Le boom de la capote verte

Temps de lecture : 2 min

Le site TerraEco note que « de plus en plus de marques sont émoustillées par le créneau de la capote verte ». Une entreprise suédoise afirme ainsi «utiliser uniquement du naturel pour son latex et ses produits de traitement» pour ses préservatifs qu’elle propose en pharmacie ou dans les magasins bio.

En Angleterre la marque French Letter propose des capotes «équitables», issues d’une production de caoutchouc naturel en Asie du Sud.

Les fabricants comme Durex et Manix sont peu bavards «sur l’origine exacte de leur latex . Ils estiment que le préservatif est par essence écolo puisqu’il provient d’une matière naturelle et renouvelable. Problème, indique TerraEco: «l’ensemble de la filière n’apparaît pas aussi vert».

Les produits chimiques comme les stabilisants, les vulcanisants, les produits antidégradants et les colorants sont très loin d’être écologiques. Impossible ainsi d’abandonner sa French Letter dans les bois après avoir conté fleurette. Elle n’est pas biodégradable.

[Lire l'article complet sur TerraEco]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Newsletters