Sports

Vous reprendrez bien un peu de stéroïdes...

Slate.com, mis à jour le 10.07.2009 à 11 h 13

A la différence du cyclisme, le tennis est encore largement épargné par les scandales du dopage. Trop propre pour être honnête?

Le millésime 2009 ne s'est jusqu'à maintenant pas montré remarquable en matière de dopage. Certes, Alexander Rodriguez et Manny Ramirez [deux stars américaines du baseball] se sont fait pincer, Barry Bonds est poursuivi pour parjure, le champion olympique du 1500 mètres a été déchu de sa médaille d'or; et l'habituelle poignée de coureurs du Tour de France ont été contrôlés positifs avant même que la course ne commence.

Dans le monde du tennis, le scandale du moment touche le pauvre Richard Gasquet, 23ème joueur mondial, qui, en avril, aurait été contrôlé positif... à la cocaïne. Gasquet s'est bien évidemment dit choqué. Ses amis ont clamés son innocence; Raphael Nadal a déclaré: «je suis certain qu'il ne prend rien». Plein de bonne volonté, le champion espagnol a ajouté: «si vous embrassez une fille qui a pris de la cocaïne, tout peut arriver; voilà la vérité.»

Le monde du tennis prend la cocaïne très au sérieux: un test positif peut suffire à briser une carrière. Il suffit de songer à Martina Hingis, contrôlée positive après sa défaite à Wimbledon il y a deux ans: les larmes aux yeux, la joueuse annonça peu après l'arrêt de son parcours professionnel. Gasquet écopera probablement d'une suspension de deux ans. Que le tennisman soit coupable ou innocent, l'affaire en elle-même n'a rien de surprenant. La véritable surprise, c'est qu'il se soit fait prendre.

Une lutte antidopage quasi nulle

Les fans de tennis entretiennent une croyance étrange et presque archaïque: selon eux, leur sport est, depuis ses origines, resté aussi immaculé et pur que les blanches tenues de Roger Federer. A une époque où la plupart des sports cèdent à tous les excès (et ressemblent de plus en plus en cela au catch professionnel), l'univers du tennis conserve l'image d'un sport de gentleman; un sport où stéroïdes, EPO, stimulants et toutes les autres formes de dopage n'ont pas cours. Comment le tennis a-t-il réussi à maintenir cette vertueuse réputation? L'explication est simple : son système de lutte antidopage est une vaste rigolade.

Le contrôle antidopage mis en place par la Fédération Internationale de Tennis (FIT) n'a jamais débusqué la moindre infraction d'envergure, et ce pour une bonne raison: tel n'est pas véritablement son objectif. Selon ses propres statistiques, la FIT a effectué un peu plus de 2000 contrôles en 2008. Ce chiffre comprend tous les tests effectués sur les joueurs et joueuses (classés et handisports); il semble à première vue satisfaisant. Mais, en y regardant de plus près, il est en fait très facile pour un tricheur de passer entre les mailles du filet...

Jetons un œil à la fréquence des tests. La plupart des contrôles antidopage ont été menés lors des plus grands tournois(Open d'Australie, Roland Garros, Wimbledon...). Ceci n'a pas beaucoup d'intérêt: si un sportif se dope, il le fait généralement pendant l'entrainement, pas pendant une compétition. Les stéroïdes, par exemple, décuplent l'efficacité d'une séance d'entrainement; d'autres produits dopants peuvent accélérer le rétablissement physique. Des sports comme le cyclisme ou l'athlétisme (qui ont beaucoup plus de problèmes de dopage que le tennis) l'ont compris depuis longtemps: il est plus efficace de contrôler les athlètes en dehors des compétitions. Or, l'an dernier, la FIT n'a organisé que 91 tests hors-compétition. L'Union Cycliste Internationale, elle, en a mené plus de 2000...

La comparaison n'est pas équitable? Peut-être. Mais rappelez-vous de l'affaire Puerto, ce scandale qui a éclaté en Espagne il y a trois ans. La police espagnole avait perquisitionné le cabinet du docteur Eufemiano Fuentes, un gynécologue de Madrid. Elle y avait découvert qu'un grand nombre de ses «patients» étaient en fait des athlètes de sexe masculin, qui auraient fait appel à lui pour améliorer leurs performances. Fuentes leur «prescrivait» un une association compliquée (et effrayante) à base d'EPO, de stéroïdes, d'hormones et de transfusions sanguines. Après son arrestation, le médecin se plaignit de «fuites sélectives» et déclara à la presse qu'en plus des 50 champions cyclistes, la liste de ses 200 clients comprenait également des footballeurs, des athlètes professionnels et des stars du tennis. La Fédération Internationale de Tennis fit immédiatement publier un communiqué: selon ses informations, qu'elle disait tenir de la police espagnole, l'enquête ne concernait «aucun tennisman, espagnol ou étranger.» Trois ans plus tard, à l'exception de quelques cyclistes, les noms des «patients» de Fuentes n'ont toujours pas été dévoilés, et l'affaire s'éternise devant la justice espagnole.

Quelques dopés du tennis

Le tennis est loin d'être imperméable au dopage. Plusieurs cas de dopage aux stéroïdes ont été dépistés ces dernières années. Ceci n'est guère surprenant: il suffit de comparer la musculature des joueurs d'aujourd'hui à celle de leurs ainés. Même John McEnroe a avoué avoir pris des corticostéroïdes au cours de sa carrière, mais il a pris sa retraite en 1991; à cette époque, le monde du tennis avait à peine commencé à contrôler les produits dopants. En 2002 et 2003, huit joueurs classés (dont le champion britannique Greg Rusedski) furent contrôlés positifs à la nandrolone.

Rudeski, qui s'était défendu en déclarant que plus de 40 joueurs présentaient eux-aussi des taux élevés de cette substance, fut innocenté lorsqu'on découvrit que la nandrolone provenait de compléments alimentaires contaminés fournis par les soigneurs de l'ATP Tour. (Les sept autres joueurs, dont les noms n'ont pas été rendus publics, ont également été blanchis). Un autre cas de dopage à la nandrolone: le joueur Tchèque Petr Korda, contrôlé positif en 1999 après les quarts de finale du tournoi de Wimbledon. Korda clama son innocence, et parvint à éviter la suspension définitive. Un scénario classique, qui ne cesse de se répéter. On ne compte plus les exemples de joueurs qui, ayant été contrôlés positifs à des agents dopants comme le salbutamol (présent dans les inhalateurs pour asthmatiques), le modafinil (ou «Provigil», un stimulant bien connu), et à des agents masquants comme le HCT, ont écopés de courtes suspensions (l'Agence Mondiale Antidopage recommande pourtant une suspension de deux ans dans ce cas de figure). Les tennismen contrôlés positifs à la cocaïne (comme Gasquet), en revanche, écopent souvent d'une suspension de deux ans, malgré l'influence toute relative de cette drogue sur les performances de jeu. (Le cas de Sesil Karatantcheva, joueuse Bulgare, est l'un des rares exemples de dopage à la stéroïde ayant été sanctionné avec sévérité. Karatantcheva a écopé d'une suspension de deux ans après avoir été contrôlée positive à la nandrolone, en 2005. Elle avait 16 ans.)

La FIT ferme les yeux

Il y a plus grave: le monde du tennis ne semble pas préoccupé outre mesure par le pire des agents dopants. «Le problème, c'est l'EPO», a déclaré Jim Courier à l'hebdomadaire américain Newsweek en 1999; il faisait référence à l'érythropoïétine, hormone stimulant la formation sanguine devenue omniprésente dans le monde du cyclisme dans les années 1990. «Je suis presque sûr que des gars en prennent sur l'ATP Tour. Il faut en voir certains enchainer les semaines de jeu; ils se reposent à peine. Quand vous entamez le cinquième set après quatre heures et demie de jeu, l'EPO, ça peut aider.»

J'ai demandé au Docteur Stuart Miller, le responsable de la lutte anti-dopage auprès de la FTI, ce qu'il pensait des soupçons de Courier. Il m'a répondu qu'aucun joueur de tennis n'avait jamais été contrôlé positif à l'EPO. «J'aimerais savoir sur quels éléments il fonde ses affirmations», s'est interrogé Miller. «Si il a des preuves personnelles à communiquer, je suis preneur; si il a des preuves de nature scientifique, je suis doublement intéressé.» (Courier n'a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet).

Dans les faits, l'absence de tennismen contrôlés positifs à l'EPO s'explique peut-être par le faible nombre de... contrôles. Selon ses propres statistiques, la Fédération a mené un total de 20 tests d'EPO en 2008, toujours lors de grands tournois. Ainsi, un seul joueur a été contrôlé durant l'Open d'Australie, trois durant l'US Open, et... aucun à Wimbledon. Zéro.

«Il se pourrait tout simplement que l'EPO ne tente pas les joueurs », selon Miller, de la FIT. «L'EPO ne fait qu'améliorer la résistance à l'effort; un tennisman n'a peut-être pas grand chose à y gagner.» Absurde, répond David Howman, directeur général de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA). «C'est le produit dopant favori des tricheurs depuis six ou sept ans. Je pense que l'EPO apporte toujours une série d'avantages notables au dopé, quelle que soit la personne et le sport. Le produit peut améliorer les performances de tous; il n'est pas cantonné aux sports d'endurance. Nous le savons depuis bien longtemps.»

Certes, la FIT a effectué des contrôles sur les plus grands tennismen au cours de l'année dernière; Nadal, Roger Federer, Andy Roddick et Andy Murray ont chacun subi un test de dépistage (tous à l'Open de Paris, en octobre dernier). Mais l'EPO n'est presque jamais utilisé pendant les compétitions, et il devient indétectable moins d'une semaine après l'injection, affirme Don Catlin (ancien directeur des laboratoires d'analyse antidopage à l'Université de Los Angeles, Californie). Son action stimulante, elle, dure bien plus longtemps. De plus, il est dorénavant très simple d'acquérir de l'EPO générique; dans bien des pays, comme l'Espagne ou la Suisse, le produit est en vente libre.

Miller rétorque qu'en tennis, il faut être à la fois résistant et rapide; ce sport «ne se prête donc pas à la prise d'un produit dopant en particulier». C'est une façon de voir les choses. On pourrait également dire que cette particularité (devoir être à la fois tenace et réactif) fait que le tennis se prête justement à toutes les formes de dopage. Le tennis, comme tous les sports de premier plan, requiert puissance et endurance (pour vous faire une idée, essayez de courir un marathon tout en renvoyant des balles). Qu'on le veuille ou non, les tennismen ont donc bien des raisons d'être tentés par le dopage.

Vous vous dopez? Oubliez le vélo, achetez une raquette

Suite à la mise en place des nouvelles règles de l'AMA, qui obligent les athlètes à communiquer leur emploi du temps quotidien (ce qui n'a pas manqué d'agacer Nadal et bien d'autres), la FIT a prévu d'effectuer plus de contrôle hors-compétition cette année. Les tennismen sont également contrôlés par les agences antidopage de leurs pays respectifs. L'Agence antidopage américaine a contrôlé 19 joueurs de tennis l'an dernier, parmi lesquels Andy Roddick et les sœurs Williams. Louable initiative, mais qui n'est en rien comparable au programme imposé au coureur cycliste Jeremiah Bishop, contrôlé 24 fois en 2008. Une injustice d'autant plus surprenante qu'en sa qualité de champion de VTT, Bishop gagne dix fois moins qu'un Roddick. Autre injustice : l'Agence antidopage américaine compte parmi les agences plus rigoureuses au monde; la régularité et le sérieux des contrôles dépendent donc non pas du sport de l'athlète, mais de son lieu de naissance...

Comment expliquer le laxisme du monde du tennis envers le dopage? Peut-être faut-il blâmer la mauvaise influence exercée par l'autre grand rendez-vous sportif de l'été, qui débute ce week-end: le Tour de France. Le cyclisme, le baseball et l'athlétisme sont les trois disciplines les plus entachées par les affaires de dopage. Mais ces sports jouissent également des systèmes de contrôle les plus performants au monde. Si l'on en croit l'actualité récente, l'angélisme n'est plus permis: un grand nombre d'athlètes de très haut niveau se dopent. Le savoir est une chose, agir en est une autre: il est souvent plus facile de plaider l'ignorance. Dans le monde du sport professionnel, quand le linge sale ne peut être lavé en famille, on préfère parfois ne pas le laver du tout...

Bill Gifford

Cet article paru sur slate.com, a été traduit par Jean-Clément Nau.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être ceux-ci:
Dopage:le gendarme n'a pas accès au corps du délit
Les vérités de Fignon et Kohl
Richard Gasquet mérite-t-il deux ans de suspension?
Dopage: athlètes ou esclaves?

(Photo: Seringues, alpha du centaure / Flickr )

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte