidés à trancher en leur faveur tel ou tel conflit. Moscou a déjà pris prétexte du précédent du Kosovo pour justifier son intervention armée en Géorgie en 2008.

Les relations entre la Russie et les Occidentaux, du moins ceux qui auront participé à une action en Syrie, sont également en jeu. Moscou s’oppose sans surprise à toute forme d’ingérence dans ce qu’il considère comme une affaire intérieure syrienne.

Les diplomates remarquent cependant que Vladimir Poutine ne s’est pas exprimé personnellement, laissant ses subordonnés donner libre cours à leur indignation contre les intentions américaines. Il est sans doute convaincu qu’une action limitée ne bouleversera pas la situation et qu’elle renforcera le sentiment anti-américain (et anti-occidental) largement répandu en Russie, sur lequel il fonde une partie de sa popularité.

Un G20 qui s'annonce tendu

Néanmoins, la réunion du G20 à Saint-Pétersbourg, les 5 et 6 septembre, risque d’avoir lieu dans un climat tendu. Que les frappes contre les positions de Bachar el-Assad aient eu lieu quelques jours avant ou qu’elles soient en préparation. Barack Obama a déjà annulé la rencontre bilatérale qu’il devait avoir avec Vladimir Poutine avant la réunion du G20 à cause de l’affaire du lanceur d’alerte Edward Snowden. Les retrouvailles risquent d’être fraîches.

Si la tension est à son comble, ce ne sera pas le meilleur moment pour tenter de relancer une négociation sur la Syrie. A moyen terme cependant, il n’est pas exclu qu’une manifestation de fermeté renforce les chances d’une solution politique. Bachar el-Assad et ses tuteurs auront la preuve que les Occidentaux peuvent être sérieux et ceux-ci se sentiront d’autant plus habilités à consentir des concessions qu’ils se seront donné bonne conscience.

C’est le scénario qu’on n’ose à peine qualifier d’optimiste. Il y en a un pessimiste. Une intervention occidentale en Syrie pourrait enflammer toute la région en mettant sur les routes des milliers de réfugiés et en entraînant l’Iran et le Hezbollah dans un conflit avec Israël qui n’épargnerait pas le Liban. L’Etat hébreu pourrait, de son côté, être tenté de profiter de la crise en Syrie pour bombarder les installations nucléaires iraniennes, tuant toute chance d’une solution négociée à laquelle aspirent les Américains (et peut-être le nouveau président iranien). C’est le scénario catastrophe.

Ce sont toutes ces considérations qui doivent être soigneusement pesées avant toute décision. Il y va d’un côté de la crédibilité des avertissements lancés depuis des mois par les capitales occidentales et d’un autre côté des chances de trouver une issue à la guerre civile en Syrie. En sachant, comme l’a écrit le général Martin Dempsey, chef d’état-major des armées américaines, à un membre du Congrès, que «les Etats-Unis peuvent détruire l’aviation syrienne et changer l’équilibre des forces militaires mais ils ne peuvent pas résoudre les questions de fond, ethniques, historiques, religieuses et claniques qui nourrissent ce conflit».

Daniel Vernet

Daniel Vernet Journaliste

Newsletters

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Téléchargée plus de 200.000 fois, Digi Police devrait permettre de lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

Fox News encourage Trump à gracier des criminels de guerre

Fox News encourage Trump à gracier des criminels de guerre

Un journaliste de la chaîne a plusieurs fois rencontré le président américain pour lui demander de gracier un Navy Seal inculpé de crimes de guerre.

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Plus de 300 millions de personnes issues de vingt-sept pays sont appelées aux urnes pour élire 705 eurodéputé·es –dont un siège un peu particulier.

Newsletters